Un site pour tous les amateurs de manga, de jeux vidéos et de RP, sans exception. Venez jouer, vous amuser, et parler de tout ce qui vous plaît. Et surtout, venez expérimenter notre Infinity RP, Le Tournoi Dimensionnel
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 SSRhapsody : Histoire Partie I

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Lun 18 Avr - 12:51

Chapitre LI
Equipe


Stena était revenue au chalet dès qu’elle eut fini son déjeuner. Elle avait d’abord hésité à revenir, mais étant donné qu’elle n’avait rien à faire de son après-midi…

Elle ouvrit la porte d’entrée, et les Guardians présents dans le salon la foudroyèrent du regard, mais ils s’abstinrent de se jeter sur elle, pour la bonne raison que Mana était en train de les réprimander pour leur comportement. Ne voulant pas s’immiscer dans cette dispute, Stena s’installa sur une chaise sans faire de bruit. Elle regarda autour d’elle, mais elle ne vit pas Riko. Elle devait toujours être sur sa mission.

Mana acheva enfin son discours moral, et les Guardians se dispersèrent, certains allant directement vers le tableau. Le capitaine se dirigea vers Stena.
-Alors, ta première mission ? demanda-t-elle.
-Simple, répondit la jeune Sivilis en sortant l’affiche.
Mana examina brièvement cette dernière et éclata de rire, sous le regard stupéfait de son interlocutrice.
-Excellent ! fit-elle quand elle reprit son sérieux. Cela fait bien longtemps que je n’ai pas vu quelqu’un ramener un tampon bleu. Donne-moi ton badge.
Stena s’exécuta.
-C’est quoi cette histoire de tampon bleu ?
-La couleur du tampon correspond à l’appréciation. Bleu, c’est excellent. Vert, c’est bien. Jaune, c’est moyen. Rouge, c’est mauvais. Et noir, c’est l’expulsion immédiate de notre ordre. Je ne dis pas comment obtenir ces couleurs, c’est un secret. Mais bon, je te dis juste qu’on ne peut pas obtenir de bleu avec les missions de recherche d’objets perdus.
Mana lui rendit son badge, et Stena remarqua que le signe du Verseau était devenu blanc. Elle était grade II ! Déjà !
-Je garde l’affiche, précisa le capitaine. Tu vas faire une ascension remarquable, au sein des Guardians. J’attend beaucoup de toi !
Puis elle sortit. Sûrement une mission.

Mais quoiqu’il en soit, elle était grade II ! Dès la première mission ! À ce rythme, elle n’allait pas tarder à aborder des missions intéressantes. Il lui fallait continuer sur sa lancée.

Riko entra sur ces entrefaites, suivie d’un jeune homme aux cheveux blonds mi-longs en pétard. Le garçon, qui devait avoir seize ans, portait l’uniforme noir des lycéens du campus. Il avait des yeux d’un bleu électrique, et ses mains couvertes par des gants de cuir tenaient des teasers. Dans son dos, il y avait une énorme épée dont la garde au pommeau étrange dépassait.

Dès qu’elle vit Stena, Riko s’avança vers elle, le garçon sur ses talons.
-Stena ! s’exclama-t-elle. Déjà fini ? Alors, cette première mission ?
La jeune Sivilis lui montra son badge, et Riko poussa un cri de surprise.
-Ca alors ! Une seule mission et tu es déjà au même grade que moi !
-Qui est-ce ? demanda Stena en désignant le jeune homme derrière elle, avec une pointe de méfiance.
-Ah oui, pardon ! Stena, je te présente mon coéquipier : Ikazuchi Saito. Saito, voici Stena Sivilis.
Celui-ci fit une petite courbette respectueuse.
-Tu n’es pas avec les autres Guardians ? interrogea-t-elle avec suspicion.
-Si il y a bien une chose que j’ai apprise, en voyant le capitaine, c’est qu’il faut mieux être l’allié des jeunes prodiges comme vous.
Stena sourit.
-Enchantée.
-De même.
-Tiens, Stena, maintenant que tu es toi aussi grade deux, ça te dirait de venir dans notre équipe ? proposa Riko.
-Pourquoi pas ? dit-elle après une brève hésitation. Et, que fait-on, en équipe ?
-Pour le moment, rien, compte tenu de la difficulté des missions de cet étage. C’est juste histoire de dire “vous attaquez l’un de nous, vous nous attaquez tous”.
-En gros, il faut monter grade III, ajouta Saito. Mais ça fait déjà huit missions que je fais sous ce grade, et je passe pas.
-C’est la quinzième, pour moi, soupira Riko.
-Si seulement je pouvais être comme le capitaine, dit Saito avec un ton rêveur. Un combattant de rang A+…
-A+ ? releva Stena.
-Ah, oui, tu es nouvelle, ici, se rappela Riko. Dans le monde des combattants, les gens sont classés en fonction de leur force. Par exemple, le capitaine et le vice-capitaine sont des combattantes de rang A+. Une personne normale est de rang E. La plupart des profs de l’administration qui nous emploie sont de rang B ou B+.
-Attends deux secondes : Mana et Setsuna sont plus fortes que les membres de l’administration ?
-Oui, mais il y a quelques exceptions. Mlle Kuzunoha, par exemple, est de rang AA, et M. Takahata est de rang AA+. Les rangs sont, en partant du plus bas, E, D, C, B, A, AA, AAA, S, SA, SS, SSA et SSS. Mais bon, plus les personnes sont fortes, plus les rangs deviennent larges. Quant à nous, je dirais que nous sommes rang C ou C+. Mais là, je ne peux dire ça que par rapport à notre grade ici. Si ça se trouve, nous sommes plus forts que ceux à l’étage du dessus.

Stena resta pensive. Ainsi, il y avait un classement de la force des gens… Et le directeur, dans tout ça ? Il était vieux, donc il ne devait pas être très fort, mais il dirigeait tout le campus de Mahora, combattants compris. Il y avait quelque chose de pas clair, là-dedans. Mais plus que tout, la jeune fille voulait surpasser son aînée, Setsuna. Et pour cela, il allait falloir de l’entraînement.

-Ca vous dit qu’on s’entraîne ensemble ? proposa Stena.
Riko et Saito se regardèrent, hésitants.
-On est une équipe, ce serait bien de connaître les capacités de chacun, et puis, on pourra se combattre les uns les autres après.
-C’est d’accord, dirent-ils en chœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Lun 18 Avr - 12:51

Chapitre LII
Harmonie


Après avoir escaladé la montagne durant une heure pour trouver un terrain plat, Stena, Riko et Saito s’arrêtèrent. Ici, Stena était heureuse, car elle était entourée par la nature, et le vent soufflait en permanence. Les conditions idéales, pour elles.

-Bon, qui, entre vous deux, commence à nous montrer de quoi il ou elle est capable ? interrogea Riko.
-Pourquoi pas toi ?
-Parce que moi, vous m’avez déjà tous les deux vue en pleine action. En revanche, vous deux, vous ne vous connaissez pas l’un l’autre, et toi, Stena, je n’ai pas vu non plus de quoi tu es réellement capable. Ces raisons te suffisent ?
-Amplement.
-J’y vais le premier, alors, lâcha Saito en se plaçant au centre du cercle que formaient les arbres.

Il expira un bon coup avant de sortir l’arme dans son dos. Ce n’était pas une épée, comme l’avait tout d’abord pensé Stena, mais une guitare, ce qui expliquait la raison pour laquelle elle avait trouvé le pommeau bizarre. La guitare était longue, de couleur argent, et elle formait au bout une longue lame épaisse au bout du manche muni de cordes.

Saito gratta une corde, et les vibrations de celle-ci enclenchèrent un mécanisme à l’intérieur de l’instrument, qui se mit à produire de l’électricité. Voilà qui expliquait pourquoi le jeune homme portait des gants, qui devaient sans aucun doute être renforcés avec un matériau isolant.

Avec son arme, Saito décrivit des moulinets très impressionnants tout en continuant de jouer son morceau, qui rendait sa guitare encore plus redoutable. En combat rapproché, il devait être un adversaire puissant, pensa Stena. Ses adversaires ne devaient même pas s’approcher de lui ou le toucher avec une arme blanche sous peine d’être grillés sur place.

À la fin du morceau, Stena ne put s’empêcher d’applaudir. Mais elle remarqua que Riko faisait de même.
-C’est pas un beau gosse, ça ? fit celle-ci en souriant. Un beau mec qui sait jouer de la guitare tout en se battant, c’est génial !
-Arrête, tu vas me faire rougir, ironisa Saito. Allez, Stena, à toi.

La jeune fille se leva, heureuse. Ses coéquipiers faisaient de la musique en se battant, tout comme elle. Il y avait de quoi se réjouir. L’une jouait avec ses fils d’acier, l’autre avec sa guitare en forme d’épée, et elle-même jouait avec le vent et son katana. Elle avait rejoint l’équipe parfaite pour elle.

Et elle n’allait pas les décevoir.

Stena dégaina Kami no Uta, arrachant son chant quand la lame coulissa doucement dans le fourreau de bois. Il y avait un zéphyr qui soufflait. La nature se tut. Riko et Saito en firent de même. Et les nuages dégagèrent de devant le soleil.

SSRhapsody entrait sur scène.

Elle fit élégamment glisser la lame de son katana sur le vent, créant ainsi une note, unique au monde et n’appartenant qu’à elle. C’était sa partition. Sa Symphonie.

-Tenryû : Symphony of Light !

SSRhapsody entamait sa dance gracieuse, et la musique s’accéléra. La lumière réfléchie sur la lame éclairait le sol en divers endroits, rendant la danse encore plus mystérieuse. Ses mouvements légers et magnifiques rassemblait toute l’attention de ses deux amis, qui étaient littéralement subjugués.

Quelques minutes plus tard, la musique s’arrêta, et Stena entendit des applaudissements, si forts qu’ils auraient pu s’en rompre les mains.
-C’était magnifique ! s’exclama Riko.
-Splendide ! surenchérit Saito.
-Je ne regrette pas de t’avoir tripoté les seins !
-Merci, dit simplement Stena, même si elle pensait que la dernière phrase était de trop.
-Comment tu fais ? demanda le jeune garçon.
-Secret, répondit-elle en clignant de l’œil.
-Alors, on se bat ? fit Riko avec une voix plus que joyeuse. Qui contre qui ?
-Moi contre vous deux, lâcha Stena.
Un silence s’installa.
-Pardon ?
-Moi contre vous deux, répéta-t-elle. On est une équipe, certes, mais il y a bien quelqu’un qui doit être nommé chef : il est logique que ce soit le plus fort d’entre nous. Seulement, je tiens à prouver que je suis forte, et je veux commencer avec vous.
-Je suis d’accord, approuva Saito. Ce sera une expérience enrichissante.
-Eh bien, allons-y, soupira Riko. Mais tu ne viendras pas te plaindre si on te met la pâtée !
Stena sourit.
-Essayez donc !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Lun 18 Avr - 12:51

Chapitre LIII
Entraînement de groupe


Ils étaient face-à-face. Riko et Saito d’un côté, Stena de l’autre. Riko enfila ses gants, et Saito prit sa guitare à lame. Quant à Stena, elle dégaina son katana, sortit sa dague et plaça le fourreau dans son dos. Deux contre un. C’était le genre de combat qui grisait Stena. Mais elle ne partait pas à l’aveugle : elle avait vu de quoi étaient capables ses nouveaux coéquipiers, et elle avait déjà un début de stratégie. Restait à confirmer leur stratégie à eux, et ce serait bon.

Chacun des combattants se mit en position de garde.
-Fais attention, souffla Riko à Saito. Elle a déjà vaincu deux fois Tetsuji Ken, le grade III.
-Je fais toujours attention, répliqua celui-ci.
-Ne te retiens pas. C’est tout ce que je te demande.
-Oui m’dame !
Stena fronça les sourcils. Riko était sérieuse, et cela ne lui ressemblait guère. Il allait falloir faire preuve de prudence.
-C’est quand vous voulez, annonça la jeune Sivilis.
-Je compte sur toi, Saito.
-No problem !

Il s’élança en avant, son arme levée et prête à frapper. Riko, derrière lui, lançait un de ses fils vers Stena.

-Rope Style : Steel Catch !

Le fil s’enroula autour de la cheville de Stena, qui attendait le coup de Saito. Celui-ci frappa, mais la jeune fille para habilement. Alors, le garçon fit vibrer ses cordes, et le courant électrique parcourut sa lame, puis celle de Stena avec laquelle il était en contact. Mais la garde en bois du katana de cette dernière empêcha l’électricité de passer.
-Dommage, sourit la jeune Sivilis.

Elle repoussa habilement le jeune homme et frappa le fil de sa lame chargée d’électricité. Même si le fil ne fut pas tranché, le courant circula librement dans l’acier et parvint jusqu’à Riko. Mais cette dernière ne ressentit pas le moindre choc. Comme Stena l’avait prévu, ses gants devaient l’immuniser contre ça. Mais maintenant, elle en était sûre.

Saito revenait à la charge, et la jeune fille l’attendait de pied ferme. Sauf que ledit pied quitta la terre lorsque Riko l’attira vers elle grâce à son fil. Stena étant au sol, le garçon frappa de toutes ses forces, et elle eut bien du mal à parer.

La guitare émettant toujours de l’électricité qui circulait dans son katana, la garde de bois commençait à chauffer. La jeune fille tint bon, aussi Saito sortit un taser de sa poche. Voyant qu’elle aurait du mal à contenir ça, Stena se pressa et inséra la dague entre sa cheville et le fil d’acier qui la retenait afin de lui donner du mou. Elle parvint à se dégager juste à temps et elle frappa de ses deux pieds joints le ventre du jeune homme, qui recula pour retrouver sa respiration.

Stena étant enfin libérée de l’emprise de Riko, elle put souffler un peu. Elle peaufinait sa stratégie. Elle avait vu le premier assaut. Il lui fallait maintenant subir le deuxième, et alors elle aurait sa stratégie complétée. Tout un programme.

Saito avait récupéré son souffle, et il s’adressa à Riko d’une voix forte :
-Riko ! Phase deux !
-Compris !

Stena se mit en position de garde. Phase deux, hein ? C’est donc qu’il y aurait un changement dans leur action. Mais quoiqu’il arrive, il fallait qu’elle tienne jusqu’à la fin de cette action. À ce moment, elle pourrait contre-attaquer. Cette fois, Riko déroula les cinq fils de sa main droite et les lança vers Stena.

-Rope Style : Multiple Steel Catch !

Se souvenant très bien du mal qu’elle avait eu à se libérer d’un seul de ces fils, la jeune Sivilis prit bien garde à ne pas se faire avoir. Elle esquiva chacun des fils avec agilité, ayant bien conscience qu’une parade entraînerait sa capture.

Le petit manège dura quelques secondes quand Stena nota quelque chose de troublant : Saito n’était plus là. Où était-il ?

Un cri dans son dos répondit à sa question muette. La jeune fille soupira. Pourquoi fallait-il toujours que les gens crient lorsqu’ils attaquent, même par surprise ? Mais la position de son adversaire étant révélée, Stena fit en sorte que les fils s’accrochent à ses armes, puis elle fit un magnifique salto arrière. Elle poussa dans le dos Saito avec ses deux pieds, puis elle imprima une forte secousse vers l’arrière à ses deux armes. Riko suivit donc ses fils bien malgré elle, et elle finit par percuter son allié.

Stena libéra ses armes rapidement, mais ses adversaires se ressaisirent tout aussi rapidement, ne laissant pas le temps à la jeune fille de porter le moindre coup.

Maintenant, elle avait compris comment ils procédaient, et sa stratégie était en place.

Riko, cette fois-ci, libéra tous ses fils et elle les entrecroisa pour former un filet, qu’elle lança encore vers son adversaire.

-Rope Style : Steel Web !

La jeune Sivilis, avant d’amorcer le moindre mouvement, observa ses adversaires un instant supplémentaire. Saito allait abattre sa lame électrique sur les fils. Comme elle l’avait prévu. Alors elle plaça son arme devant son visage.

-Tenryû : Hyaku Ken no Shirudo !

Stena se servit de cette technique pour nouer tous les fils autour de son katana, en prenant un soin particulier à créer des nœuds que Riko ne pourrait défaire. Puis l’instant avant que Saito ne touche les fils, elle planta son arme profondément dans le sol. La prise de terre ainsi créée redirigea toute l’électricité vers le sol, et Riko, voyant qu’elle ne pourrait dégager ses fils, retira ses gants et prit une dague dans son dos.

Stena y avait peut-être laissé Kami no Uta, mais Riko y avait laissé ses fils.

La jeune Sivilis tira le fourreau de son dos et s’élança en avant. Saito partit à sa rencontre, mais grâce à un splendide jeu de jambes, elle le contourna et poursuivit sa course vers Riko. Celle-ci, au dernier instant, lâcha sa dague et tira des cordes de ses manches. Avec l’une d’elles, elle attrapa le poignet de Stena, du côté où elle tenait la dague, et avec l’autre, elle prit le fourreau et le jeta au loin.

-Tu n’as donc pas compris ? Ma spécialité, c’est la capture !
Puis elle eut un sourire qui en dit long sur ses intentions.

Sentant le danger, Stena contourna Riko et fit passer sa dague dans sa main droite, qu’elle appliqua sur le cou de son adversaire une fois derrière elle. Saito arrêta son coup pour ne pas blesser sa coéquipière, maintenant hors jeu.

Stena trancha la corde qui la liait à Riko et elle entra en combat rapproché avec Saito. Malheureusement pour elle, son katana et son fourreau étaient hors de portée. Mais elle n’abandonnait pas.

Stena fit du mieux qu’elle put pour esquiver les coups de Saito, mais celui-ci ne laissait aucune ouverture, et la jeune fille ne pouvait en créer avec sa courte dague. Finalement, elle décida de passer dans son dos puis frapper. Mais le garçon avait lâché son arme et tenait maintenant un teaser dans chaque main, à quelques millimètres de la jeune fille.
-Désolé, Stena. Mais c’est ma victoire.
La jeune fille eut un rire nerveux. Elle avait été trop présomptueuse, et elle ne s’était pas douté un seul instant que Riko cachait des cordes dans ses manches. Sans ça, elle aurait gagné.

Mais elle avait perdu.

-Ah ! Tant pis ! Je ne suis pas plus forte que vous deux ! fit-elle, un peu déçue, mais heureuse de faire partie d’une telle équipe.
Saito et Riko se regardèrent.
-Tu n’es pas plus forte que nous deux réunis, mais tu es la plus forte d’entre nous trois, ça ne fait pas un pli, dit cette dernière.
-Ouais, aucun doute là-dessus, renchérit Saito. Et en plus, tu es sans conteste la plus intelligente de nous trois. Alors, on remettra ça une autre fois, chef ?
Stena les regarda, et elle fut si émue que sa vue commença à se brouiller à cause des larmes qui s’échappaient.
-Merci. Merci beaucoup.
-Allons, pleure pas pour ça ! Sinon, je vais devoir te tripoter !
Et ils partirent tous les trois d’un fou rire.


Dernière édition par SSRhapsody le Ven 7 Déc - 2:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Lun 18 Avr - 12:52

Chapitre LIV
Livraisons


Lundi matin. Le début d’une nouvelle semaine de cours. Et d’ennui. Comme à son habitude, Stena se leva tôt pour faire son petit jogging du matin. Quand elle arriva dans la rue principale, elle se souvint d’Akito. Elle ne lui avait pas parlé depuis cet épisode où il avait tenté de l’embrasser.

Elle attrapa le croissant au vol et s’approcha de lui. Il mit un moment avant de réagir à sa présence, mais lorsqu’il en prit conscience, il se retint de faire le moindre geste déplacé.
-Ca va ? demanda-t-il.
-On fait aller. Et toi ?
-C’est la galère. On a reçu de nombreuses commandes pour ce week-end, et je crains que nous n’ayons pas assez de personnel pour effectuer toutes les livraisons.
Il hésita un moment, puis reprit la parole.
-Tu veux bien nous donner un coup de main ? S’il-te-plaît. Bien sur, tu seras payée
Stena réfléchit un long moment. Mais après tout, elle pouvait bien rendre ce petit service.
-C’est d’accord. Ce samedi, à huit heures ?
Le garçon hocha la tête.
-Merci beaucoup.
-C’est rien. Bon, à la prochaine !
Et elle repartit vers le collège.

Une fois là-bas, elle vit que Riko l’attendait à l’entrée. Quelle surprise ! À cause des vêtements qu’elle portait quand elle était chez les Guardians, Stena ignorait qu’elle était à son collège.
-Salut Riko ! dit-elle en souriant.
-Salut Stena. J’ai un truc à te dire.
-Quoi donc ? demanda-t-elle en haussant un sourcil.
-Le capitaine veut officialiser la formation de notre équipe, apparemment. Elle demande à nous voir, samedi matin.
Ah… En voilà, une convocation qui tombait mal… Alors qu’elle devait rendre un service le jour même ! Mais bon, c’était un appel du capitaine Tatsumiya, elle n’avait pas le choix. Il allait falloir qu’elle reposte une requête sur le tableau d’accueil du campus, pour demander à quelqu’un de faire les livraisons à sa place.

Tiens, mais d’ailleurs… Pourquoi n’y avait-il pas de requêtes de ce genre, sur le tableau des Guardians ? Enfin… Peu importe.

Pendant les cours (où elle était attentive, comme à son habitude), elle rédigea le mot suivant :
« Je cherche quelqu'un pour me rendre un service : on m'a demandé de l'aide pour les livraisons de la boulangerie, seulement, je suis assez occupée et je ne pourrais pas venir. Si quelqu'un veut bien accomplir ces livraisons pour moi, j'en serais très reconnaissante. Bien évidemment, vous serez rémunéré.
Stena Sivilis »

Lorsque la cloche sonna pour la pause du midi, elle alla directement accrocher sa requête, mais sur le mur de la boulangerie, en s’excusant auprès d’Akito, en espérant que quelqu’un la remarque.

Le samedi arriva, et Stena retourna, épuisée, à l’Arbre, vers la fin d’après-midi. Mais sa journée n’était pas tout à fait finie, et il lui fallait lutter contre le sommeil pour accueillir la personne qui avait fait les livraisons à sa place.

C’est un jeune garçon aux courts cheveux blonds qui se présenta à elle, en arrivant sur un vélo. Lorsqu’il leva les yeux vers elle, Stena remarqua qu’ils étaient d’un vert d’émeraude, comme le feuillage de l’Arbre. Mais elle remarqua aussi que ses oreilles étaient légèrement pointues. Un détail étrange, mais bon…

-Salut ! dit-il en arrivant près d’elle.
Epuisée, Stena n’eut même pas la force d’ouvrir la bouche et ne répondit que par un simple hochement de tête.
-Tu dois être Stena Sivilis ?
La jeune fille répéta son mouvement.
-Je m’appelle Berelis Kuyen. J’ai fait les livraisons, comme tu le demandais sur la fiche. Il n’y a eu aucun problème.
Un jeune homme qui ne tournait pas autour du pot quand il parlait. Une qualité qu’appréciait Stena, et qui lui délia la langue.
-Merci.
Elle lui tendit le sac qu’elle avait préparé un peu plus tôt et qui contenait l’argent. Il y avait un petit plus, en guise de remerciements.
-Je vais te laisser, maintenant. Ah, et je tiens à te dire bravo. Ce doit être dur d’aider tous les jours à la boulangerie en faisant des livraisons. Je comprend que tu dois avoir besoin de jours de repos pour te changer les idées.
Si seulement il savait qu’elle faisait un travail beaucoup plus épuisant que des livraisons de pain et pâtisseries…

Berelis s’éloigna, puis il s’arrêta subitement.
-Oh là, y a beaucoup trop d’argent là-dedans. Tiens, je n’en prends que la moitié et je te rends le reste. Je ne l’ai fait qu’une journée, contrairement à toi. Mon travail ne vaut pas tant, dit-il avec un sourire. Allez, cette fois, je te dis au revoir. J’espère pouvoir te croiser à nouveau un de ces jours.

Stena le regarda s’éloigner. Oui. Pourquoi pas. Une nouvelle rencontre serait la bienvenue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Lun 18 Avr - 12:52

Chapitre LV
Deuxième étage


Un mois s’était écoulé depuis que Stena était devenue chef de leur petit groupe. Un mois, et les trois compères venaient tout juste d’atteindre le grade III. Cela n’avait pas été sans mal, mais ils pouvaient désormais faire des missions mieux payées.

Ils étaient actuellement en grande discussion avec Hideaki, qui leur expliquait comment se comporter ici. Le deuxième étage était un peu mieux agencé que celui d’en-dessous : de grandes tables, des chaises avec accoudoirs et dossiers, parquet ciré, et bar en libre-service. Le nombre plus restreint de Guardians n’était pas si significatif que ça, mais chacun d’eux adoptait un air beaucoup plus sérieux que ceux d’en bas. Ils paraissaient moins écervelés et plus forts, d’ailleurs. Tetsuji Ken discutait également dans un coin avec un confrère, et il riait de bon cœur.

Les missions disponibles sur le tableau étaient également plus alléchantes. La récompense la moins élevée s’élevait tout de même à trente mille yens, et les quêtes consistaient surtout à appréhender des individus dangereux, voire au “nettoyage” de certains campement de rebelles.

Inutile de dire que ce fut l’une de ces missions que choisit Stena.
-« Mettre hors d’état de nuire les cinquante individus présents dans la campement au sud-est de Mahora, pour une récompense de cent soixante mille yens », lut Riko par-dessus son épaule. Pas mal, ça me plaît.
-N’est-ce pas ? sourit Stena, fière de sa trouvaille.
-Ce sera l’occasion de montrer notre travail d’équipe, nota Saito.
-Déjà, vous avez compris qu’à partir de cet étage, les missions se font en groupe, et c’est un bon point, intervint Hideaki. Elles ne sont pas impossibles individuellement, mais comme elles présentent des risques… Sachez toutefois que vous êtes la plus petite équipe, ici. On agit par groupes de cinq ou six minimum.
-C’est bon, on a compris… Mais même si plus on est nombreux, mieux c’est, on ne veut pas de toi avec nous, quatre-yeux, lança Riko.
-Ne t’en fais pas : pour rien au monde je bosserais avec toi. Je suis pas complètement cinglé.
-Tu insinues que je le suis ? releva Stena.
-Non ! Bien sûr que non ! tenta-t-il de se rattraper. C’est que… euh…
-Te fatigue pas, va…
Hideaki tira une mine déconfite.
-Je te souhaite juste bonne chance. Fais juste attention à bien la tenir en laisse.
-Prends garde à ce que je ne te passe pas la corde au cou, toi, répliqua la principale concernée.
-Le jour où ça arrivera, tu seras devenue aussi intelligente que moi. Autant dire que c’est pas prêt d’arriver.

Réagissant au quart de tour, Riko mit les mains dans ses poches pour en sortir ses gants. Mais elle ne trouva que du vide, à sa grande surprise. Hideaki sortit alors les objets de sa veste et les mit bien en évidence.
-Quand est-ce que… ?
-Depuis le début. Je sais très bien comment se finit une discussion entre nous deux, alors j’ai anticipé. Oh ! Et j’ai fait de même avec les cordes dans tes manches et dans ton dos.

D’abord étonnée, la jeune fille ne tarda pas à se ressaisir et à sortir une autre corde de l’intérieur de son jean. Je vous fais grâce de l’endroit précis. Mais Sugisaki, à l’instant même où la corde fut entièrement sortie, trancha ladite corde avec son arme.

-Tu crois tout ce que je te dis, imbécile, se moqua le jeune homme. C’était du pur bluff. Mais grâce à ta crédulité, je connais maintenant tous les endroits où tu ranges tes cordes.
-Pff… Tu n’oseras jamais aller chercher une corde là-dedans, sourit Riko avec confiance.
-On parie ? Tu serais surprise de savoir jusqu’où je peux aller, dans le feu de l’action.
D’un coup, Mizukoe ne fut plus aussi sûre d’elle.
-Je croyais que je ne t’intéressais pas…
-Toi, non, ma vie, oui. Je tiens pas à la perdre juste parce que j’aurais omis de fouiller un endroit.
-Tu es horrible.
-Rationnel, corrigea Hideaki en remontant ses lunettes.
-Il a pas tort, surenchérit Stena.

Saito avait suivi toute la scène silencieusement, mais il fut le premier à rire en voyant le visage boudeur de Riko. Tout le monde finit par se joindre à lui, même cette dernière.

C’est alors que Mana descendit les escaliers, l’air soucieuse.
-Sugisaki, on a besoin de toi, appela-t-elle. Viens dans la bureau.
Et elle disparut aussitôt.
-Bon, eh bien, je crois que je vais devoir vous laisser.
-Attends, le retint Stena. Tu as le droit de monter ?
Hideaki sortit son badge, et la jeune fille remarqua, en plus des signes du Capricorne, du Verseau, des Poissons et du Bélier, l’étoile au centre était également blanche.
-Je bénéficie d’une autorisation spéciale en tant que stratège. Bon, j’y vais, je ne veux pas que le capitaine se mette en colère, d’autant qu’elle a pas l’air d’humeur.
Et il disparut lui aussi à l’étage.
-Bon, on y va ? proposa Riko.
-On y va, confirma Stena.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Lun 18 Avr - 12:52

Chapitre LVI
Mission à risques


Il était tard, en cette soirée du samedi 23 Mars : il devait être dix heures. Il faisait sombre. C’était non seulement une nuit sans lune, mais les nuages couvraient également la faible lueur des étoiles. Pour les trois jeunes gens qui étaient sous le couvert des arbres, c’était le noir complet. Et en plus de cette obscurité oppressante, il y avait un silence de mort. Pas le moindre bruit. La nature était endormie.

Ils se déplaçaient sans bruit, à part les rares fois où ils marchaient sur des brindilles sèches qui craquaient sous leur poids. Cela faisait maintenant plus d’une heure qu’ils avaient entamé leur course nocturne. Mais aucune fatigue ne se laissait transparaître sur leur visage : ils s’étaient longuement préparés en vue de cette mission.

Grâce à son excellente vue, Stena repéra avant les deux autres la lumière qui devait provenir d’un feu de camp : c’était leur destination.

D’un bref signal sonore, elle ordonna aux deux autres de se mettre à couvert. Stena grimpa à l’arbre le plus proche d’elle, et elle profita que ceux-ci soient proche les uns des autres pour circuler de branche en branche tout en évitant de faire craquer les branches sèches de l’hiver. Quand elle se fut suffisamment approchée du feu de camp, elle vérifia que Riko et Saito étaient également en position. Ils l’étaient, Riko suspendue par un fil à une branche épaisse, et Saito caché derrière un arbre au tronc large.

Stena observa alors le campement et les personnes qui s’y activaient : leurs cibles. D’un rapide calcul, elle dénombra quarante-sept types, tous âgés d’au moins vingt ans et armés d’épées rouillées pour la grande majorité. L’affiche indiquait qu’il y en avait cinquante. Il en manquait donc trois. Mais où ? Elle ne pouvait commencer son plan si elle n’avait pas toutes les informations.

Elle obtint sa réponse un peu plus tard, quand elle vit les trois personnes manquantes sortir d’une tente. Il y avait un grand homme, dans la trentaine, possédant dans un baudrier une épée d’excellente facture et un équipement un tant soit peu décent comparé au reste de la troupe, et les deux autres, immenses, les épaules carrées et des épées émoussées au moins aussi grandes qu’eux. Ce devait être le chef et ses deux gardes personnels.

Quand il arriva devant le feu, tout le monde se tut et reporta son attention sur lui. Le chef déclama d’une voix détonante :
-Mes chers amis, ce soir, c’est le soir du ravitaillement !
Les types poussèrent un puissant cri qui fit vibrer l’arbre sur lequel était juché Stena.
-Que ceux qui ont été sélectionnés pour le pillage de ce soir se lèvent !
Vingt personnes se mirent debout, avec un grand sourire.
-Vous allez vous séparer en deux groupes : l’un passera par l’entrée sud, l’autre par l’est. Les autres, vous faites comme d’habitude.
Puis ils rentra dans sa tente avec ses deux gorilles (Stena n’avait pas meilleur qualificatif), sans autre forme de procès. Dix personnes partirent au nord et dix autres à l’ouest. Quant aux autres, ils se réunirent pour savoir qui s’occuperait de la ronde.

Ils se séparaient, et c’était un avantage pour les trois jeunes gens, car Stena avait prévu ce cas de figure. Ils avaient tout minutieusement préparé. Mais il fallait agir vite avant que la ronde ne soit mise en place, et, avant toute chose, il fallait protéger le campus. Avec de rapides signes de la main, Stena ordonna à Riko de poursuivre le groupe du nord et à Saito celui de l’ouest. Sachant que faire, ils hochèrent la tête et commencèrent leur filature. Ils avaient pour rôle d’attendre que les groupes soient suffisamment éloignés du campement, puis se retrouver en ce même lieu une fois leurs cibles vaincues.

Enfin, à cause de cette séparation, Stena devait s’occuper à elle toute seule de trente individus, dont le chef et sa garde rapprochée. Mais si tout se passait selon sa stratégie, elle réduirait ce nombre de moitié sans aucun problème.

Le groupe avait fini de s’organiser, et comme elle l’espérait, dix hommes furent assignés à la ronde. Ils se séparèrent dans toutes les directions, et l’une d’elles menait à Stena. Si tôt que le type fut passé en-dessous d’elle, Stena bascula en arrière, ne se tenant à la branche que par ses jambes pliées, puis elle lui tordit le cou, juste assez pour le faire sombrer dans l’inconscience. Mais au lieu de le laisser tomber, ce qui aurait été une grave erreur, elle l’adossa délicatement au tronc de l’arbre.

Si les rebelles suivaient les règles de base du chemin de ronde, Stena n’avait que peu de temps pour éliminer les neuf autres. Aussi se dépêcha-t-elle de rejoindre le suivant en passant de branche en branche.

Pour les huit suivant, elle procéda de la même manière que pour le premier. Mais en voyant le dernier, elle attendit patiemment en haut de sa branche. Cette personne était l’individu clé pour la suite de son plan, et elle ne pouvait se permettre de louper son coup.

Quand il passa en-dessous d’elle, la jeune fille répéta les mêmes actions. Cependant, elle marqua un temps avant de lui tordre son cou : le temps qu’il crie à l’intrusion. Le camp étant à portée de voix, l’appel fut clairement entendu. Stena lâcha le corps inerte entre ses mains et attendit.

Deux personnes approchaient. Parfait. La forêt étant plongée dans le noir le plus complet, ils ne virent pas la jeune fille, qui était déjà habituée à l’obscurité, et celle-ci en profita pour donner un coup dans la nuque du premier, qui tomba dans les pommes. Le second, entendant le bruit de chute, se retourna vivement, l’arme à la main. Mais Stena était réactive, et les ténèbres ne gênaient aucunement son excellente vision. La jeune Sivilis descendit de son perchoir et frappa le poignet du garçon avec son fourreau, qui lâcha son arme sur le coup. Stena le prit par la gorge avant qu’il n’appelle à l’aide et le priva d’air jusqu’à ce qu’il s’évanouisse.

Son plan très précis était basé sur la rapidité d’action et sur les mouvements de ses adversaires, mais il avait une subtilité qu’il ne fallait pas négliger, car lorsque l’on se base sur ce que fera l’autre, l’échec n’est jamais loin.

Mais la réussite est absolue.

Stena attendait maintenant le prochain mouvement de l’adversaire. Il fallait qu’il agisse vite, ou bien les personnes inconscientes se relèveraient. Mais ça, il n’était pas sensé le savoir, et c’est là-dessus que comptait la jeune fille. Celle-ci, du haut de sa branche, vit le chef du campement ordonner à trois autres types d’aller voir ce qu’il se passait, vu que les deux autres ne revenaient pas.

L’ennemi était stupide, et c’était tant mieux pour elle. Tout fonctionnait comme prévu.

Hors de vue du campement, la jeune fille assomma le premier type de la même manière que le groupe précédent. Les deux autres se mirent dos à dos. Sage décision. Mais ils firent l’erreur de se séparer pour voir comment allait le premier. Stena n’attendait que cela. Camouflée par l’obscurité, elle frappa dans la nuque de l’un des deux types avec son fourreau, et celui-ci s’écroula sur le premier qui était dans le même état, à présent. Le troisième n’ayant rien vu à cause des ténèbres des lieux, il regarda à droite et à gauche. Et quand il fit dos à Stena, cette dernière eut raison de lui.

La jeune Sivilis remonta sur sa branche d’où elle pouvait voir le campement et réfléchit à la manière d’exécuter la suite de son plan. La stupidité avait ses limites, donc il ne fallait pas s’attendre à ce que le chef renvoie d’autres hommes. Mais Stena était satisfaite : elle avait accompli son objectif premier, puisque de trente, elle était passée à quinze ennemis sans aucune difficulté. Cependant, la suite se ferait à découvert : il fallait être prudent.

Stena avait clairement demandé à Riko et Saito de ne pas blesser leurs cibles : cela dépendait de la réussite de la mission. Aussi, elle ne s’attendait pas à les voir revenir de sitôt. Elle allait devoir agir seule, avant que les autres ne se réveillent.

Avant de prendre des risques inconsidérés, il fallait réduire leur nombre avant qu’ils ne la débusquent. Sans dégainer sa lame, Stena plaça son fourreau au niveau de son visage. Elle visa l’ennemi le plus éloigné d’elle.

-Tenryû : Kaze no Hamâ !

Elle frappa le vide de son fourreau, et la personne visée s’écroula comme si elle avait reçu un coup de massue. Naturellement, tous les autres se retournèrent. Stena recommença son manège avec l’autre cible la plus éloignée. Tout le monde regarda leur camarade s’écrouler sur le sol. Ils n’avaient rien vu, et ne comprenaient pas. La jeune fille recommença, puis elle laissa la confusion s’installer. Les ennemis décidèrent d’aller voir de plus près. Ils lui tournaient désormais le dos.

C’était le moment qu’attendait Stena.

Elle descendit de sa branche, dégaina son katana et s’élança en avant. Elle frappa les deux premiers avec le plat de sa lame et son fourreau, au niveau de la nuque, et elle en fit de même avec sept autres avant même que les deux premiers ne touchent le sol. Mais lorsqu’elle arriva au niveau du chef, l’un de ses deux gardes s’interposa, et celui-ci reçut le coup en haut de son tronc (car il était vraiment grand) sans broncher.

Le chef se retourna et fut d’abord surpris de constater que c’était une fille facilement vingt ans plus jeune que lui qui était à l’origine de ce massacre. Puis il prit la parole :
-Tu as vaincu tant de mes hommes en un si court instant, je suis surpris, dit-il naturellement, sans montrer la moindre compassion à l’égard de ses subordonnés. Mais tu les as eu par surprise, sinon, tu n’aurais pas pu les vaincre. Et nous sommes les trois plus forts. Tu es seule. Abandonne.
Stena eut un rictus.
-Et puis quoi encore ? Ce sera juste plus dur de vous vaincre sans vous blesser, c’est tout.
-Ah, tu crois ça ?

Il claqua des doigts et le second gorille frappa au sol, à l’endroit où se trouvait la jeune fille une seconde plus tôt. Son poing s’enfonça profondément dans la terre, où il resta coincé. Heureusement qu’elle n’avait pas eu à encaisser ça !

Avant que le garde n’ait pu retirer son poing, Stena frappa sa nuque avec son fourreau, prit appui sur son dos et sauta par-dessus l’autre garde. À cause de sa corpulence, celui-ci ne put esquiver le coup de la jeune fille à temps, et il tomba au sol, inconscient.
-T’as vu ça ? nargua cette dernière en s’adressant au chef.

Celui-ci sourit, et Stena ne sentit que trop tard l’aura dans son dos. Une main énorme l’attrapa au cou et la souleva de terre : c’était le gorille qui avait sa main dans le sol il y a quelques instants à peine. Il n’était donc pas dans les vapes ?

Le chef ricana bruyamment.
-Eh bien ? On fait moins la maligne, hein ?
Il dégaina une dague et la lécha de tout son long avec un regard diabolique. Effrayée pour la première fois depuis l’épisode avec l’Akuma no Kami, Stena se débattit pour échapper à l’emprise du garde du corps. Mais en vain.
-Je vais te faire souffrir, et lentement…
Il prit sa main droite et leva sa dague.
-On va commencer doucement, hein ? fit-il d’une voix pleine de fausse compassion.

Tétanisée, la jeune fille ne pouvait plus esquisser le moindre mouvement. Si Riko et Saito devaient apparaître, ils devaient le faire maintenant !

Le chef enfonça sa dague dans le dos de la main de Stena, qui hurla de douleur. Mais encore, il modérait sa force, car la lame n’était pas passée de l’autre côté. Alors il commença à tracer une entaille dans la main de la jeune fille, qui ne cessait de crier.
-J’ai toujours rêvé de faire de l’art sur corps humain, sourit-il. Mais pas de tatouage, c’est trop classique.
Le gorille ricana. Et enfin, après ce qu’il sembla une éternité à la jeune fille, il releva sa dague.
-Que penses-tu de mon œuvre ?

Il la força à regarder, et elle put voir qu’il avait tracé dans sa chair une spirale qui faisait trois tours avant de remonter jusqu’au milieu de son avant bras. La plaie fraîche saignait abondamment, et le liquide écarlate recouvrait tout le dos de sa main. Elle souffrait. Elle souffrait intensément. Mais elle ne pleurait pas. Elle s’était promis de ne plus pleurer.
-Je constate que tu restes sans voix, dit le tyran avec un sourire narquois. Alors on va faire pareil avec l’autre main : ça fera plus joli comme ça.

Bien malgré elle, une larme de peur coula le long de sa joue lorsqu’il lui prit l’autre main. Il planta de nouveau son arme souillée de sang et commença à reproduire son dessin dans la chair, sous les cris de Stena.

Une bonne minute plus tard, le type se releva.
-Et voilà le travail ! déclara-t-il, fier de lui.
Stena lui jeta un regard assassin.
-Oh… Mais quels jolis yeux… Peut-être vais-je les prendre ?
La jeune fille baissa la tête, incapable de parler puisqu’elle se mordait la lèvre inférieure pour contenir ses cris de douleur en même temps que ses larmes. Le chef, cruel, releva sa tête et approcha la dague de ses yeux.

Elle avait besoin d’aide !

Mais alors que la pointe de la lame était à quelques millimètres de son œil gauche, le chef fut violemment projeté sur le côté : il avait reçu un formidable coup de pied en pleine tête. Mais ce n’était ni Riko, ni Saito qui était à l’origine de cette aide. C’était un jeune homme de son âge, aux cheveux blonds ébouriffés, et avec un sabre de bois dans son dos. Il portait des vêtements simples, mais il avait un visage incroyablement sérieux.

Le garde du corps fut tellement surpris par cette attaque qu’il relâcha un peu son emprise. Malgré la douleur, Stena profita de cette occasion pour rejeter brusquement sa tête en arrière. Elle rencontra le nez du type, qui relâcha totalement son emprise. Elle se dégagea d’un mouvement d’épaules et, étant incapable de porter un coup avec ses mains ensanglantées, elle mit un formidable coup de pied retourné dans le visage du gorille, qui s’envola à quelques mètres de distance pour retomber, inconscient.

Stena se retourna et vit que son sauveur s’apprêtait à porter le coup de grâce au chef. Se rappelant de sa mission, elle parvint à crier à temps :
-Ne le tue pas !
Et le jeune blond frappa, dans son cou, lui faisant perdre connaissance.
-Merci. Merci infiniment, dit la jeune fille.
-De rien, c’est normal, répondit-il, gêné. Mais tu saignes, fit-il remarquer malgré l’évidence.
-C’est pas grave. Je m’appelle Stena. Stena Sivilis. Enchantée. Désolé si je ne peux pas te serrer la main, mais, puis-je connaître le nom de mon sauveur ?
Le jeune garçon sembla hésiter un instant, puis il répondit :
-Yozora. Yozora Tentaï.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Lun 18 Avr - 12:53

Chapitre LVII
Marquée pour l'éternité


Stena arracha péniblement les manches de sa tenue pour les passer autour de ses mains en guise de bandages, et immédiatement, le tissu noir (parce qu’elle était en mission nocturne) s’imprégna de son sang.

-Qu’est-ce que tu faisais ici ? demanda Yozora.
-Une mission. Je devais capturer ces types.
-C’est pour ça que je n’ai pas eu le droit de le tuer, alors, dit-il en désignant le chef.
-En effet. Tu peux m’aider les à les attacher ? Je vais avoir un peu de mal, toute seule.
-Y’en a combien ?
-Ici et dans les environs, trente.
Sifflement de Yozora.
-Et on les attache avec quoi ?
-Il y a des cordes, dans un bosquet un peu plus loin, déclara la jeune fille en indiquant la direction d’un mouvement du menton. On va les attacher et les rassembler ici.
-OK
Et il partit sous le couvert des arbres pour aller chercher les liens.

Dès qu’il fut hors de vue, Stena cessa de sourire et tenta de contenir la douleur. Le moindre mouvement qu’elle faisait avec ses mains la faisait souffrir atrocement, et elle avait bien du mal à ne pas gémir. Il lui fallait se faire soigner au plus vite.

Yozora revint avec les cordes et commença dès lors à attacher les personnes à sa portée. Stena ne pouvant rien faire, elle décida d’engager la conversation.
-Et toi, qu’est-ce que tu faisais ici ?
-On m’a envoyé.
-C’est-à-dire ?
-Eh bien… Un ami m’a envoyé chercher ses affaires qu’il avait oubliées, comme il ne pouvait y aller. Mais je me dis qu’il savait ce qui allait se passer, maintenant.
-Ton ami a eu une excellente intuition. Sans ça, je serais morte, à l’heure qu’il est.
-Ouais… Parfois, je me demande qui il est vraiment… Enfin…
Il finit de nouer la corde dans le dos de l’un des types et reprit la parole.
-Je ne peux pas rester, malheureusement.
-C’est pas grave. Des amis à moi ne devraient pas tarder.
Le jeune Tentaï se leva et partit. Mais juste avant qu’il ne disparaisse, Stena l’interpella.
-Est-ce que je pourrais rencontrer ton ami ?
Yozora réfléchit un instant.
-Pourquoi pas. À Hanami, dans l’allée des cerisiers, ça va ? À midi, pour un pique-nique.
-J’y serais, affirma la jeune fille.
Et le garçon partit sur un sourire.

Pile à ce moment, Riko et Saito apparurent, traînant leurs cibles derrière eux. Apparemment, les combats n’avaient pas été faciles, car leurs vêtements étaient en lambeaux et ils avaient de nombreuses coupures d’où suintait l’hémoglobine. Mais elles étaient bien peu profondes, comparé à Stena.

Dès qu’elle vit le sang couler des bandages déjà gorgés du liquide, Riko lâcha ses victimes et se précipita vers son amie.
-Stena, ça va ? interrogea-t-elle, visiblement inquiète.
-Ca aurait pu être pire.
-Tu as besoin d’aller te faire soigner au plus vite, signala Saito.
-C’est ce que je vais aller faire. Vous, restez ici et attachez ces types. Il y’en a aussi aux alentours, alors comptez bien. Moi, je vous ramène l’agent.
Ils hochèrent la tête, et Stena partit.

Elle arriva deux bonnes heures plus tard au pied de l’Arbre Monde, chancelante. Elle avait perdu beaucoup de sang, et elle avait du mal à tenir sur ses jambes. La jeune fille s’appuya avec son coude sur l’immense tronc pour éviter de chuter.
-Spirit ! appela-t-elle d’une voix affaiblie par la fatigue. Spirit !

La lumière apparut au milieu du feuillage, et quand elle vit Stena aussi mal en point, elle flotta jusqu’à elle à toute vitesse, laissant une trainée blanche dans le ciel nocturne. La jeune fille s’allongea sur le sol et enleva ses bandages avec difficulté tout en retenant sa douleur sur le point d’exploser. La petite lumière dégagea de sa chaleur, et la douleur de Stena s’atténua peu à peu jusqu’à disparaître complètement. Quand elle leva ses mains devant elle, elle put voir que ses plaies avaient cicatrisé. Mais elle garderait la marque jusqu’à la fin de ses jours.

-Merci, Spirit, dit Stena avant de se lever et de partir vers l’agence d’accueil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Lun 18 Avr - 12:53

Chapitre LVIII
Cicatrices


Une ascension rapide, comme l’avait prédit Hideaki. Et Stena avait appris à avoir confiance dans le jugement du garçon. Une fois de plus, il avait raison. La mission de la veille, même si elle avait été douloureuse, les avait fait monter en grade. Stena, perchée comme à son habitude sur l’Arbre Monde, observait son badge, dont le signe du Bélier était devenu blanc à son tour.

Mais lorsqu’elle retournait sa main, elle voyait sa cicatrice en forme de spirale, et cela faisait ressurgir en elle le souvenir cuisant de la veille.

Contrariée par cela, elle descendit de l’Arbre et se dirigea vers les dortoirs, où elle stockait son argent. Elle avait récupéré soixante mille yens hier, alors autant s’en servir. Quand elle entra dans sa chambre (où il n’y avait étonnamment pas le moindre grain de poussière), elle alla directement piocher un peu d’argent dans son coffre caché sous son lit. Mais avant de ressortir de la pièce, elle regarda dans son placard et vit l’ensemble d’un blanc pur que son ancien patron lui avait offert pour Noël.

Après une brève hésitation, elle décida d’essayer ces vêtements : et ils lui allaient parfaitement. Le haut sans manches était muni d’une fermeture éclair, de quatre poches intérieures et de deux autres poches fermées elles aussi par fermeture éclair au niveau de sa poitrine. Le bas était un short moulant qui lui couvrait la peau jusqu’au milieu de ses cuisses. L’ensemble blanc faisait ressortir la couleur noire de ses cheveux et de ses yeux.

Très satisfaite, Stena rejoignit la rue principale avec le sourire aux lèvres. Et si sa popularité auprès des garçons était très grande, ses vêtements aguichants attiraient le regard d’absolument toute la gente masculine.

Elle rentra dans une grande boutique de prêt-à-porter, et après avoir flâné trois bonnes heures à l’intérieur (c’était l’une des rares occasions où elle montrait sa féminité), elle en ressortit avec son unique achat : des gants. De longs gants blancs qui lui remontaient au-dessus du coude, et serrés au sommet par une ceinture, afin qu’ils s’adaptent parfaitement à leur utilisateur. Stena avait même insisté auprès du vendeur pour que ses gants soient adhérents et isolants. Cela lui avait coûté une petite fortune, mais maintenant, ses cicatrices étaient cachées.

Cela dit, tant qu’elle était dans la rue commerçante, autant continuer sur sa lancée. Aussi rentra-t-elle dans une boutique qui vendait des armes et autres équipements. Quand la jeune fille en ressortit, elle portait à l’épaule une sacoche blanche dans laquelle se trouvait son katana. Elle ne pouvait pas toujours porter son arme à la main après tout. Stena avait également une ceinture assortie à son ensemble, à laquelle était accrochées au niveau du dos quatre dagues ressemblant à son katana, mais en miniature, bien évidemment.

Stena était désormais bien équipée, et de nouveau prête à affronter n’importe qui !

Quoique… Elle était bien équipée, certes, mais pas si préparée que ça : elle manquait cruellement de techniques s’adaptant à son mode de combat. Pourtant, ce n’était pas les idées qui lui manquaient, seulement, un combat réel n’était pas forcément le moment idéal pour tester de nouvelles techniques qui avaient des chances d’échouer. Il lui fallait s’entraîner avant. Trouver un cobaye qui voudrait bien la laisser le transformer en pâtée pour chien. Mais qui ?

Stena réfléchit un moment, puis sourit en trouvant la réponse. Et puis, même si il refusait de coopérer, elle pouvait le faire chanter.

La jeune fille se mit donc en route, et finit par arriver devant le dojo de kendo, devant lequel Hiroshi passait le balai. Quand il remarqua sa présence, il cessa son activité et la salua d’une courbette respectueuse.
-Salut. Tu cherches Hideaki ? demanda-t-il.
-Il est là ? s’étonna Stena.
-Non, il est sur une mission.
Comme le pensait la jeune fille. Mais elle n’était pas venue pour lui.
-Et Tetsuji ?
-Dans la salle principale.
-Merci, dit-elle avant d’aller à la rencontre de Ken, qu’elle trouva en train de faire des passes, seul, étonnamment.
-Tiens ? Stena ? Je ne m’attendais pas à te voir. Quel bon vent t’amène, dans cette tenue ?
-J’ai besoin de toi.
-Oh ? fit-il avec un haussement de sourcil.
-Pour tester mes nouvelles techniques sur toi.
-Oh… Et puis quoi encore ? La première fois, tu m’as salement amoché.
-Et alors ?
-Ton manque de pitié à mon égard me désespère fortement. Bref, je refuse.
-Allez, tu t’en fiches, tu peux guérir en un rien de temps ! déclara sournoisement Stena.
Tetsuji déglutit péniblement.
-Cette guérison magnifique qui te soigne même des blessures les plus graves en quelques jours seulement !
-Bon, c’est d’accord, soupira-t-il. Mais à une condition…
-Je ne parle à personne de cette guérison miraculeuse, compris ! sourit la jeune fille.
Ken resta sans voix un instant, la bouche grande ouverte.
-Mais comment es-tu devenue aussi sournoise ?
-Mauvaises fréquentations, répondit simplement Stena. On commence ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Lun 18 Avr - 12:53

Chapitre LIX
La voie de la guerrière


Ils se tenaient maintenant face-à-face dans le dojo, leurs katanas dégainés et en position de garde. Stena avait insisté pour se servir de vraies lames, et le pauvre Tetsuji n’avait pas eu le choix.
-Et je suis censé faire quoi ? demanda ce dernier en faisant la moue.
-Te battre du mieux que tu peux.
-Alors allons-y et terminons ça au plus vite.

Stena s’élança vers l’avant, sans que Tetsuji n’ait eu le temps d’esquisser le moindre geste. Mais étant réactif, il plaça la lame devant son visage et commença sa redoutable technique de parade. Pile ce que le jeune fille désirait pour tester une nouvelle technique.

-Tenryû : Koikuchi o Kiru !

Grâce à son acuité visuelle, elle repéra un moment où Ken levait son arme vers le haut et attaqua d’estoc. Bien évidemment, la défense du garçon était redoutablement rapide, aussi Stena stoppa son coup qui n’avait aucune chance de l’atteindre, puis, grâce au dos de sa lame, elle repoussa le katana de Tetsuji, fit un pas en avant sans changer d’appui et appliqua la pointe de Kami no Uta sur son cœur.

-Que… commença-t-il.
-"Toujours aller au-delà de soi-même pour devenir meilleur", lâcha Stena. C’est ma devise, et je l’applique. Le meilleur moyen de progresser est de trouver une parade à ses propres techniques. Ainsi, on arrive à se vaincre soi-même et à aller de l’avant. Tu vois les résultat ?
-Impressionnant… Tu as d’autres techniques ?
-En phase de test.
-Montre-moi !
Stena sourit. Elle avait l’impression que les rôles d’élève et de maître avaient été échangés.

Ils se remirent tous deux en position, et la jeune fille partit de nouveau, pour attaquer le flanc gauche de Tetsuji. Celui-ci leva son katana perpendiculairement au sol, prêt à parer. Stena sortit l’une des dagues dans son dos et frappa l’arme de Ken pour l’occuper.

-Tenryû : Tsukagashira !

Sans bouger sa dague, elle pivota sur son pied gauche et donna un grand coup avec le pommeau de Kami no Uta dans son ventre, lui coupant le souffle. Sa garde était baissée, mais Stena ne se laissa pas prendre au piège : Ken savait se passer de son souffle. Au lieu de plonger vers lui, comme l’aurait fait un autre, elle se prépara pour son autre technique.

-Tenryû : Jigane ga Deru !

En bougeant sa lame très vite, elle coupa superficiellement Tetsuji qui s’était déjà relevé, déçu que son piège n’ait pas fonctionné. Sa technique ne visait pas ses points vitaux : elle se contentait d’épuiser l’adversaire petit à petit, sans lui laisser l’occasion de parer. En tant qu’expert, Ken savait protéger ses points vitaux, et il aurait été inutile d’essayer de les atteindre. Mais cette technique permettait aussi, en plus de fatiguer l’ennemi, de revenir parer sans difficulté en cas de contre-attaque.

Les nombreuses coupures zébraient maintenant toute la partie supérieure du corps de Tetsuji, qui commençait à ralentir ses mouvements. C’est ce moment que choisit Stena pour user de sa dernière technique. Elle prit son katana à deux mains, le leva bien haut pour laisser le temps à Ken de se protéger, puis frappa.

-Tenryû : Tsuba Zeriai !

Le choc entre les deux lames fit retentir un puissant son métallique dans toute la pièce. Stena ne cessa pourtant pas de pousser sur son arme, faisant reculer Tetsuji, puis elle fit un bref mouvement du poignet. Ce mouvement permit à Kami no Uta d’entamer la lame de Ken, qui écarquilla les yeux de surprise. Il voulut se dégager, mais il était trop tard pour lui : les deux lames étaient maintenant enclavées l’une dans l’autre.

Stena continua ses mouvements du poignet, et le katana de Ken finit par céder au bout d’une bonne minute. La lame se brisa en deux. La jeune fille arrêta la course de Kami no Uta juste à temps, à quelques millimètres à peine du torse de Tetsuji.

Celui-ci sourit.
-Voilà qui me rappelle une scène qui s’est produite fin Décembre, n’est-ce pas ?
-Sauf que ce n’est pas le fruit du hasard, cette fois-ci, répliqua Stena.
Tetsuji partit d’un fou rire.
-Je suis totalement surclassé ! Pas étonnant que tu sois montée grade IV en à peine plus d’un mois !
-Merci.
-Les hauteurs de ce monde t’attendent, ma chère Stena !
Et le rire de Tetsuji Ken résonna dans tout le dojo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Lun 18 Avr - 12:53

Chapitre LX
Epreuve de force


Ce soir là, Stena fit encore un autre rêve.

Ce rêve réaliste. Ce rêve où tout semblait réel. Ce rêve où tout pouvait être touché. Ce rêve où la douleur était vive. Ce rêve où les cinq sens de la jeune fille étaient en éveil.

Stena était dans un espace blanc. Rien autour d'elle. Peu importe où elle regardait. Au-dessus, du blanc. En-dessous, du blanc. Rien. Pas même le moindre son, le moindre souffle de vent. Elle était seule. Et cette fois, pas de jeune garçon en vue. Vraiment rien.

Une ombre apparut soudain. Comme ça, sans le moindre signe annonciateur. Enfin, pas tout à fait une ombre. Mais une personne enroulée dans une cape noire à capuchon masquant son visage dans les ténèbres. Et cette personne n'avait pas d'ombre. C'était une ombre elle-même.

Shadow. C'est comme ça qu'elle allait le baptiser. Autant lui donner un nom.

Puis elle sentit quelque chose dans sa main : son katana. Il était là. Alors, obéissant à une impulsion, elle se mit en position de garde, sans dégainer sa lame, face à son adversaire. Voyant qu'il ne faisait pas le moindre mouvement, Stena fonça vers l'ombre, le fourreau de son katana tendu derrière elle. En arrivant devant Shadow, elle bondit par-dessus pour frapper le bas de son capuchon avec son arme, à l'endroit où devait se trouver sa nuque.

Malheureusement, et sorti de nulle part (ou peut-être était-il là depuis le début, mais invisible), un mur blanc stoppa son coup. La force qu'elle y avait mit se retourna contre elle, et elle se déboîta l'épaule, lui arrachant un petit cri de douleur.

Tombant au sol, elle se tint son épaule meurtrie, et l'ombre se retourna vers elle, doucement, comme une menace de mort. Levant ce qu'il semblait être son bras droit, l'ombre frappa vers le sol. Stena, dans un réflexe très vif, parvint à rouler sur le côté et à se remettre sur ses jambes, avant de s'écarter d'un bond. L'ombre toucha le sol avec une force incroyable, provoquant un souffle digne d'une bombe. Mais le sol de cet espace chimérique semblait plus dur que le diamant, et l'ombre semblait s'être fait très mal avec l'impact : elle frissonnait étrangement.

Décidant de ne pas s'arrêter dans son élan, la jeune fille repartit avec une puissante impulsion. Son arme toujours dans sa main droite, elle frappa vers ce qui devait être le visage de l'ombre avec sa main restante. Malgré le fait que le coup soit prévisible, l'étrange créature ne bougea pas, et Stena toucha le visage de l'ombre. Etrangement, elle ne ressentit pas sous ses doigts la forme banale d'un visage. Seulement une étrange matière.

Quoiqu'il en soit, l'ombre fut projetée en arrière, et Stena bondit à sa poursuite pour cette fois placer un coup de pied au niveau de son ventre. Cependant, l'ombre esquiva aisément, cette fois-ci, et Stena ne put s'arrêter en plein vol. Le hasard étant tourné contre elle, la jeune fille se percuta à un autre mur blanc se fondant parfaitement dans le décor, et cette fois, ce fut sa cheville qui en subit les conséquences.

L'ombre se retourna encore avec une lenteur effrayante et s'approcha de la jeune fille qui tenait difficilement debout. L'aura autour de l'ombre s'intensifia fortement, jusqu'à prendre une forme palpable. Cependant, quelque chose parût ne pas se passer comme prévu : l'ombre eut un spasme, et l'aura effrayante disparût sur le coup. Elle s'agenouilla sur le sol, silencieusement.

Stena en profita pour courir jusqu'à côté de l'ombre et essayer de frapper sa nuque avec son poing. Le coup toucha sa cible, et l'ombre s'allongea sous la force du choc. Décidant de ne laisser aucun moment de répit à cette créature venant sans aucun doute d'un autre monde, elle arma son poing et visa le haut de la colonne vertébrale. Enfin, si elle était au même endroit qu'un être humain normalement constitué...

Là encore, Stena toucha la créature dans un bruit mat, comme si son corps était mou. Mais loin d'en avoir fini avec la bête, elle leva haut sa jambe tendue et l'abaissa à toute vitesse vers le creux du dos de l'ombre. Shadow se releva lentement, mais la jambe de Stena le plaqua aussitôt au sol. Pourtant, l'ombre ne semblait pas se fatiguer, malgré les chocs répétés. L'impressions que ses coups étaient inutiles fit naître en Stena une rage qu'elle n'avait pas connu depuis bien longtemps. Et elle leva de nouveau son poing en l'air.

Encore un coup de poing qui atteignit l'endroit voulu. Mais l'effet recherché était encore loin, car l'ombre semblait ne pas s'en émouvoir, et on aurait dit qu'elle allait s'endormir d'ennui. Piquée au vif, Stena donna un autre coup de poing.

Touché. Encore. Mais elle avait beau faire, l'ombre ne ressentait rien. Mais il ne fallait pas abandonner. Elle frappa de nouveau avec sa main gauche. Cette fois, contrairement à d'habitude, l'ombre roula sur le côté, et Stena, dans sa frénésie, n'arrêta pas son coup à temps. Aussi frappa-t-elle le sol avec violence.

Se relevant au même rythme lent et stressant, il leva un bras et l'aura commença à se reformer autour de lui. Stena sentait qu'elle était mal, très mal. Mais répétant la scène d'il y a à peine une minute, l'aura se désagrégea et l'ombre eut de nouveau un spasme qui le fit basculer en arrière.

La jeune fille se jeta sur l'occasion et sauta en avant, le poing levé. Ce que Stena n'avait pas retenu, c'est que ces murs blancs étaient partout et invisibles. Comble de la malchance, son poing rencontra de nouveau l'un de ces murs, et elle se fit de nouveau mal.

L'ombre se ressaisissant leva de nouveau son bras et son aura s'intensifia. Cette aura déferla en une vague d'énergie vers la jeune fille. Celle-ci, prise de peur, courut à toute vitesse et trébucha sur un autre mur blanc qui arrivait au niveau de sa taille. Ayant du bonheur dans son malheur, ce mur la protégea de l'attaque.

Se relevant après cette déferlante, elle prit appui sur le mur et bondit très haut, son poing levé. Le coup avait presque atteint sa cible. Mais c'est alors que l'ombre le bloqua avec sa main noire comme la nuit. Avec une force inimaginable, Shadow maintint en l'air la jeune fille. Puis il l'envoya valser à quelques mètres. Son aura se concentra de nouveau, il leva sa main, et un rayon mélangeant lumières noire et blanche en jaillit, pour venir percuter Stena de plein fouet.

Celle-ci eut le souffle coupé, et elle vit son corps disparaître. Le monde autour d'elle disparaissait en même temps qu'elle. C'était la fin de son rêve.

Et dans un grand blanc, elle entendit une voix :
-Pas mal. Tu t'es bien défendue, mais il te reste encore beaucoup à faire, avant de pouvoir de nouveau me croiser...

Stena se réveilla en sursaut, ruisselante de sueur, Spirit voletant autour de sa tête. Quel étrange rêve...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Lun 18 Avr - 12:54

Chapitre LXI
L'heure du printemps


Stena regardait silencieusement du haut de l’Arbre Monde les fleurs de cerisier qui parvenaient jusqu’à elle grâce au doux vent de ce nouveau printemps. Elle était perdue dans ses pensées, totalement immobile. On aurait dit, en cet instant, qu’elle était intégrée dans la nature même. La jeune fille repensait à tout ce qui lui était arrivé.

Elle était arrivée au campus de Mahora en début d’automne, et six mois s’étaient écoulés depuis. Il s’était passé tant de choses pendant ces six mois ! Auparavant, durant son errance après le drame qui avait bouleversé sa vie, elle n’avait pas fait grand-chose. Même si cette période avait duré deux ans et demi, ses péripéties se résumaient en une phrase. Ici, il y avait eu tant d’évènements…

Sa vie avait basculé depuis le jour où l’Akuma no Kami était venu ravager son clan. Elle avait vu sa famille, ses amis, plein de gens qu’elle connaissait mourir juste sous ses yeux. Depuis cet incident, elle s’était retrouvée seule à errer dans tout le Japon. Et elle avait fini par arriver à Mahora.

À peine arrivée, elle s’était battue face à ce jeune garçon répondant au nom de Sinji. Elle avait ensuite établi son lieu de repos dans cet arbre géant qui respirait le calme et la sagesse des longues années. Un garçon, Akito, était tombé amoureux d’elle. Et puis, il y eut les poursuites à l’île bibliothèque, cet endroit si mystérieux rempli de livres. Là, elle avait capturé Spirit après avoir vu de ses propres yeux la légendaire bibliothèque étincelante.

Les jours qui suivirent, elle avait travaillé à la boulangerie, et la rumeur de sa descente à l’île bibliothèque s’était répandue. Elle s’était taillée une réputation de grande envergure en battant Sinji en grand public. Elle était devenue alors aux yeux de tous la fille de l’Arbre.

Depuis cet instant, elle n’avait eu de cesse de se battre, relevant les défis les uns après les autres. Puis elle combattit le club de kempô au grand complet, Otonashi Gosuke en tant que capitaine. Et sa victoire avait encore provoqué un grand virage dans sa vie.

Quelques jours plus tard, elle s’était battue face au club de kendo, du moins, les cinq meilleurs combattants : Tsuneo Hiroshi, Yoshiaki Homare, Sugisaki Hideaki, Sumare Hanako, et enfin, Tetsuji Ken, pour qui elle avait nourri de l’admiration en croyant qu’il s’agissait d’amour. Elle avait de nouveau gagné, grâce à un coup de chance, puis elle s’entraîna sous la tutelle de Tetsuji.

Une fois qu’elle eut compris ce qu’elle ressentait vraiment pour Tetsuji, elle l’avait défié de nouveau, et remporté le combat, coupant ses liens de maître à élève avec lui.

Et le soir même, elle avait fait un rêve des plus étrange, mais d’un réalisme impressionnant, où elle rencontra le jeune garçon mystérieux à l’uniforme noir dont elle tomba instantanément sous le charme. Un combat s’était ensuivit, et le garçon avait montré une autre facette de sa personnalité, puis l’avait vaincue, à deux reprises. Depuis ce jour, elle n’avait jamais cessé de penser à lui, et elle croyait dur comme fer à son existence.

Peu après, elle avait discuté avec le mystérieux directeur, qui lui fit rejoindre les rangs des Guardians aux côtés de Tatsumiya Mana, Sakurazaki Setsuna, Sugisaki Hideaki, puis ses partenaires : Mizukoe Riko et Ikazuchi Saito. Ensemble, ils étaient vite montés grade IV et à leur dernière mission, elle avait reçu ces cicatrices sur ses mains. Cicatrices qu’elle aurait désormais jusqu’à la fin de ses jours. Le jeune homme blond qui lui avait sauvé la vie ce soir-là, Yozora Tentaï, avait été envoyé sur l’intuition d’un de ses amis. Ils s’étaient donné rendez-vous aujourd’hui. Ce midi. En ce magnifique 31 Mars. En ce splendide jour de Hanami.

En ce jour qui marquait les treize ans de Stena Sivilis.

La jeune fille descendit de l’Arbre et se mit à parcourir les rues de la cité estudiantine. On avait l’impression que des paillettes d’une couleur rose pâle volaient partout. C’était le miracle de ce jour de Hanami. Cette fête des cerisiers.

Il était onze heures, et tout le monde s’activait pour préparer les paniers repas qui seraient dégustés sous les cerisiers en fleur. Les rues étaient bondés de gens souriant et d’enfants qui couraient sous les pétales en rigolant joyeusement.

Stena appréciait le vent du début de printemps. Il était porteur de mille promesses de renaissance. Il était chaud. Il était merveilleux. C’était le vent qui produisait le meilleur son une fois qu’il glissait sur Kami no Uta. Ce vent qui caressait avec une douceur infinie ses joues et qui faisait flotter ses cheveux noirs derrière elle. Ce vent qui l’apaisait jusqu’au plus profond de son cœur.

Midi moins le quart. Il était temps pour la jeune fille de se rendre au lieu du rendez-vous : l’allée des cerisiers. Quel meilleur endroit pour profiter d’un pique-nique en ce jour ensoleillé ?

N’étant pas loin, elle arriva cinq minutes en avance. Stena décida de rester au milieu de l’allée, bien en vue pour qu’on la repère, puis elle observa les gens aux alentours. Elle ne vit pas Yozora, dans cette masse grouillante d’étudiants riant aux éclats. Alors elle patienta.

Pile lorsque l’heure arriva, elle entendit la voix du jeune blond derrière elle :
-Ah, la voilà !
Stena se retourna, mais ce qu’elle vit alors l’empêcha de répondre quoi que ce soit.

C’était le garçon de son rêve !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Lun 18 Avr - 12:54

Chapitre LXII
Bataille sous les cerisiers


Stena restait là, sans rien dire. Elle n’en croyait pas ses yeux. Par quel miracle le garçon qu’elle avait tant cherché se trouvait-il juste devant elle ? Visiblement, le garçon en question devait avoir les mêmes pensées qu’elle, car il restait la bouche béate.

Après avoir un tant soit peu repris ses esprits, elle regarda le jeune homme plus attentivement, et vit qu’il portait une veste blanche aux larges bandes noires entrecroisées, sa capuche relevée et masquant ses cheveux d’un noir d’ébène. Pour le reste, il était comme dans ses rêves. Aucun doute là-dessus, c’était bien lui.

Avec énormément de mal, elle détacha son regard du garçon et remarqua enfin la présence de Yozora. Ses cheveux blonds mal coiffés étaient reconnaissables entre mille, et il portait le fameux uniforme noir élégant de ce dortoir spécialisé, même si il avait un look débraillé, avec sa chemise ouverte. Mais il y avait avec eux cinq autres personnes : deux garçons et trois filles.

La première fille avait une tête de moins que Yozora, mais ses cheveux d’un roux flamboyant cascadant jusqu’à ses hanches et ses yeux d’un étrange éclat orange lui donnaient un air effrayant, comme un être tout droit sorti des flammes. Elle portait le même uniforme noir, à la différence que le bas était une jupe assez courte. La seconde avait l’air plus mature, mais on voyait sur ses traits qu’elle n’était pas plus âgée que les autres. Ses cheveux blonds aussi longs que la première encadraient un visage un tantinet inquiet qui passait du garçon à Stena. Et on lisait dans ses yeux verts qu’elle était véritablement inquiète de la réaction du garçon. Elle portait un haut très court et un jean qui lui donnaient un air rebelle. La troisième était discrète et un peu plus petite que ses deux camarades. Ses cheveux mi-longs d’une couleur brune tombaient sur ses épaules, et son visage enfantin possédait deux yeux d’un brun clair, presque doré. Elle portait une robe blanche avec un chapeau assorti, ce qui accentuait ce côté enfantin.

Quant aux garçons, en plus de Yozora et de celui de ses rêves, il y en avait un qui portait aussi l’uniforme, mais pas de manière débraillée comme son camarade. Cette personne avait des cheveux d’un noir identique à celui du garçon de ses rêves qui lui tombaient sur les épaules, et des yeux marron clair, envoûtants, qui avaient dû faire tomber plus d’une fille sous son charme. Quant au dernier, il portait des vêtements décontractés : un haut à manches courtes de marque et un jean assorti. Ses cheveux bruns coupés très courts encadraient un visage jovial, mais cachant un sérieux que Stena eut peine à remarquer. Ses yeux étaient d’un vert profond, comme le feuillage des arbres dans une forêt sombre.

Reportant son attention sur le garçon de ses rêves, qui était toujours bouche bée, Stena écarquilla de nouveau les yeux. Elle avait du mal à y croire. Il lui fallait une preuve. Une preuve que c’était bien lui. Et elle ne connaissait qu’une seule chose, de lui…

Sa manière de se battre.

Elle se mit donc dans sa position de combat lui permettant une détente rapide, son fourreau à la main, puis elle attendit la réaction du jeune homme.

La foule s’amassait autour d’eux, et les compagnons du garçon reculaient, Yozora contenant les filles visiblement inquiètes. Stena était heureuse comme jamais. Un véritable bonheur. Ce garçon... Il partageait la même envie de combattre qu'elle. Une passion commune, qui leur permettaient de se reconnaître, au travers des coups échangés... Le garçon avait dégainé l'immense épée dans son dos, et il la tenait fermement.

Elle ne voulait pas le décevoir. Alors elle prit sa posture propre à elle : la jambe droite repliée sous elle, la jambe gauche tendue vers l'avant, le corps abaissé le plus près possible du sol, sa main droite tenant fermement son arme en parallèle avec le sol, l'index et le majeur de sa main gauche apposés sur le fourreau. Elle était prête à en découdre. Elle donnerait son maximum. Dans ce monde qui n'était plus un rêve. Du moins, un rêve éveillé.

C'était un combat qui s'annonçait passionnant...

Le garçon fut le premier à bouger, en tenant son arme comme s’il voulait la lancer tel un javelot. Puis il entama une course. Malgré le poids apparent de son épée, il disparut grâce à sa vitesse. Stena se souvint l’avoir vu faire ça : il faisait semblant d’arriver de face pour réapparaître sur le côté. Mais la jeune fille savait qu’il n’était pas stupide au point d’employer deux fois la même technique sur elle. Et elle avait raison. Le garçon, une fois à côté d’elle, disparut de nouveau pour réapparaître face à elle. Il balança le plat de la lame vers son flanc droit, afin de la projeter. Son épée devait être lourde, et il fallait jouer sur ça. Stena sauta en prévision du coup, tout en pliant ses jambes au maximum. Et pile au moment ou la lame passait en dessous d'elle, elle déplia brusquement ses jambes pour plaquer la lame sur le sol. Emporté par le poids de l'épée, le garçon pivota à la place de l'arme et se prit la poignée dans son ventre, lui coupant le souffle.

Stena courut sur la large lame, puis arrivée au niveau de la garde, elle frappa de son pied vers le visage du jeune homme. L’impact le fit reculer de quelques pas, et il mit une main sur son visage, sans lâcher sa précieuse épée. La jeune fille s’engouffra dans l’ouverture ainsi créée dans sa garde, et leva son poing pour frapper son flanc gauche. Le garçon sauta en arrière afin d’esquiver, mais jamais Stena n’aurait laissé s’échapper une occasion pareille, et elle bondit à sa poursuite.

Le coup puissant le projeta en arrière, son épée avec. Il ne voulait pas lâcher son arme, et c'était admirable. Perdre son arme sur un champ de bataille signifiait perdre sa vie. Même si les cerisiers en fleur détrompaient totalement cette comparaison à un champ de bataille, un combat avait bel et bien lieu, sous les yeux sidérés de tous les spectateurs présents.

Fair-play, Stena attendit que le jeune homme se relève, s'appuyant sur son épée aussi grande que lui. Une fois que ce fut fait, la jeune fille fonça vers l'avant. Elle allait tout donner. Si il ne voulait pas se séparer de son épée, ainsi soit-il. Elle allait s'en servir.

Stena était à présent devant lui. Levant son épée pour parer un éventuel coup venant de face, le garçon ne se doutait pas de ce qu'elle allait faire. La jeune fille sauta tout en tournant, puis elle parvint à faire glisser son fourreau dans le creux de sa garde représentant le Yin et le Yang. Toujours en train de pivoter, Stena se servit de cette force pour asséner un coup de pied vers l'épaule du garçon de ses rêves. Celui-ci vola de nouveau, et se massa l’épaule avant de tomber lourdement sur le sol.

La foule était sidérée. Les compagnons du garçon l'étaient encore plus. Apparemment, ils étaient conscients de ses capacités, et le voir se faire battre de cette manière par une jeune inconnue semblait les dérouter au plus haut point. Cependant, Stena s’était ardemment entraînée, et elle aurait eu honte de se faire battre après tant d’efforts. Mais le jeune garçon se releva, le visage serein. Il fit tournoyer sa gigantesque épée en l'air, puis la planta au sol, tout en regardant Stena de ses splendides yeux bleus où brillaient la détermination et la soif du combat.

La jeune fille entendit son appel intérieur. Et elle y répondrait. Elle lui accorderait sa revanche.

La grande fille derrière le garçon se mit à crier, sans doute pour l’encourager, mais prise par la fièvre du combat, Stena ne put discerner le nom qu’elle prononça. Mais peu importe. L’identité d’un adversaire importait peu, dans un combat où les passions se rejoignaient. Et puis, elle le saurait bientôt, son nom…

Le garçon ferma les yeux et inspira profondément. Puis il les rouvrit en relevant subitement la tête. Ses yeux... Ils exprimaient toujours autant la soif de combat et l'envie de gagner, mais ils étaient devenus d'un jaune d'or. Comme lors du dernier rêve...

Souriante, Stena reprit sa position de départ. Elle était prête pour la seconde manche. Le jeune homme aussi, car il prit une posture particulière : il fléchit sa jambe droite et mit son pied en diagonale, l’autre jambe était tendue et son pied était droit vers elle. Il leva son épée de sa main droite et la plaça au-dessus de lui, dans la même direction que sa jambe, et le plat de la lame en avant, afin de privilégier la défense.

Pour cette seconde manche, Stena prit l'initiative. Elle déplia sa jambe droite et partit à toute vitesse vers le garçon. Elle passa le fourreau dans sa main gauche, frappa l'épée de son pied volontairement, pour éviter une surprise, puis lança son poing vers le flanc gauche de son adversaire en contournant la large lame. Cependant, la garçon se servait de cette épée comme s’il s’agissait d’un vulgaire morceau de bois, et il plaça la lame à temps devant son poing, ce qui lui valut une douleur sévère à sa main.

La jeune homme affirma sa prise sur le manche de son arme et pivota autour afin de donner un puissant coup de pied qui visait ses côtes. Stena se baissa pile au bon moment pour esquiver ce coup, et en usant de toute sa force, elle parvint à tirer l'épée du sol et à faire tomber le garçon à terre. Sachant qu'elle n'aurait pas deux fois cette occasion, la jeune fille leva son fourreau perpendiculairement au sol, au-dessus du ventre du garçon, puis frappa. Cependant, le garçon lâcha pour la première fois son épée et roula sur le côté. Le fourreau frappa violemment le sol, et glissa entre les mains de la jeune Sivilis, ce qui lui valut un coup au menton qui la sonna brièvement.

Toujours au sol, le garçon apposa ses mains à l’arrière de son crâne, releva ses jambes et prit une impulsion, faisant voler son pied droit vers le front de Stena. Celle-ci leva le bras pour parer ce coup qui s'annonçait dangereux, puis elle attrapa le pied du garçon. Elle le tira vers le haut et le fit ainsi décoller du sol, puis, pendant qu'il subsistait en l'air, elle frappa de son pied vers son torse.

Le coup le toucha de plein fouet, et le garçon contint un cri qui ne demandait qu’à sortir. Il était à un demi-mètre du sol quand Stena apparut au-dessus de lui, en un grand écart parfait, pour le frapper à l’endroit qu’elle venait de toucher. Néanmoins, le jeune garçon parvint habilement à esquiver alors même qu'il était en l'air, et le grand écart de Stena finit sur le sol, dans un craquement sinistre. Maintenant immobilisée par la douleur, le garçon s'avança vers elle avec calme, avant de prendre un soudain élan pour frapper le ventre de la jeune fille avec son pied.

Mais Stena ne comptait pas se faire toucher ainsi, et elle ramena ses deux jambes dans un mouvement vif, sur le côté, puis se releva sur ses mains. Profitant de la vitesse du mouvement, elle marqua une impulsion qui la fit décoller du sol et qui lui permit d’esquiver à temps le coup de son adversaire, qui se tordit la cheville en rencontrant la pierre plutôt que son ventre.

Profitant que la douleur lui faisait fermer les yeux, Stena disparut de son champ de vision en courant autour de lui. Et avant qu’il ne pose son regard d’or sur elle, la jeune fille sauta pour finir en une parfaite ligne droite avec lui et le sol. Et elle tendit son poing, prête à frapper son visage. Le garçon parvint à bouger sa tête juste à temps pour éviter un coup fatal, et le puissant coup de poing, dont la vitesse était augmentée par la vitesse de sa chute, percuta son thorax de plein fouet. Plaqué violemment au sol, il cracha quelques gouttes de sang, puis resta immobile, les bras en croix, un léger sourire se dessinant sur ses lèvres.

Stena se tenait debout à côté de lui, droite, et le vent de printemps vint faire voleter ses cheveux dans un tourbillon de pétales de cerisier. Elle était fière d'elle. Jamais sa passion du combat n'avait atteint un tel point. Et elle avait gagné.

Le garçon rouvrit ses yeux, redevenus d'un bleu limpide, et Stena lui tendit sa main, en signe de gratitude et de reconnaissance.
-Stena. Stena Sivilis. Enchantée, se présenta-t-elle simplement.
Le garçon de son rêve empoigna sa main et se releva sans la moindre difficulté, comme si la douleur s'était envolée. Il eut un sourire qui barra toute la largeur de son visage.
-Anass Levander. Enchanté également.


Dernière édition par SSRhapsody le Ven 7 Déc - 2:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Lun 18 Avr - 12:55

Chapitre LXIII
Sentiments


Ils se regardèrent tous les deux avec un regard profond, qui devenait de plus en plus timide avec le temps. C’était la première fois qu’ils se touchaient autrement qu’en se donnant des coups. C’était la première fois que Stena donnait la main à un garçon. Et c’était le garçon issu de son rêve qui la tenait à présent.

Leurs mains finirent par se séparer lentement, mais aucun d’eux ne détacha son regard de l’autre.

Après un bref instant, la jeune fille plus grande que les autres cria à l’attention de son camarade :
-Eh ! Anass, qu’est-ce que tu fais !?! lança-t-elle avec une pointe de colère dans sa voix.
Le garçon se retourna et répondit en agitant sa main en l’air.
-J’arrive !
Il se retourna, eut un autre sourire et lui attrapa la main, sans aucun signe préventif, ce qui manqua faire rougir la jeune fille jusqu’à la racine.
-Il est temps de les rejoindre, dit-il sans se retourner, Yozora t’a invitée, alors autant en profiter Sivilis-san.
Stena eut un sourire venu du fond de son cœur. Il était un peu trop formel, mais après tout, cela s’arrangerait avec le temps, car ils ne se connaissaient pas encore très bien.
-Bon, on va manger ? s’écria Anass, sans pour autant lâcher sa main.
Toute l’assistance, hormis Yozora qui riait derrière sa main, poussa un cri qui fut porté par le vent.

Ils se baladèrent ainsi pendant un petit moment pour trouver une place libre sous un cerisier, moment qui fut ponctué par les regards noirs de la plus grande fille et les regards curieux de tous les autres, hormis Yozora, qui manquait s’étouffer de rire. Ils trouvèrent finalement un bon emplacement, et ils s’installèrent, dépliant la nappe et ouvrant les panier-repas. Anass s’installa immédiatement, et Stena prit place à côté de lui, avant que la grande fille s’incruste entre eux sans le moindre remord.

Mais le jeune Tentaï la prit sous les aisselles comme pour un bébé, et la décala de l’autre côté d’Anass, ce dernier ne comprenant visiblement rien à la scène pendant que la fille se débattait comme un beau diable. Mais Stena, maintenant habituée à cela, ne douta pas un seul instant de la manière de penser de cette fille. Elle ressentait la même chose envers le jeune Levander, à la seule différence qu’elle était beaucoup plus entreprenante et beaucoup plus jalouse. Mais elle ne perdrait pas !

Anass prit la parole une fois que tout le monde fut installé.
-Bon, Stena, je vais te présenter tout le monde. Voici Aika Mukumi, annonça-t-il en désignant la fille maintenant à sa droite.
Celle-ci ne daigna même pas lâcher un mot de bienvenue et détourna le tête comme une enfant gâtée.
-Voici ensuite Yuka Nakahara, poursuivit le jeune homme en désignant la petite fille en robe blanche.
-Bonjour, dit celle-ci d’une petite voix timide.
-Tu connais déjà Yozora.
-‘lut !
-Après, c’est Shin Sunako.
-Enchanté, fit le garçon aux vêtement décontractés et aux cheveux bruns très courts.
-Voici Kaori Nijiko.
La jeune fille aux cheveux flamboyants leva la main en guise de salutations.
-En enfin, pour terminer, voici Ranmaru Hasegawa. C’est lui qui a fait la plus grande partie du repas.
Le garçon aux yeux de tombeur inclina la tête tout en souriant.
-Et tu nous la présente ? demanda Shin.
-Bien sûr ! dit Anass avec un gigantesque sourire. Voici Stena Sivilis !
-Enchantée, sourit timidement cette dernière.
-Et qu’est-ce qu’elle représente pour toi ? demanda Aika sans le moindre tact.

Anass accusa le coup, et il ne sembla pas remarquer le sens véritable de cette question, contrairement à Yuka, Shin et Ranmaru, qui écarquillèrent les yeux de surprise, avant de tourner subitement leur regard vers le jeune Levander, avides de connaître la réponse à cette question. Stena y compris.

Tous ces regards tournés vers lui perturba légèrement Anass, qui chercha ses mots.
-C’est la fille de mes rêv… euh… C’est une compagne d’entraînement.
Aika se leva subitement, Shin et Ranmaru écarquillèrent encore plus les yeux, à tel point qu’on croyait qu’ils allaient sortir de leurs orbites, Yozora hurlait de rire, Kaori observait étrangement Anass, et, détail le plus troublant, mais qui n’échappa pas à la vue de Stena, Yuka avait les larmes aux yeux. Ainsi, elle aussi ressentait quelque chose pour le garçon…
-Et qu’est-ce que vous avez fait tous les deux, hein ? interrogea Aika en pointant Anass du doigt.
-Ben, on s’est battus, quoi d’autre ? répondit-il fatalement, sans comprendre la réaction des autres.
-Hmm ! Excellente, cette omelette ! lâcha Stena, pas plus émue que ça par cette conversation qui ne mènerait nulle part.
-Merci bien, dit Ranmaru en retour en inclinant légèrement la tête.
-C’est vrai que c’est bon ! approuva Shin. Tu t’es surpassé, sur ce coup-là !
Et Yozora, se roulant par terre, poussa un hurlement de rire plus puissant que les autres.

Yuka essuya les larmes qu’elle avait avant qu’elles ne coulent, et elle commença à manger, essayant de ne plus faire attention à la dispute.
-Vous auriez pu faire n’importe quoi, pendant que je n’avais pas les yeux sur toi ! continua Aika en augmentant peu à peu le volume sonore de sa voix.
-Mais on a fait que se battre !
-Menteur ! Vous auriez pu faire des choses indécentes ! Comme… comme…
Elle fut interrompue par Yozora qui avait plaqué une main sur sa bouche.
-Allons, on se calme ! dit-il, les larmes aux yeux tellement il avait ri.
Aika se dégagea de l’emprise du jeune Tentaï en assénant un grand coup de coude dans ses côtes.
-La ferme ! Je dis ce que je veux !
-Mais pourquoi tu réagis comme ça ? demanda Anass, qui n’avait toujours pas compris.
Kaori se frappa le front du plat de sa main, et ce fût au tour de Shin de se rouler par terre, en frappant le sol de son poing fermé.
-Et sinon, où est-ce que vous vous êtes croisés pour la première fois ? demanda calmement Ranmaru.

Cette question provoqua un grand silence, seulement ponctué par les rires de Shin et les bruits étouffés de Yozora. Stena et Anass se regardèrent un instant, en silence, puis ils dirent d’une seule et même voix :
-Dans la forêt, pendant l’entraînement !
Cette soudaine prestation synchronisée provoqua un petit rire de gorge chez Stena, et Anass ne put s’empêcher de rire à son tour.
-Autrement, tu es très forte, pour avoir vaincu Anass, fit remarquer Kaori en ouvrant la bouche pour la première fois. D’où tires-tu cette force ?
-De mon entraînement, répondit simplement Stena.
-Ton apparence me fait penser à des rumeurs qui ont beaucoup circulé, ces derniers mois, lâcha Ranmaru, songeur.
-Oui, t’es comme la fille de l’Arbre ! nota Shin en reprenant son sérieux.
-C’est normal. Je suis la fille de l’Arbre.
Nouveau silence.
-C’est toi qui a relevé tant de défis et qui dort dans l’Arbre Monde !?! s’étonna Anass.
Cette remarque n’échappa pas à Aika, qui prit le garçon par le col.
-Tu t’entraînes avec elle et tu la connais même pas ! Elle est où, l’arnaque, hein !?!
Yozora retrouva enfin son souffle, mais à peine eut-il avalé une gorgée d’air qu’il s’étouffa de nouveau de rire, Shin l’accompagnant en lui donnant de grandes claques dans le dos.
-Notre Anass est lui aussi en train de sa tailler une réputation, en tant que la « Chimère », lâcha Kaori.
Notre ? Pourquoi ce possessif ?
-Ils sont parfaits l’un pour l’autre ! ne put s’empêcher de lancer Yozora, ce qui lui valut un splendide coup de pied dans les côtes de la part d’Aika.

La suite du repas se déroula dans un concert de rires et de cris, sous le vent portant les douces pétales roses. Stena se sentait bien, parmi eux. Ils avaient la joie de vivre. Anass tentant de se défaire d’Aika et de Yuka qui avait toujours un air inquiet, Stena poursuivit la conversation avec Ranmaru, qui l’informa qu’ils dormaient au dortoir des Caelestis, et qu’elle était la bienvenue à n’importe quel moment. Ces paroles éveillèrent de nouveau la jalousie chez Aika, qui se mit à frapper le pauvre Yozora, qui malgré cette persécution, continuait toujours de rire.

À la fin du repas, les Caelestis se séparèrent en deux groupes : Kaori, Ranmaru, Shin et Yozora qui rentraient dans leur dortoir d’un côté, et de l’autre, Aika et Yuka qui n’osaient pas se séparer d’Anass, lui-même voulant rester un peu avec Stena. Sentiment partagé par la jeune fille, qui voulait à tout prix lui parler. Sachant qu’elle n’aurait eu aucune chance de leur faire lâcher prise, elle détourna l’attention des deux filles en prétextant que Yozora revenait vers eux. Leur regard désormais au loin, Stena attrapa le poignet d’Anass et courut derrière un cerisier au tronc épais, hors de vue des deux autres filles, qui se rendirent compte trop tard de la supercherie.

Et sous les cris stridents d’Aika, Stena commença à parler.
-Tu sais je… enfin… je… j’aimerais bien m’entraîner avec toi, un de ces jours, si tu le veux bien, dit-elle en s’efforçant de ne pas rougir.
-Eh bien… euh… oui, pourquoi pas ? On fait ça quand ?
-Lundi matin, à neuf heures, dans les montagnes au Nord de Mahora. C’est bon ?
-Je serais là, assura-t-il, un sourire timide se dessinant sur ses lèvres.
Un cri de rage d’Aika les firent tous les deux sursauter.
-Bon, je ferais mieux d’y aller, sinon, je vais me faire tuer, rigola Anass.
-Bonne chance, sourit Stena.
Et il s’éloigna. Elle ne s’en était pas rendue compte, mais au cours de leur échange, ils ne s’étaient pas lâché la main…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Lun 18 Avr - 12:55

Chapitre LXIV
Confiance amicale


Stena était heureuse. Un véritable miracle s’était produit aujourd’hui. Elle n’en revenait toujours pas. Le jeune garçon de son rêve, Anass, elle l’avait enfin croisé. Enfin. Après toutes ces heures passées à sa recherche et à penser à lui.

Bon, les deux jeunes filles qui l’accompagnaient, Aika et Yuka, en pinçaient visiblement pour le garçon. Elle aussi, c’était sûr. Des obstacles gênants, et d’autant plus redoutables qu’ils vivaient sous le même toit que la cible. Elles avaient un avantage beaucoup plus significatif du point de vue de la connaissance de leur compagnon. Pour Kaori, elle n’était pas sûre. Cependant, elle ne semblait pas être un obstacle de taille. Mais Stena avait tapé dans l’œil d’Anass, cela ne faisait pas le moindre doute : restait à savoir si c’était comme elle l’espérait. Elle en était fière, mais elle espérait que ses sentiments à elle n’avaient pas été démasqués. Sinon, cela provoquerait un grand remue-ménage.

Sans même s’en rendre compte, la jeune fille avait déjà parcouru la moitié du chemin qui menait au chalet des Guardians. Et elle termina l’autre moitié en fredonnant la musique de sa Symphonie.

C’était vraiment un beau jour. Non seulement le jour de son anniversaire, mais en plus, elle avait obtenu des promesses d’entraînement avec le jeune Anass. Un véritable bonheur.

Quand elle arriva au chalet, Riko sortait pile à ce moment. En apercevant Stena, elle lui fit signe de la rejoindre. Puis elle haussa un sourcil.
-Qu’est-ce qui s’est passé pour que tu sois de si bonne humeur ? demanda-t-elle.
-Rien, rien, répondit Stena avec un sourire qui allait d’une oreille à l’autre.
-Et donc, tu es de bonne humeur à cause de rien ?
-Voilà !
Riko poussa un soupir, puis sortit une corde de chacune de ses manches. Elle attrapa les poignets de la jeune Sivilis, la fit pivoter sur elle-même puis l’attira entre ses bras. Ses mains vinrent immédiatement se poser sur ses seins.

Stena poussa un petit cri très charmant, et Riko eut un sourire des plus diabolique.
-Je crois que tu as une petite explication à me donner, n’est-ce pas, très chère Stena ? souffla-t-elle à son oreille.
-Mais lâche-moi !
-Pas avant que tu ais craché le morceau, ma jolie. C’est ton anniversaire ou un truc du genre ?
-Oui.
-Ah ? Eh bien, bon anniversaire.
-Merci.
-Et c’est ça qui te met dans cet état euphorique ?
-Absolument pas.
Stena se mordit la lèvre inférieure. Les mots étaient sortis tous seuls, sans qu’elle ait pu les en empêcher. Décidément, ce bouleversement n’avait pas eu un effet que sur sa joie.
-Oh oh… Serait-ce donc quelque chose d’encore plus jouissif que cela ?
-N… non !
-Oh… Tu mens !
Riko ponctua cette déclaration par un vif mouvement de ses mains, ce qui arracha un autre cri à Stena.
-Alors, dis-moi… C’est un garçon ?
Perspicace, pensa Stena, qui ne put s’empêcher de rougir jusqu’à la racine de ses cheveux.
-En plein dans le mille on dirait !
-M…m…mais non !
-Mais c’est qu’elle est embarrassée, cette petite Stena ! rigola Riko en accentuant les mouvements de ses mains. Elle est toute rouge ! Toute rouge !
-Mais c’est parce que tu me masses les…
-Ah ah ah ! Pas d’excuses !
-Nyaaaaaa !
-Oh ? Mais c’était mignon, ça ! On recommence !
-Non, c’est bon, je vais tout te dire ! Par pitié, arrête ça !
-C’est pas juste ! Tu veux les garder pour ce garçon, hein ? continua Riko en massant plus fort encore.
-Stop !
-Pas question !
-Que… fit une voix derrière eux.

Riko se retourna, obligeant Stena à faire de même. C’était Saito. Et au vu du liquide écarlate qui s’écoulait de son appendice nasal, nul doute qu’il avait suivi un bon morceau de la scène. Il les pointait du doigt et essayait vainement d’émettre des paroles, mais sa bouche ne faisait que s’ouvrir et se refermer sans que le moindre son n’en sorte. Puis il finit par tomber dans les pommes. Tout simplement.

Stena et Riko le regardèrent longuement, sans dire un mot, sans faire le moindre geste. Au bout d’une longue minute, Stena foudroya du regard son amie, qui la lâcha instinctivement.
-Ma faire avoir une honte pareille devant un garçon… Tu vas le payer ! lança-t-elle.
Seul le silence lui répondit. Puis les deux jeunes filles partirent toutes les deux d’un fou rire.

Quelques heures plus tard, les deux amies étaient perchées sur les branches d’un arbre, et Stena avait raconté à Riko toute l’histoire de sa rencontre avec le jeune garçon, en commençant par ce rêve étrange.
-Eh ben ! On peut dire que c’était beau ! sourit Riko. Tu parles d’une rencontre destinée !
Une petite brise souffla à travers le nouveau feuillage de l’arbre et vint caresser Stena dans le silence.
-Dis, Riko…
-Oui ?
-Tu crois aux miracles ?
-Eh bien… Normalement, non, mais ton histoire est tellement invraisemblable que je me demande si il n’y en a pas vraiment.
Stena sourit, et elles retombèrent dans le silence, se laissant bercer par la respiration de la nature et le chant des oiseaux.

Peut-être que… Non, elle ne pouvait pas. C’était un secret. Elle ne pouvait lui en parler ou même poser la question. De plus, c’était une vrai pipelette. Mais elle était son amie. Elle devrait comprendre.
-Riko…
-Oui ?
-Tu crois en la magie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Lun 18 Avr - 12:55

Chapitre LXV
Monde inconnu


Le silence était à présent plus pesant que jamais. Cela faisait cinq bonnes minutes que la question était restée en suspens. Riko se pencha pour observer si oui ou non, Stena avait déjà oublié la question, mais en voyant le regard insistant de celle-ci, elle vit qu’elle n’y couperait pas.
-Et qu’est ce qui te fait poser cette question ?

Stena la regarda avec suspicion. Riko n’avait pas répondu à sa question. Elle savait quelque chose qu’elle ne voulait pas dire, c’était évident. Si tout le monde agissait de cette manière pour protéger le secret, il allait falloir un argument frappant pour que tout lui soit révélé.

Elle sauta de l’arbre et fit signe à son amie de la suivre.
-J’ai quelque chose à te montrer.
Riko hésita un instant, puis voyant qu’elle n’en démordrait pas, elle descendit à son tour.
-Où est-ce qu’on va ? demanda cette dernière.
-À l’Arbre Monde.
Riko déglutit discrètement, mais cela n’échappa pas aux oreilles de Stena.
-Tu sais, si c’est l’Arbre que tu veux me montrer, je l’ai déjà vu plein de fois…
-Ce n’est pas l’Arbre lui-même, que je vais te montrer, mais ce qu’il y a dedans.
-Dedans ? Ah oui ! C’est vrai que tu dors dans l’Arbre !
-Oui, dit Stena avec la manifeste intention de clore cette conversation.
Après tout, elle verrait bien par elle-même.

Elles arrivèrent deux heures plus tard devant le gigantesque végétal.
-Je me demande comment tu fais pour grimper là-haut, se demanda Riko en voyant que la première branche était située à deux cents mètres de hauteur.
-Il y a des prises faciles, pour y grimper.
-Et donc ? Que voulais-tu me montrer ?
Stena observa aux alentours et vit que quelques personnes les dévisageaient sans aucune discrétion.
-Je pense qu’on va monter, et tu verras après. Suis-moi.
La jeune fille entama l’ascension, suivie de près par son amie. Il est vrai qu’elle ne s’en était jamais rendu compte, mais Stena escaladait ces deux cents mètres chaque jour. Même plus, puisque sa branche favorite était en plein milieu du feuillage perpétuel de l’Arbre.

Un bon quart d’heure plus tard (Riko avait un peu de mal à grimper, et Stena devait l’aider à chaque instant), les deux filles étaient parvenues aux premières branches. Quelques minutes de plus, et elle parvinrent à une branche plus large que les autres, où elles pouvaient librement s’allonger sans risque de chuter.
-Spirit ! appela Stena.
Riko haussa un sourcil avant d’apercevoir du coin de l’œil la petite lumière. Elle se retourna complètement, bouche bée.
-Que… Où est-ce que tu l’as trouvée ?
Stena sourit : elle avait obtenu l’effet escompté.
-Dans l’île bibliothèque. La poursuite a continué jusque dans la bibliothèque étincelante.
Riko reporta son attention sur la jeune Sivilis, encore plus stupéfaite par cette soudaine révélation que par la lumière d’origine magique.
-D… dans la bibliothèque étincelante ? répéta-t-elle.
Stena hocha la tête.
-Entre cette lumière, l’Arbre Monde et la Bibliothèque étincelante, je crois à la magie. Je suppose que toi aussi. Et depuis longtemps.
Riko se pinça les lèvres.
-Tu vas me dire ce que tu sais ? demanda Stena, sans hausser le ton.
La jeune fille soupira.
-Je ne peux pas… Même si maintenant, tu sais, je ne peux rien dire…
-C’est pas grave. Je comprend ta situation.
Riko se frotta énergiquement la tête et poussa un petit cri.
-C’est bon, je vais le dire ! Mais ne t’attends pas à ce que je dise tout, hein ?
Stena eut un petit sourire compatissant.
-Bon, pour te dire la vérité, je suis issue d’une famille de magiciens, qui manipule l’élément eau. La famille Mizukoe. Mon père est un magicien de ce campus, et il est professeur dans le lycée de Mahora. Moi, j’étudie la magie en plus des cours normaux, mais je ne suis pas très douée. Alors je m’entraîne aussi à me battre. C’est exactement la même chose pour la famille Ikazuchi, dont est issu Saito, et qui maîtrise la foudre. Voilà, je ne dirais rien de plus !
Stena lui tapota l’épaule.
-Merci de m’en avoir parlé.
-Bon, je te laisse, j’ai justement un cours spécial. À la prochaine !
Et la jeune fille descendit de l’Arbre.

Quant elle fut tout en bas, une autre voix s’éleva : une voix féminine et adulte.
-Elle n’est pas aussi intelligente qu’elle le laisse penser, cette fille…
Stena se retourna dans tous les sens.
-Qui est là ?
-Et toi, tu es parfois longue à la détente, ma fille…
La jeune fille regarda encore tout autour d’elle, puis elle finit par s’arrêter sur la petite lumière.
-Spirit ?
-Tout juste !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Lun 18 Avr - 12:55

Chapitre LXVI
Spirit


Stena n’en revenait pas. Il se passait trop de choses, aujourd’hui !
-Allons, ferme la bouche, ma fille, ça ne te réussit pas, lâcha Spirit.
-Mais enfin… Tu parles !?!
-Eh bien, oui, comme tout le monde.
-Et tu n’aurais pas pu parler plus tôt ?
-Quel intérêt ? Et puis, à la base, tu n’es sensée ne rien savoir du monde de la magie, mais maintenant que tu en es là, cette Riko aurait pu tout te dire… Elle ne sait pas à quel point tu es obstinée ou quoi ?
-Je… mais je… enfin tu…
-Tu as l’intention de bégayer encore longtemps ? C’est pas que ce n’est pas marrant, mais c’est surtout pas compréhensible…
-T’es quoi au juste ?
-Un esprit, comme tu m’as si justement nommée. Enfin, un esprit qui est resté sous une forme physique.
-Quand je pense que je parle à une luciole…
-Tu as changée, pour pouvoir parler comme ça, ma fille… Mais je peux reprendre ma forme originelle, maintenant, j’imagine.

Spirit se mit à luire de plus en plus fort et elle grandissait au fur et à mesure. Et alors que la lumière devenait aveuglante et de taille humaine, un corps apparut. Un corps féminin.

Spirit était maintenant une jolie femme âgée d’une bonne vingtaine d’années, de grande taille et vêtue en tout et pour tout d’un morceau de tissu blanc, aussi pâle que sa peau, et couvrant juste l’essentiel, soit son ventre et sa poitrine plus que proéminente. Ses longs cheveux blancs aux reflets argentés encadraient un visage doux et serein, et ses deux yeux de couleur argent étaient pétillants de malice, mais reflétaient aussi une sagesse infinie.

Un sourire se dessina sur sa face.
-Alors ? Comment me trouves-tu, ma fille ?
-Stu… stupéfiante…
-Merci ma chère. Bon ! Je suppose qu’on peut passer tout de suite à l’essentiel, après tout, on a déjà passé suffisamment de temps ensemble, n’est-ce pas ? Alors, que veux-tu savoir ?
-Tout. Absolument tout.
Spirit soupira.
-Ca va être long, et je ne pourrais sans doute pas faire le tour en une seule journée.
-Aucune importance. Je veux tout savoir.
-Très bien. Alors installe-toi confortablement, car ça va être long.

Stena s’allongea sur sa branche favorite, et Spirit vint s’asseoir sur sa poitrine. La jeune fille, surprise, lui fit remarquer qu’elle était lourde en tapotant son postérieur (très rebondi, en passant).
-Oh, pardon ! J’avais oublié que j’étais sous forme humaine.
-Ce serait bien que tu ne l’oublies pas, à l’avenir, suggéra Stena en reprenant son souffle. Tu n’es pas tellement discrète, comme ça.
-Et alors ? J’adore être vue par les garçons qui bavent tous devant ma personne !
Il y eut soudain un silence.
-Si j’avais su que j’avais capturé un esprit comme ça, marmonna Stena.
-Allons, allons… Il faut sourire, ma fille ! Et cela fait dix ans que j’étais condamnée à rester dans l’île bibliothèque. À présent que je suis à l’air libre, je vais en profiter un peu pour me divertir avec de nombreux garçons…
-Eh ben… Ta forme humaine va poser deux trois problèmes… J’espère que tu sauras te montrer discrète…
-Mais peu importe le nombre de garçons qui seront à mes pieds… Maintenant que tu m’as récupérée au fond de la bibliothèque, tu es ma maîtresse !
-Pardon ? releva la jeune fille en haussant un sourcil.
-Tu es digne de l’être, et tu entres maintenant dans ce nouveau monde qu’est celui de la magie. Dorénavant, je t’obéirais au doigt et à l’œil !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Lun 18 Avr - 12:56

Chapitre LXVII
Magie


-Alors, commençons les explications. Tout d’abord, la Terre possède environ soixante-sept millions de mages à sa surface…
-Soixante-sept millions ? s’écria Stena.
-Arrête de m’interrompre ! lança Spirit en mettant une pichenette sur le front de la jeune fille. Bref, je disais donc qu’il y a environ soixante-sept millions de mages sur Terre…

« Les mages ont pour but d’aider les tierces personnes à avoir une vie meilleure. Pour ça, ils sont dispersés de par le monde, et les plus actifs circulent même dans les zones de guerre. Grâce à eux, de nombreuses vies sont sauvées chaque jour.

Mais comme tu t’en doutes, il y a un revers à cette médaille. Il existe parmi ces mages des méchants. Ceux qui usent de leurs pouvoirs pour semer la désolation. Contre ces personnes, les hauts-placés envoient des mages puissants, entraînés, que l’on appelle des Magister Magi.

Les Magister sont eux des personnes reconnues par leurs pouvoirs impressionnants et l’aide dont ils ont fait bénéficier au monde entier. Le plus puissant d’entre eux est nommé Nagi Springfield. C’est un nom que tu devras connaître. Il était surnommé le Maître Thousand, à cause du nombre de sorts qu’il possède. C’était le plus puissant d’entre tous, mais il est mort, aujourd’hui.

Les Magister ont aussi des partenaires, que l’on nomme Minister Magi. Ces partenaires ont conclu un contrat avec le Magister, et ils se sont vus accordé des pouvoirs, afin d’aider le Magister dans sa mission. Cela n’est pas une tâche aisée, il faut le savoir. Des questions sur ça ? »

-Oui.
-Alors je t’en prie, ma fille.
-Pour devenir Magister, il est nécessaire de posséder des pouvoirs ?
-Absolument. Et de grands pouvoirs, qui plus est. Autrement, impossible.
-Donc j’ai peu de chances d’en devenir un.
Spirit se prit le menton dans sa main un instant.
-C’est peu probable, en effet. Pas impossible, mais difficile.
-Et les Minister ? Ils n’ont pas de pouvoir, à la base ?
-Ca dépend, mais tout le monde peut devenir Minister, du moment qu’il y a un contrat avec le Minister.
-Un contrat ? Quels sont les termes de ce contrat ?
-Ca dépend, mais dans tous les cas, il permet aux deux partenaires de communiquer ensemble, et au Magister le droit d’invoquer le Minister.
-Je vois… Et comment on fait, pour un contrat ?
Spirit eut à cet instant un sourire incroyablement pervers, ce qui n’était pas rien, sur ce visage qui approchait la perfection.
-Eh bien… Tu dois trouver un magicien, de préférence assez doué, tu discutes avec lui, tu essaye de bien t’entendre avec, vous faites des rendez-vous ensemble…
-Je ne demande pas le mode d’emploi pour avoir un petit-ami, mais la méthode pour conclure un pacte.
-…et au final, vous vous embrassez à l’intérieur d’un cercle magique, ce qui formera le pacte provisoire, conclut Spirit avec son sourire vicieux.

Stena rougit jusqu’à la racine des cheveux.
-S… s… s’embrasser !?! s’écria-t-elle.
L’esprit hocha la tête avec une joie qu’elle ne faisait aucun effort pour masquer.
-Tout à fait ! Un grooooooooos bisou sur la bouche de ton futur partenaire, et tu deviens Minister Magi !
-C… c… c’est insensé !
-Ah… La magie à des raisons que la raison elle-même ne connaît pas, ma fille.
-M… mais enfin ! Je ne peux pas embrasser quelqu’un comme ça ! Pour ça, il faut…
-Oh ? Se pourrait-il que ma maîtresse soit déjà tombée sous le charme d’un jeune homme ?
-C… c’est pas ça !
-Ah bon ? C’est un vieux ? s’étonna Spirit en feignant l’innocence.
-Mais non !
-Alors… Tu me montres le beau gosse qui t’a tapé dans l’œil, ma fille ?
-Mais… Tu connaissais Riko avant, ou quoi ?
-Non, pourquoi ? Elle aussi a deviné ?
-J… ben, euh… oui…
-Ah ah ! Alors ? Il s’appelle comment ? Hein ?
-Mais… Tu as quel âge, pour réagir comme ça ?
-Trois cent cinquante-huit ans, et alors ? Cela fait bien longtemps que je n’ai pas eu de relations humaines, et n’essaie pas de changer de sujet ! C’est quoi son p’tit nom ?
-Au moins, tu ne me tripotes pas, toi, c’est déjà ça, soupira Stena.
-On peut arranger ça, tu sais ? déclara Spirit en faisant rouler ses poignets.
-Non ! Non ! C’est bon ! Je… je vais parler ! Alors pas ça !
-Mais tu es sensible à cet endroit, pour réagir comme ça ?
-Ne change pas de sujet ! hurla Stena, prise de panique. Il s’appelle Anass ! Anass Levander ! Il a mon âge, il a les cheveux noirs, les yeux bleus, et il sait se battre, et puis… Nyaaaaaa !

Trop tard. Spirit avait agrippé les seins de la jeune fille, et elle les tortillait dans tous les sens, avec autant d’énergie que Riko.
-Mais c’est vrai que tu es sensible ! remarqua l’esprit avec le naturel d’un enfant remarquant un jouet.
-Ah… Arrête ça… Pitié… Je t’ai tout dit… Alors… Nyaaaaaa !
-Je peux pas, c’est trop marrant !
-Arrête ! lança Stena en se dégageant enfin de l’emprise de Spirit. Tu dois… encore… m’en raconter… plus… sur la… magie… souffla-t-elle.
-Tu n’es pas drôle, ma fille.. Pour une fois que je peux m’amuser.
-Alors amuse-toi avec autre chose que mes seins !
Spirit se mit à bouder comme une gosse qui se serait fait confisquer son jouet préféré, pendant que Stena se remettait de ses émotions.
-Et que veux-tu savoir, maintenant ? demanda la femme, la mine toujours boudeuse.
-Ici. Mahora. C’est quoi cet Arbre ? L’île bibliothèque et la bibliothèque étincelante ? Et l’administration ? Quel rôle tient-elle, dans tout ça ?
-Bon… L’Arbre Monde à un autre nom : Shinboku Bantô. Comme tu peux t’en douter, c’est un arbre magique. Une fois tous les vingt-deux ans, il dégage une force magique prodigieuse. La prochaine fois est pour dans trois ans et quelques. L’île bibliothèque est tout ce qu’il y a de plus normal. Enfin, ses origines. Les livres ont tous été rassemblés en cet endroit, à cause des guerres, pour les protéger de pillards et des éventuels bombardements. Quant à ce que la bibliothèque cache réellement, je ne peux rien dire, et je te demanderais de ne pas essayer de chercher, pour ta propre sécurité. Quant à l’administration… C’est vraiment très vaste… La plupart des professeurs du campus sont des magiciens expérimentés : Mr Takahata, Mlle Kuzunoha, Mr Seruhiko, Mr Akashii, Mr Gandolfini, Mr Nijûin, Mr Kataragi et bien d’autres encore. Bien entendu, au sommet de tout ça, il y a le directeur, qui est également le président de l’association de magie du Kantô. Beaucoup d’élèves également sont sollicités pour la mission de protection du campus. Tu le sais mieux que quiconque, tu en fais partie.
-Les Guardians ?
-Exact. Ceux qui ne connaissent pas les dangers de la magie ne peuvent monter au troisième étage et au-dessus. C’est un organisme qui fut créé dès la construction de cette académie, par l’ancien directeur et moi-même. D’ailleurs, je vais aller voir le directeur actuel, pour négocier ton passage au grade supérieur, maintenant que tu es au courant.
-Attends ! Riko et Saito, mes équipiers, sont aussi au courant de la magie ! Et ils ne sont pas grade V !
-Mais toi, tu as bien plus de potentiel qu’eux. Enfin, c’est un avis personnel. Il faut que je voie avec le directeur. Et toi, tu fais quoi, de tes vacances ?
-Je vais m’entraîner, dit Stena tout en rougissant légèrement.
-Oh oh… Avec ton beau gosse d’Anass, c’est ça ? taquina Spirit en levant haut ses mains et en faisant bouger les doigts de manière effrayante.

Stena recula, ses yeux emplis de frayeur, et lorsqu’elle fut au bord de la branche, elle ne put reculer d’avantage. Elle était à la merci de Spirit. Et ce qui devait arriver arriva…
-Nyaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Lun 18 Avr - 12:56

Chapitre LXVIII
Entraînement du corps


Cette journée s’annonçait palpitante. C’était les courtes vacances avant la rentrée, et Anass et elle avaient planifié une semaine entière d’entraînement intensif. Une semaine entière ! Rien qu’avec lui ! Le garçon de ses rêves !

Stena retint un cri purement féminin, ceux qu’elle trouvait pourtant si ridicules il n’y a pas si longtemps de cela. Elle changeait beaucoup. On le lui avait fait remarquer, mais le fait était là : jamais elle n’avait eu autant envie de s’entraîner.

Elle arriva au point de rendez-vous un peu à l’avance, dans les montagnes du nord de Mahora, à l’endroit même où elle avait créé sa nouvelle partition de la Symphonie de Lumière. Profitant de ces quelques minutes de calme avec pour seuls bruits environnant les cris d’animaux et le bruissement des feuilles et de l’herbe soufflés par le vent de printemps, Stena s’assit en tailleur et chercha son lien avec la nature. Une fois que ce fut fait, elle resta parfaitement immobile, écoutant ce que son amie avait à lui raconter.

Quelques instants plus tard, elle sentit la présence d’Anass avant même qu’il ne sorte du couvert des arbres. La nature l’avait aussi adopté, car elle ne frémissait pas sur son passage, mais elle lui montrait ses plus beaux aspects. Comme Stena aujourd’hui, qui voulait montrer le meilleur d’elle-même au cours de cette séance d’entraînement.

Le jeune homme vint s’asseoir près d’elle, sans un bruit.
-Pardon pour le retard. On commence ?
Sans ouvrir les yeux, elle sourit. Puis elle se leva sans poser ses mains au sol, partit récupérer son arme entre les buissons et se mit en position de garde.
-Ne nous retenons pas.

Anass prit son élan et se mit à courir tout autour d’elle à une vitesse impressionnante, la longue lame de son épée traînant derrière lui dans un roulement de cailloux intimidant. Après plusieurs tours, il se jeta dans son dos, son corps abaissé et la lame remontant vers le haut. Stena ne bougea qu'au dernier instant. Elle sauta par-dessus la lame et la poussa après son passage de son pied, pour lui donner encore plus de vitesse. Ainsi, l'arme décrivit une trajectoire beaucoup plus longue que ce qu'avait initialement prévu Anass, et il manqua se déboîter le bras pour stopper sa course, au prix d'une grande douleur.

La jeune fille profita qu'il se masse son bras endolori pour passer son fourreau dans sa main gauche et le relever rapidement, afin de frapper le dessous de son menton. Cependant, le garçon frappa le bout de l’arme avec son pied, et le fourreau glissa entre les mains de Stena, qui remonta jusqu’à percuter son menton à elle, la sonnant sur le coup. Pivotant sur le sol rocailleux, Anass visa les genoux de la jeune fille avec son pied. La puissance du coup fit dérober les jambes de la jeune fille sous elle, cette dernière s'écroulant avec force sur le sol. Loin d'avoir fini, Anass continua son offensive avec un second coup de pied en direction de ses côtes, destiné celui-ci à l'achever.

Mais Stena, impressionnée par ce soudain gain de force de la part du jeune homme, regagna elle aussi de l’ardeur. Elle bloqua le coup, puis passa en-dessous. Ses jambes maintenant pliées lui permirent de prendre une légère impulsion qui la fit décoller du sol, sa jambe droite tendue vers le haut et visant de nouveau le menton d’Anass. Mais le jeune garçon s'écarta sans mal, et fit glisser Stena en posant son épée sous elle avant qu'elle ne retombe. Elle était par terre, essoufflée. Et Anass lançait déjà son pied vers elle.

Dans un ultime effort, Stena se releva et esquiva de justesse le coup. Sa galipette la fit passer derrière le jeune homme, puis elle posa ses mains au sol pour bondir et donner un coup de genou à l’épaule d’Anass. Le coup le fit s'agenouiller au sol, et Stena poursuivit immédiatement par un coup de poing vers le haut de sa colonne vertébrale. Cependant, le jeune garçon pivota, sa jambe tendue, et Stena tomba sur le sol, tête la première, ce qui acheva de la sonner.

Ils étaient tous es deux épuisés, à bout de souffle. Anass avait les mains posées sur ses genoux, et Stena restait au sol, les bras en croix. Puis au bout d’un certain temps, le jeune homme s’approcha d’elle, la main tendue. La jeune Sivilis n’hésita pas un instant et elle se releva avec son aide.
-Allez, ce n’était que l’échauffement : on continue !

Il était incroyable. Il avait beau être épuisé, il souhaitait continuer. Anass était de la même trempe qu'elle-même, et cela lui fit rater un battement de cœur, lorsqu'il lui sourit. Hier encore, il avait perdu face à elle, deux fois d'affilée, mais à présent, il était gonflé à bloc, comme si la présence d'autres gens l'effrayaient un peu. Non, il ne devait pas avoir peur d'eux, mais peur de les blesser à cause d'un malheureux accident.

Mais cette fois-ci, elle s'était fait battre. Et elle était heureuse.

Non, elle n'était pas masochiste, loin de là, mais en voyant une telle démonstration de force, Stena savait qu'elle pourrait compter sur lui en cas de problème. Après tout, ses problèmes étaient plus nombreux qu'on ne le croyait.

Époussetant ses vêtements blancs que la poussière avait sali, la jeune fille sourit au jeune garçon. Elle allait l'aider, et cela commencerait dès maintenant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Lun 18 Avr - 12:56

Chapitre LXIX
Entraînement de l'esprit


Il fallait tout d’abord qu’elle l’aide à surmonter sa peur de blesser les autres. Une peur pareille ne pouvait mener qu’à de douloureuses conclusions. Il y avait une différence subtile entre protéger les gens et avoir peur de leur faire du mal. Pour les protéger, il fallait inhiber cette peur au plus profond de soi. Le monde n’était pas sans risques, et une blessure n’était rien, comparée à la valeur d’une vie.

Stena avait du mal à croire qu’elle allait faire ça. Devant quelqu’un, en plus ! Mais… Puisque c’était Anass, cela ne poserait pas de problème.

Elle porta les doigts à ses lèvres, puis siffla longuement, faisant varier les intonations avec subtilité. Le résultat donnait une mélodie simple, mais harmonieuse. Le garçon le regardait à la fois avec enchantement, mais sans pour autant comprendre la raison de tout ceci.

Mais il n’allait pas tarder à la savoir…

D’entre les arbres sortirent des animaux curieux de voir qui avait produit cette douce musique : des lapins, des écureuils, des biches, et même un cerf, majestueusement dressé, ses bois formant une figure complexe.

Anass resta bouche bée. C’était compréhensible. Stena avait appris ça de son ancienne amie, Yume, et elle n’avait quasiment jamais usé de ce talent, et surtout pas devant quelqu’un. Elle avait eu peur que la nature ne réponde pas à son appel, mais c’était bon. Des animaux étaient différents d’êtres humains, certes. Mais ils permettraient à Anass de faire abstraction des dangers d’autrui.

Le véritable entraînement débutait maintenant.

Il se sentait mal à l'aise... Ainsi, elle avait vu juste. Quoique sa réaction était un peu trop disproportionnée... Il y avait autre chose. Mais quoi ?

Peu importe. Ici et maintenant, c'était un combat. Anass poussa un cri que Stena apparenta à de la rage, puis il se jeta en avant, sa trajectoire n’étant pas droite et sa démarche mal assurée. La jeune fille le regarda faire sans bouger, puis elle vit le coup de pied lancé vers sa tête. Stena esquiva sans le moindre mal. Ses coups étaient devenus mous. Avait-il tant peur que ça de blesser les autres ? Avec un habile croche-pied, elle le fit s'écrouler sur le sol. Puis elle enchaîna son mouvement avec son poing, frappant vers son ventre.

Mais alors qu’elle allait le toucher, elle arrêta subitement son mouvement. La vitesse qu’elle avait initialement se répercuta dans son bras jusqu’à l’épaule, ce qui lui arracha un soupir de douleur. Anass profita de cet instant pour prendre son énorme épée, qu’il fit tournoyer au-dessus de sa tête avant de frapper le flanc gauche de Stena, en s’écriant « pardon ! ».

Le coup la projeta à quelques mètres de sa position de départ.

Pourquoi avait-elle arrêté son mouvement ? Elle-même ne le savait pas, mais elle commençait à être frustrée. Ce sentiment l'empêcha de voir Anass se jeter de nouveau sur elle, son pied lancé vers son visage alors que son épée plantée dans le sol lui donnait un appui. Le coup fit encore voler la jeune fille sur plusieurs mètres, et elle s’allongea sur le sol, les yeux fermés. Après un court répit, elle se releva, haletante, et vit que le garçon avait retrouvé son calme.

Il planta son épée dans le sol sans le moindre effort, puis il s’élança vers elle. Sa vitesse étant toujours aussi impressionnante, il disparut de son champ de vision avant de se retrouver derrière elle, le poing levé vers son visage. Stena parvint à bloquer le coup juste à temps.

Qu'est-ce qu’il lui arrivait ? Normalement, elle ne se serait pas laissée avoir comme cela ! C'était incompréhensible. Elle s'écarta d'un bond, récupéra son fourreau tombé au sol à l'instant, puis s'élança vers Anass, qui avait récupéré son arme entre temps. Il fallait tenter le tout pour le tout. Elle fit un gigantesque bond. Le garçon leva son épée par réflexe, mais Stena avait dosé sa force, pour atterrir juste devant lui. Sa vue étant cachée par sa lame, il fut surpris de la voir devant lui, son fourreau prêt à le frapper au ventre.

L’impact fit cracher du sang au jeune homme, et il releva la tête juste à temps pour apercevoir Stena lancer son poing vers son visage, comme si elle rejetait sa frustration sur lui. Ce coup hors du commun fit lâcher l'épée à Anass, qui se mit à décrire plusieurs tours en l'air avant de retomber, à l'intérieur de la forêt, les animaux s'écartant sur son passage. Stena était soulagée. Elle était revenue à la normale. Plus d'hésitations.

Mais pourquoi cette hésitation ?

Sans même chercher de réponse à cette question, elle vit le jeune Levander se relever. Il fallait agir. La jeune fille bondit dans la forêt à son tour, puis s'appuya sur les arbres pour faire des bonds spectaculaires, sans toucher le sol le moindre instant. Anass la regarda exécuter ces mouvements, ébahi.

Ce que personne ne savait, c'est que dans la forêt, elle était encore plus agile, plus rapide, plus forte, et ce, malgré la longueur de son Nodachi. Le garçon finit par perdre sa trace, car elle se mouvait si rapidement que son ombre disparaissait totalement dans la pénombre de la forêt. Puis elle réapparut juste au-dessus de lui, positionnée en tailleur, la fourreau coincé entre ses jambes et se dirigeant à une vitesse folle vers le crâne du jeune homme.

Mais à cet instant encore, Stena eut une hésitation qui lui fit desserrer ses jambes, relâchant légèrement le fourreau. Anass profita de cette hésitation pour esquiver, mais lorsqu’il vit que la chute ne s’arrêterait pas avant l’impact, il fit demi-tour et réceptionna la jeune fille dans ses bras, avant de rouler sur plusieurs mètres.

Pourquoi ? Pourquoi avait-elle de nouveau hésité ? Ce n'était pourtant pas dans ses habitudes.

Si Anass n'était pas intervenu, Stena aurait pu être grièvement blessée. Mais il avait réagi à temps, et grâce à lui, elle était plus ou moins indemne. Quand elle était dans ses bras, la jeune fille n'avait pas senti les chocs répétés dus à la roulade, mais seulement un battement frénétique dans sa poitrine, qui ne voulait pas s'arrêter.

Quand ils étendirent leurs bras en croix, leurs mains se frôlèrent brièvement, et le cœur de Stena se mit à battre la chamade. Elle fit un effort considérable pour ne pas rougir jusqu'à la racine de ses cheveux.

Il lui fallait se rendre à l'évidence : si elle avait hésité, c'était parce qu'elle l'aimait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Lun 18 Avr - 12:57

Chapitre LXX
Entraînement du coeur


Stena ne parvenait pas à arrêter les battements de son cœur. C'était troublant. Elle ne pouvait pas combattre si elle était dans cet état ! Comment pouvait-elle espérer vaincre une personne qu'elle n'osait pas toucher de peur de lui faire mal ?

C'était ironique... Au départ, ce combat avait pour but d'obliger Anass à oublier les autres et à inhiber sa peur de leur faire du mal. Mais maintenant, c'était la jeune fille qui n'osait pas frapper le garçon pour les mêmes raisons. Quoiqu'elle avait une excuse, mais peu valable, toutefois.

Anass se releva tant bien que mal et lui tendit une main secourable. Stena hésita un instant. Comment allait-elle réagir en prenant sa main, désormais ? Elle s'empourpra légèrement, puis accepta l'aide que le jeune homme lui offrait.

Maintenant écarlate, Anass la regarda avec un œil inquiet.
-Ca va ? demanda-t-il.
Stena hocha la tête plus vivement qu'elle ne l'aurait voulu.
-On refait un autre combat ?
Encore ? s'étonna la jeune fille intérieurement. Il tenait donc tant que ça à s'entraîner ? Enfin, il avait des gens à protéger, cela pouvait donc se comprendre. Mais elle ne pourrait pas se battre dans ses conditions actuelles. Il lui fallait gagner du temps, pour réfléchir.

Puis elle eut une idée...

Restait à l’annoncer. Mais la jeune fille était tellement bizarre, à présent, qu’elle n’osait même plus parler. Anass prit donc les devants en revenant sur la falaise où ils avaient commencé leur entraînement.

Une fois en place, Stena osa enfin prendre la parole.
-On va essayer un autre entraînement.
Anass se remit droit et la regarda étrangement.
-Oui ?
-Pour ce combat, on va plutôt essayer la subtilité. On va se battre dans ces bois. On va chacun de notre côté, et après cinq minutes, on cherche l'autre, puis on le bat. L'effet de surprise est primordial, donc la discrétion aussi. Il ne faudra pas hésiter à se retirer pour mieux frapper. On est d'accord ?
-On est d'accord, lâcha le garçon.

Alors, tous deux, ils se mirent en route, et ils se séparèrent en pénétrant sous l'ombre des arbres. Cet entraînement un peu particulier allait permettre à Stena de faire le point sur ses pensées, et elle ne négligerait point le temps qu'elle avait gagné.

Dès qu’ils furent hors de vue l’un de l’autre, la jeune fille accéléra la mouvement. Elle allait prendre ses distances, se cacher et réfléchir. Après les cinq minutes de temps imparti, Stena grimpa à un arbre et y resta camouflée entre les branches.

À présent, il fallait faire le point. Pourquoi hésitait-elle à le frapper ? Elle avait obtenu sa réponse plus tôt. Elle l’aimait, tout simplement. Mais pourtant, elle le savait déjà, qu’elle l’aimait, et cela ne l’avait pas gênée de le combattre hier, lors de la fête d’Hanami. Alors pourquoi n’osait-elle plus lui faire du mal, à présent ? Ses sentiments avaient-ils grandi ? L’amour qu’elle ressentait était-il à présent si fort qu’il stoppait ses mouvements ?

C’était troublant. Comment elle, qui avait été durement entraînée depuis son plus jeune âge et habituée à frapper tous ses adversaires, pouvait-elle être arrêtée par un simple sentiment, une simple pensée ?

Mais elle n’eut pas le temps d’y réfléchir plus longtemps : Anass avait retrouvé sa trace. Comment ? Même machinalement, Stena ne laissait pas des pistes faciles à suivre ! Se pouvait-il que la nature soit aussi l’élément de ce jeune garçon ? Encore un détail qui enchantait la jeune Sivilis. Mais à peine cette pensée eut-elle atteint son esprit que le garçon frappa l’arbre où elle se trouvait d’un gigantesque coup du plat de son énorme épée.

Le coup surpuissant fit vibrer l'arbre, qui était à deux doigts de se briser en deux. Stena en tomba, surprise, et elle se prit de plein fouet une branche sur son menton. Sonnée, la jeune fille voulut fuir pour reprendre ses distances. Elle n'était pas encore prête. Mais Anass lançait déjà son poing vers elle sans lui laisser le moindre répit. Ce dernier atteignit son menton et lui fit accélérer sa chute sur le sol. Tremblante, Stena parvint tout de même à se relever.

Puis le garçon se mit à sautiller, tel un boxeur expérimenté, en prenant la même garde. Il donnait l’impression d’être flou, et la jeune fille en déduit qu’il se déplaçait très rapidement sur un axe précis. Mais si elle n’avait pas reçu ces deux chocs consécutifs juste avant, elle aurait pu le voir au lieu de le déduire. Cependant, sa vue était brouillée, et il fallait faire avec les moyens du bord. Elle prit une profonde inspiration.

Le garçon disparut subitement pour réapparaître derrière elle, son pied levé et visant entre ses deux omoplates. Dans un soudain regain d'énergie, la jeune fille bondit en un sublime salto arrière, esquivant le coup d'Anass. Elle acheva son acrobatie en plaquant ses deux pieds contre un arbre, en position accroupie malgré le fait qu'elle soit perpendiculaire à la gravité. Puis elle imprima une puissante impulsion, qui fit de nouveau trembler l'arbre à l'en faire céder. Si le tronc résista, une lourde branche tomba sur le crâne du pauvre garçon, lui empêchant temporairement de voir. Stena profita de cet instant pour prendre la fuite en passant de tronc en tronc, sans freiner son rythme.

Elle l'avait sous-estimé, pensa-t-elle en faisant un nouveau bond. Elle pensait être invulnérable, dans la forêt, mais il semblait qu'Anass était également dans son élément. Stena se mordit la lèvre inférieure. Elle n'était toujours pas prête. Et elle devait gagner du temps.

Elle fit un nouveau bond, qui décrocha quelques feuilles de l'arbre sur lequel elle s'était appuyée. Mais pour un bon pisteur, même des petites feuilles pouvaient devenir un chemin limpide vers la cible recherchée. Ralentissant son rythme et la puissance de ses impulsions, Stena parvint à passer d'arbre en arbre sans laisser la moindre trace. Puis elle s'arrêta sur une branche pour souffler.

Elle était en combat ! Et comme le disait la devise du capitaine Tatsumiya, "il n'y a pas de place pour l'amour sur un champ de bataille." Elle avait entièrement raison. Il ne fallait pas perdre de vue l'ensemble de la scène. Elle avait beau aimer ce garçon, ici et maintenant, elle devait le battre !

Cependant, elle était un peu sonnée par les coups qu'elle avait reçu à l'instant. Tant pis. Il faudrait faire avec. Mais maintenant, elle allait agir comme à son habitude : monter une stratégie.

La tâche ne s'annonçait toutefois pas aisée. Le garçon avait des mouvements imprévisibles, et il usait de techniques différentes à chaque fois. De brutal, il passait à une boxe subtile, puis passait à pleine vitesse. Il était plein de ressources, et c'était une partie de lui que Stena aimait.

Non ! Il ne fallait pas penser à ça ! Juste le voir comme un adversaire. C'est tout. Il ne fallait pas chercher plus loin.

La jeune fille se concentra pour écouter la nature. Après quelques instant de calme, elle lui répondit que le jeune homme ne se trouvait pas dans le coin, mais il venait dans sa direction. Anass avait beau être dans son élément, le lien de Stena avec la nature était un avantage qu'il ne fallait surtout pas négliger. Descendant de sa branche, elle contourna l'endroit ou le garçon se trouvait en se déplaçant toujours par bonds et d'arbre en arbre. Puis elle décrivit une large spirale pour finir de nouveau sur sa trajectoire, prête à l'attendre.

Quand il passa en-dessous d'elle, quelques minutes plus tard, il cherchait partout, et semblait déboussolé. Quoi de plus normal ? Lorsque Stena décidait de passer inaperçue, seul un expert pouvait ressentir sa présence. Se tournant sur sa branche sans un bruit pour se tourner dans la même direction qu'Anass, juste en-dessous d'elle, la jeune fille fit comme les grands gymnastes sur leurs barres : elle se plaça en perpendiculaire par rapport à la branche, tendue comme une corde, la tête en bas et ses mains maintenant sa position. Puis, quand elle jugea que l'instant était bon, elle se laissa glisser et se fit entraîner par la gravité pour frapper la nuque du jeune homme avec ses deux pieds joints.

Mais il bondit alors comme un chat, en se baissant en avant, puis il exécuta une roulade sur le sol, se releva et se retourna dans le même mouvement. Stena, elle, tremblait au niveau des genoux. Elle était épuisée, et ce choc supplémentaire sur le sol n’avait pas arrangé les choses. Elle regarda le garçon, droit dans les yeux avec un regard déterminé.

Anass recommença sa technique, mais au lieu de devenir flou, la vitesse lui permit de créer des copies de lui-même, au nombre de trois. C’était insensé. Pour pouvoir créer de telles illusions, il fallait que la vitesse d’exécution de cette technique avoisine celle de la lumière, afin que l’œil ne puisse percevoir correctement la vision qui s’offrait devant lui. Incapable de dire qui était le vrai garçon dans son état de fatigue, Stena se protégea par réflexe quand trois d’entre eux s’avancèrent vers elle. Mais ils la traversèrent, tout simplement. Elle tourna la tête par réflexe et sentit une pression derrière elle : le jeune homme lançait son poing vers sa joue. Mais Stena parvint à esquiver à temps, et son adversaire frappa un arbre se trouvant sur la trajectoire. Si seulement elle n'avait pas été étourdie, son acuité visuelle lui aurait permit de contre-attaquer à cette technique, mais pour le moment, elle ne pouvait pas.

La subtilité ne marchait pas face à cet ennemi. Il allait falloir un combat rapproché. Stena sortit le fourreau de son dos et visa directement le crâne du garçon. Bien entendu, il esquiva avec facilité le coup, mais ce qu'il n'avait pas prévu, c'est que ce coup visible en masquait un autre venant du bas : un splendide coup de pied circulaire, qui l'atteignit en pleines côtes. Malheureusement, le coup était loin d'avoir atteint toute sa puissance, et Stena ne parvint pas à le projeter au loin.

Réactif, Anass s'empara de sa jambe, et il tenta de la faire tomber au sol en la poussant. Seulement, la jeune fille bondit et lança son autre pied vers son visage. Le garçon, bien que surpris, stoppa le coup en lâchant son arme. Cependant, arrêter le coup ne suffit pas à l'empêcher de tomber à cause de la force qu'elle avait mis dedans. Une fois au sol, Stena comprit qu'elle n'aurait pas d'autre chance comme celle-là. Elle tira de son dos une courte dague et la plaça sous la glotte de son adversaire.

Faire abstraction de ses sentiments était l'une des clefs d'un combat gagné...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Mer 6 Juil - 16:01

Chapitre LXXI
Pactio


Satisfaite de sa victoire, mais surtout de la leçon qu'elle avait retenu aujourd'hui, Stena eut un large sourire, puis elle s'allongea à côté du vaincu.
-C'était une magnifique journée, lâcha-t-elle.
-En effet...
-On s'arrête là pour l'instant ?
-On continuera cet après-midi, confirma Anass.
-Tiens tiens... Ainsi donc, c'est lui le fameux Anass ? fit une voix qui résonna familièrement aux oreilles de Stena, laquelle se retourna et sursauta de surprise en voyant la longue chevelure argentée.
-Spirit !?! Mais qu'est-ce que..?
-J'étais curieuse, ma fille. Et je me dois de constater que tu as un excellent goût.
Anass, qui avait suivi l'échange en silence, ne put retenir la question qui lui brûlait les lèvres :
-Qui est-ce ?

Stena se mordit la lèvre inférieure : que devait-elle répondre ? Après tout, elle ne savait pas si le garçon était au courant pour la magie ou non. Elle ne savait donc pas si elle pouvait dire la vérité ou si elle devait s'en abstenir, en trouvant une histoire plausible à raconter. Mais l'esprit prit la parole en premier :
-Je m'appelle Spirit, et je suis un esprit, mon garçon. Je suis ravie de constater que ma maîtresse a su choisir quelqu'un d'à la fois séduisant et au potentiel remarquable.

La jeune fille écarquilla les yeux de surprise : pour que Spirit engage la conversation dessus, c'est que le garçon devait en connaître un bout sur le monde de la magie. Et bien entendu, la question jaillit avant qu'elle n'ait pu la retenir.
-Tu es au courant pour la magie ?
-Euh... oui, avoua Anass, gêné. Mais toi aussi apparemment.
-En... en effet...
Ils se regardèrent un instant avant de détourner leur visage devenu pourpre.
-Mais regardez-moi ça comment qu'ils sont pas mignons ces deux-là ! s'exclama Spirit. Et en plus, vous faites une excellente paire ! Un magicien combattant avec une alliée redoutable pour l'épauler... Nous devons faire un Pactio !
Stena et Anass manquèrent s'étouffer, et ils s'écrièrent en même temps :
-Quoi, là, maintenant ?
-Mais oui, maintenant, mes enfants ! Pourquoi attendre ?
-Je... j'ai besoin d'un peu de temps pour... euh... réfléchir, argua Stena.
-Moi... moi aussi, déclara Anass.
-Allons, allons, ne faites pas vos timides ! Vous vous connaissez depuis suffisamment longtemps déjà pour ne pas vous soucier d'un petit baiser de rien du tout !
-Mais c'est mon premier ! s'insurgea la jeune fille.
Ce détail n'échappa pas au garçon, dont les yeux s'illuminèrent d'une joie enfantine, mais infinie.
-Qu'est-ce qui vous retient ? demanda Spirit. Si c'est que vous n'êtes pas assez motivés pour le faire, je peux arranger cela, vous savez ?
-Comment ?
La femme écarta les mains en gigotant ses doigts de manière significative.
-NON, CERTAINEMENT PAS ! hurla Stena en se couvrant machinalement la poitrine.
-Ah, il faut ce qu'il faut, ma fille. Et je ne reculerais devant rien pour permettre à ma maîtresse de progresser.
-Mais enfin...
-Fini de bavarder, ma fille !

Spirit claqua dans ses doigts, et un cercle lumineux apparut au sol, sous les deux jeunes gens. En regardant le cercle plus en détail, Stena reconnut le symbole qui était gravé sur son badge de Guardian. Ainsi, c'est de cette magie que venait l'emblème des Guardians...

La magie du lien.

Une force mystérieuse obligea soudain Anass et Stena à se relever, comme s'ils avaient été tirés par leur col. De la même manière, cette main invisible les poussa à quelques centimètres seulement l'un de l'autre, ce qui eut pour effet de les faire rougir jusqu'à la racine.
-Je... euh... je suis désolé, commença Anass.
-Non... C'est... c'est moi...
-Allez, allez ! encouragea Spirit.
-Je crois bien que... euh... enfin... depuis la première fois que je t'ai vue, j'étais fasciné par toi, et euh... je dirais que... je... euh... je t'aime.

Ces derniers mots eurent l'effet d'une flèche transperçant son cœur. Le bonheur fou qu'elle ressentait à présent aurait pu faire exploser son organe tellement il battait à tout rompre. Sur le moment, il aurait pu sortir de sa poitrine que cela ne l'aurait étonnée en rien.

Elle voulait lui dire la même chose, mais c'était comme si l'air refusait de sortir de ses poumons. Après un tel choc, son cerveau ne lui obéissait plus, et il avait ordonné à son corps de retenir sa respiration. Dans quel but, elle ne le savait pas, et elle n'essayait même pas de savoir pourquoi. Elle n'arrivait plus à aligner deux pensées cohérentes, alors de là à pouvoir s'exprimer en parlant, il y avait une grande marge. Pourtant, elle voulait lui dire ce qu'elle ressentait pour lui. Mais à part ouvrir et refermer sa bouche comme un poisson, elle n'arrivait pas à sortir ces deux mots qu'Anass venait de prononcer à l'instant. Alors elle opta pour une autre solution, plus simple.

-Moi aussi, dit-elle simplement.

Leurs yeux se croisèrent, et ce fut comme s'ils plongeaient l'un dans l'autre à travers ce regard. Une seconde paraissait durer des heures. Ils vivaient un instant d'éternité, et aucun d'eux ne voulait que cela s'arrête. Ils pouvaient lire dans leurs yeux tous les sentiments qui se succédaient les uns après les autres. Ils n'avaient plus besoin de parler. Ils se comprenaient par le regard.

Alors Anass ferma ses yeux, rompant ce contact intime entre leurs esprits. Puis il s'approcha, millimètre par millimètre, ses lèvres approchant de celles de la jeune fille. Stena ferma les yeux à son tour, attendant avec angoisse et impatience que le contact physique remplace ce contact psychique qu'ils avaient créé. Chaque seconde durait une éternité. Aucun d'eux n'aurait pu dire combien de temps il s'était écoulé depuis qu'ils avaient croisé leurs regards. Et ils s'en fichaient royalement.

Puis leurs lèvres se rencontrèrent. C'était un contact doux, chaleureux, mais où l'on ressentait la fébrilité et l'incertitude de la première fois. Anass avança encore. Leurs lèvres s'écrasèrent les unes contre les autres. Stena ne pensait plus à rien. Elle ne pouvait plus penser. Elle ne parvenait plus à réfléchir. La seule chose qu'elle savait, c'est qu'elle voulait que cet instant ne s'arrête jamais.

-PACTIO !!! lança Spirit avec une joie démesurée.

Ce cri les ramena à la dure réalité : cet instant ne pouvait pas durer éternellement. Il devrait y avoir une fin. Une fin qui arriva malheureusement bien trop vite, lorsque leurs lèvres se séparèrent.

Ils se regardèrent l'un l'autre, comme libérés d'un poids qui leur pesait depuis bien longtemps, puis ils se mirent à rire, soulagés de savoir qu'ils n'étaient pas en train de rêver, que ce qu'il s'était passé était bien réel.

-Enchanté d'être ton Magister, dit Anass en tendant sa main.
-Enchantée d'être ton Minister, répondit Stena en lui serrant la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Mer 6 Juil - 16:02

Chapitre LXXII
Partenaires


Cette simple poignée de mains à but solennel devint bien vite une marque d'amour, car ils ne voulaient plus se lâcher, se contemplant l'un l'autre dans un désir infini. Mais malgré ces regards pleins de tendresse qu'ils se lançaient, ils ne s'en rendirent pas compte eux-mêmes... Du moins, jusqu'à ce que Spirit le fasse remarquer.

-Si c'est-y pas mignon tout plein, ça ! ricana-t-elle.
Stena et Anass se lâchèrent immédiatement, rougissant jusqu'à la racine de leurs cheveux.
-Allons, allons, mes enfants ! Il ne faut pas refouler ses sentiments comme cela !
N'entendant aucune réponse, l'esprit soupira et leva une carte de la taille d'une carte de tarot, au dos brun sur laquelle était imprimée le cercle nécessaire à la conclusion du Pactio et le nom d'Anass Levander.
-Voici la preuve de votre alliance, mes enfants. Vous allez retirer beaucoup de pouvoir de cette union. J'espère que vous saurez quoi en faire.
Stena reprit soudain tout son sérieux.
-Oui.
Anass acquiesça à son tour.

Alors, Spirit usa de son pouvoir pour dupliquer la carte, et elle confia chacune des copies à Anass et à sa partenaire. En l'examinant, Stena vit que le recto de la carte était une image de sa personne, en posture de combat et un large sourire affiché.
-J'imagine que vous allez dès à présent essayer votre nouveau pouvoir, mes enfants, n'est-ce pas ?
-Si tu es d'accord, sourit Stena à l'attention de son Magister.
-Ce serait un plaisir.

Après quelques minutes où Spirit expliquait comment se servir du lien du Pactio à Anass, celui-ci tendit une main vers son Minister et ferma les yeux de concentration.

"Sis mea pars
Per octoginta secundas
Ministra Magi Sivilis Stena !
"

Cette formule activa le lien qui les unissait : la magie d'Anass se transféra en elle, lui conférant des sensations qu'elle n'avait jamais ressenties auparavant. Elle se sentait plus légère, presque autant qu'une plume portée par les vents. Elle se sentait également plus forte, capable de déplacer des montagnes par la simple force de ses bras. Cette soudaine sensation d'invincibilité qui parcourait son corps comme de nouvelles veines où circulait le flux magique de son Magister lui donnait vraiment l'impression d'être invincible.

Et pour essayer cette soudaine puissance, Stena sauta, sans plier ses jambes. Avec ce simple saut, elle se projeta à cinq mètres du sol, comme libérée de la force gravitationnelle. En atterrissant, elle donna un coup de poing au sol, ce qui souleva un nuage de poussière et propulsa des fragments de roche partout autour. Le cratère ainsi creusé était très impressionnant, et la jeune fille n'en revint pas qu'elle pouvait dégager tant de force avec seulement quelques mots et un baiser.

Lorsqu'elle se retourna, Anass eut un large sourire. Il ne semblait pas être excessivement surpris de ce qu'elle venait de faire. En revanche, il ne cessait de la regarder avec des yeux pleins de joie.

Il s'approcha d'elle et tendit son poing en avant.
-Dorénavant, nous sommes partenaires.
Stena eut un large sourire à son tour et posa son poing contre le sien.
-Nous affronterons les dangers ensemble.
-Et rien ne nous résistera ! dirent-ils en chœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Mer 6 Juil - 23:28

Chapitre LXXIII
Joies


Après avoir essayé leurs toutes nouvelles capacités, Spirit partit, les laissant seuls tous les deux. Gênés par cette situation, ils préférèrent plutôt continuer à s'entraîner, usant cette fois de la magie.

Anass avait appris la magie de l'acier, et grâce à cela, il pouvait invoquer des lames d'acier quand il le souhaitait, de toutes tailles et en grand nombre. Quant à Stena, sa nouvelle dextérité lui permettait de tout voir et tout esquiver sans grand mal, et si par hasard elle se faisait toucher, la barrière qui l'entourait alors l'empêchait de subir de graves blessures.

Cette séance d'entraînement dura un moment, et le soleil avait depuis bien longtemps passé son point culminant. Épuisés par ces nouvelles compétences, les deux jeunes gens s'allongèrent non loin l'un de l'autre, un sourire toujours affiché sur leurs lèvres.

Lorsque le silence s'installa complètement, Anass se tourna vers elle et lui demanda comment elle était parvenue sur ce campus. Se disant qu'elle devait tout lui dire, Stena n'hésita pas à lui raconter son passé. Mais en cette présence rassurante, le chagrin ne prit pas le dessus, et elle put raconter son histoire normalement, sans que les émotions ne la submergent. Puis ce fut au tour d'Anass de lui raconter son passé. Lui non plus n'avait pas connu un passé facile... Et malgré ce qu'il lui disait, la jeune fille sentait qu'il restait des zones d'ombres dans son histoire. Mais elle n'allait pas le forcer : elle était déjà suffisamment heureuse d'être avec lui.

Heureuse de sa soirée bien remplie, Stena se rendit à l’Arbre Monde, alors que l’aube commençait à pointer à l’horizon. Elle grimpa jusqu’en haut, où Spirit l’attendait, sous sa forme humaine.
-Ah, te voilà enfin, ma fille ! Comment vas-tu ?
-Très bien, sourit Stena. Tu n’as pas enguirlandé trop de garçons, durant mon absence ?
-Non, j’ai juste parlé avec le directeur. Il faudra que tu ailles le voir, en fin de matinée. Il veut te présenter quelqu’un.
-Ah bon ? Et qui donc ?
-Tu verras bien. Mais tu ne dois louper ce rendez-vous sous aucun prétexte.
Surprise, mais fatiguée, Stena hocha simplement la tête.

Elle s'endormit très vite, son sommeil rempli de rêves magnifiques qui semblaient ne jamais vouloir prendre fin, jusqu’à ce que Spirit la réveille en lui disant d’aller au bureau du directeur. La jeune fille poussa un bâillement à s’en décrocher la mâchoire, puis elle descendit de l’Arbre. Une demi-heure plus tard, après une petite promenade, Stena frappa à la porte du bureau du directeur, lequel lui dit d’entrer.

Quand elle franchit la porte, elle vit un homme se tenant à la droite du directeur. Il était grand, devait avoir la quarantaine, mais aucune ride ne venait enlaidir son visage encadré de courts cheveux noirs. Ses yeux légèrement bridés étaient d’un brun très foncé, presque noir. Il portait au côté un long katana, très semblable à Kami no Uta. Quand il vit Stena, il s’inclina respectueusement.
-Très bien, nous t’attendions, déclara le directeur à la tête ovale. Stena, je te présente Mr. Chikanori Kyôji, qui est venu ici après avoir entendu parler de tes exploits et après avoir eu mon autorisation de te parler.
-Votre autorisation de me parler ? releva la jeune fille.
-En effet, je suis ici pour plusieurs raisons, et je ne pouvais te parler tant que le monde de la magie t’était inconnu, annonça l’homme avec une voix assez rauque.
-Et pourquoi moi, particulièrement ?
-C’est la première raison : tu appartiens à notre clan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Jeu 7 Juil - 13:44

Chapitre LXXIV
Vérité


Stena avait maintenant tous ses sens en alerte. Qu’est-ce que cette personne venait de dire ?
-Je vous demande pardon ?
-Tu appartiens à notre clan, répéta Kyôji.
La jeune fille mit un certain temps à enregistrer l’information.
-Ridicule ! lança-t-elle avec une rage soudaine. Mon clan… mon clan à été ravagé ce soir-là ! Je suis la seule survivante !
-Ton clan, comme tu l’appelles, était une simple branche d’un clan beaucoup plus vaste.
-Mais… mais c’était toute ma famille !
-J’en suis conscient, mais toute ta famille n’était pas là-bas, au moment du désastre provoqué par l’Akuma no Kami. Comme je viens de le dire, le village où tu vivais n’était qu’une petite branche d’un clan beaucoup plus vaste.

Stena n’en revenait pas… Cela avait beau être une information simple, c’était trop pour elle ! Cet inconnu la ramenait brusquement dans le passé, et il annonçait cette information naturellement, comme si de rien n'était. C'était un peu trop brutal pour elle !
-Je sais que cela est difficile à croire, ajouta Kyôji avec un ton compatissant, compte tenu de l’importance de ce village, mais le fait est là. Cette branche de notre clan à été implantée ici, et l’Akuma no Kami l’a dévasté.
-Pourquoi êtes-vous ici ? demanda Stena de but en blanc, cherchant à empêcher ses souvenirs de remonter à la surface.
-Pour te révéler la vérité, si tu le désires, sur notre clan et sur les évènements qui ont causé la perte de ton village. Puis, si tu le souhaites ensuite, j’aimerais te réintégrer dans notre clan, afin que tu puisses y vivre jusqu’à la fin de tes jours.
-Je me dois de m’opposer à cette décision, Mr Chikanori, interrompit le directeur avec sa voix chevrotante. Mlle Sivilis poursuit des études à Mahora, et elle est également une personne importante au sein de l’ordre de protection du campus. Je ne puis ainsi la laisser partir, étant son responsable en ces lieux.
-Mais elle doit revenir dans notre clan !
-Elle reviendra seulement si elle le désire, jeune homme, intervint une voix féminine bien connue.

Stena se retourna et aperçut Spirit dans son très léger apparat. Elle avait alors un visage sévère, autoritaire, qui fit peur à la jeune fille.
-Racontez lui la vérité, et ensuite seulement, c’est elle qui décidera de ce qu’elle fera de son futur.
Devant tant de résistance, Kyôji soupira.
-Très bien. Veux-tu entendre l’histoire, Stena Sivilis ?
Celle-ci hocha la tête très doucement. Elle voulait connaître la vérité, mais cela lui faisait un peu peur. Spirit lui posa la main sur l’épaule dans un geste rassurant, puis lui sourit.
-Notre clan a été fondé il y a des siècles de cela, commença Kyôji. Tu le sais sûrement, mais nous nous spécialisons dans le maniement du katana, et les générations successives ont fait de nous l’un des clans les plus imposants du Japon. Cependant, à partir d’un certain point, nous avons disparu des écoles de kendo traditionnelles pour nous plonger dans le monde occulte : celui de la magie.»

«Depuis lors, nous avons développé des techniques sans pareilles, usant de cette force mystique que l’on appelle le Ki, et nous nous sommes spécialisés dans l’éradication et le scellage des démons.»

Stena tiqua sur ce dernier mot. Voilà qu’il en venait à l’essentiel, et elle apprendrait enfin ce qu’elle voulait savoir depuis tant d’années.

-Nous sommes devenu le clan le plus influent de tout le monde occulte, et beaucoup de magiciens, expérimentés ou non, faisaient appel à nos services. Cependant, ces derniers temps, certains partis extrémistes se mettent à fonder leurs propres branches afin de pouvoir user des techniques de notre clan pour prendre le pouvoir.»

«Je te rassure, ton village était une branche officielle de notre clan, qui travaillait main dans la main avec nous. Toujours est-il que ces partis extrémistes se sont mis à faire exactement l’inverse de notre devoir : ils libéraient les démons pour provoquer des carnages tous plus horribles les uns que les autres.»

«L’un de ces démons libérés était l’Akuma no Kami. Cependant, il était trop puissant pour être contrôlé, et il se mit à faire des ravages partout où il passait. Ton village était sur son chemin. Il était hors de contrôle, et aucune de nos escouades n’a réussi à le stopper. Ton village a été le dernier incident recensé, puis nous avons perdu la trace du démon.»

-Il était contrôlé, lâcha Stena, ses yeux posés sur le sol.
-Pardon ?
-L'Akuma no Kami était contrôlé.
-C… c’est impossible !
-Au moment où j’allais me faire écraser, un cor a retenti, et le démon est allé dans la direction d’où venait le son, sans m’achever. C’est ce qui m’a sauvé la vie. Mais ce qui coûté celle de tous les autres…
-Voilà une affaire de la plus haute importance, nota le directeur. Je vais tout de suite faire parvenir un message au président de l’association de magie du Kansai.
-Ou… oui, lâcha Kyôji, qui avait soudain perdu de sa voix. Si l’Akuma no Kami était sous contrôle, c’est qu’il y avait quelqu’un qui en voulait à notre clan. Et nous n’avons toujours aucune nouvelle de ce démon. On ne sait pas quand sera la prochaine attaque.
-Un instant ! coupa Stena. J’ai encore des questions à propos de ce clan. Beaucoup de questions.
Kyôji reprit sa stature, racla sa gorge et lui fit un bref signe de la main.
-Je t’écoute.
-Quel est le nom de ce clan ?
-Le clan Shinmeï.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Jeu 7 Juil - 13:53

Chapitre LXXV
Le clan Shinmeï


-Le clan Shinmeï ? répéta Stena, étant sûre d’avoir entendu ce nom quelque part.
-Ho ho ho ! se mit à rire le directeur de cette façon si particulière. Vois-tu le vice-capitaine des Guardians, mademoiselle Sakurazaki Setsuna ?
Stena hocha la tête.
-Eh bien, elle est une pratiquante de l’art Shinmeï.
-L’une des meilleures, ajouta Kyôji avec conviction.

Stena baissa la tête avec un air songeur. Alors cette fille, Setsuna, était un membre de son clan ? Enfin, il fallait plutôt voir les choses dans l’autre sens, mais cela revenait au même. Mais la vice-capitaine des Guardians avait une puissance incroyable. Si elle avait suivi les cours du clan Shinmeï, alors la jeune Sivilis, qui avait l’occasion de suivre le même parcours, n’aurait laissé cette chance s’échapper pour rien au monde !

Elle était prête à partir. Mais il restait quelque chose qui la retenait ici. Ou plutôt quelqu’un : Anass Levander. Elle ne voulait pas quitter ce garçon. Pas maintenant, après seulement une semaine qu’ils s’étaient enfin vus pour la première fois !

Le choix était devant elle : ou bien elle choisissait de rejoindre le clan Shinmeï, seule, mais dans l’optique de devenir infiniment plus forte, ou bien elle restait ici, à Mahora, avec Anass, pour y vivre une vie heureuse et faire des entraînements amusants. Elle ne savait que faire, et Spirit vint frotter sa tête avec gentillesse.

Puis elle leva ses yeux d’argent vers le représentant du clan Shinmeï.
-Y a-t-il une possibilité pour ma maîtresse de suivre l’entraînement tout en ayant le loisir de revenir ici ?
Kyôji se gratta le menton.
-Eh bien… C’est, ma foi, une possibilité. Reste à savoir si Mr le directeur est d’accord avec cela.
-Expliquez d’abord ce que vous prévoyez pour cette jeune demoiselle, qui choisira ensuite, proposa le vieil homme.
-Très bien.

Il se retourna vers Stena et commença ses explications.
-Comme je l’ai dit plus tôt, le clan Shinmeï s’expertise dans l’éradication et le scellage des démons. Pour cela, nous nous entraînons au maniement du sabre. Notre entraînement est si dur qu’il nous permet de manier des armes longues avec facilité, comme le Nodachi que tu tiens. Au cours du cursus, nous apprenons également à manipuler le Ki, c'est-à-dire le surplus d’énergie vitale qui repose en chacun de nous. Certains en ont plus que d’autres, mais nous faisons en sorte, avec notre programme, d’optimiser au maximum la quantité de Ki et son utilisation. C’est un chemin long et difficile, et il faut de nombreuses années d’entraînement pour y parvenir.

De nombreuses années, hein ? C’était beaucoup trop. Mais si cela lui permettait de devenir plus forte…

-Nous savons déjà à quel point tu es forte, poursuivit Mr Chikanori. Nos rapports font mention d’une fille pouvant créer de la musique avec le vent et son arme, et lorsque tu étais jeune, nombreux sont les émissaires que nous avons envoyé et que tu as vaincu aisément. Stena Sivilis, connue également comme étant SSRhapsody, à la Symphonie de Lumière.
-Vous êtes bien renseigné.
-C'est mon travail au sein du clan, alors c'est tout à fait normal. Je ne voudrais pas que l'on gâche un tel talent, et c'est pour cela que je tiens absolument à ce que tu nous rejoigne. Je suis sûr et certain que tu apprendras beaucoup avec nous. Alors, monsieur le directeur ?
-Que décides-tu, jeune fille ? demanda ce dernier en ouvrant un œil.
-Combien de temps puis-je m’entraîner là-bas ?
-Six mois.
-Six mois !?! s’écria Kyôji. Mais enfin, c’est beaucoup trop c…
Le directeur avait levé sa main, imposant le silence.
-Au bout de ces six mois, tu auras le choix entre poursuivre ton entraînement ou revenir ici. Interrompre un programme en plein milieu n’est jamais bon, alors autant le faire alors que tu as encore le choix. Que décides-tu ?

Stena baissa la tête pour réfléchir. Six mois d’absence… Ce n’était pas négligeable. Six mois d’entraînement intensif. Mais six mois où elle serait seule. Et après, elle était libre de choisir le chemin qu’emprunterait sa vie. Mais il fallait peser le pour et le contre de ce voyage... Elle allait passer six mois loin de tout ce qui lui était devenu si familier : Anass, Riko, Saito, l'Arbre Monde... Et elle devait admettre que Kyôji avait raison : six mois, c'était bien court pour un entraînement d'un tel niveau, et ce, peu importe son talent. Mais d'un autre côté, ce serait six mois où elle progresserait plus que jamais, où elle en apprendrait bien plus qu'en restant ici...

Si elle partait pour suivre cet entraînement, il était possible qu'elle ne revienne jamais... Mais il s'agissait là de la chance d'une vie...
-J’irais, déclara-t-elle avec conviction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   

Revenir en haut Aller en bas
 
SSRhapsody : Histoire Partie I
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Histoire - Partie 3] l’Atrocité venue de l'Âme.
» RÉSUMÉ DE LA PARTIE 37 !
» Inscriptions partie 63 - Kaamelott
» Histoire d'Haiti et de sa Diaspora
» "Ce que l'homme retiendra de moi, si il retient quelque chose, ce ne sera qu'une infime partie de la vérité." ||DANSEUSE||

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Scarlet Dawn :: RP/RPG :: RP :: Histoire-
Sauter vers: