Un site pour tous les amateurs de manga, de jeux vidéos et de RP, sans exception. Venez jouer, vous amuser, et parler de tout ce qui vous plaît. Et surtout, venez expérimenter notre Infinity RP, Le Tournoi Dimensionnel
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 SSRhapsody : Histoire Partie I

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Ven 8 Juil - 0:41

Chapitre LXXVI
Un au revoir


Elle partirait. Dès demain. Au premier jour de la nouvelle année scolaire, elle partirait pour Kyôto et l’école Shinmeï. Elle partirait seule avec Kyôji. Mais elle devait encore faire ses adieux à ses proches. Des adieux, car elle ne saurait pas si elle revenait.

Les premiers sur sa liste étaient Riko et Saito. C’était ses deux équipiers, après tout. Le directeur avait prévenu qu’il se chargerait lui-même de prévenir le capitaine Tatsumiya de son départ.

Mais comment leur amener une telle révélation ? Elle partait pour six longs mois, au minimum. Leur annoncer cela de but en blanc risquait de leur causer un bien grand choc, et elle n'avait aucune envie de partir en les voyant tristes. Mais en même temps, était-il possible de ne pas être triste après un tel évènement ?

Avant qu'elle ne s'en rende compte, elle était déjà devant le chalet des Guardians. L'hésitation avait pris le dessus, et elle ne pouvait se décider à leur annoncer cela. Mais partir sans rien dire ne se faisait pas : que penserait-ils après ?

-Stena ? fit une voix dans son dos.
La jeune fille sursauta et se retourna pour voir Riko, un air inquiet sur son visage.
-Ça va ? demanda-t-elle.
Maintenant qu'elle était juste là, difficile de faire marche arrière...
-Je... enfin... J'ai eu des informations... sur mon passé...
-C'est vrai !?! s'exclama la petite brune. Et alors ?
-J'appartiens au clan Shinmeï...
-Le clan du vice-capitaine !?! Ouah ! Mais c'est génial ! Tu te rends compte du prestige que cela représente ? Alors pourquoi tu fais cette tête ?
-On m'a demandé de les rejoindre à Kyôto.

Le sourire de Riko s'effaça, remplacé par un air mêlé de joie pour Stena et de déception.
-Tu... tu vas partir, c'est cela ?
Stena hocha silencieusement la tête.
-Mais... tu vas revenir, hein ?
-Je ne sais pas... On m'a laissé six mois... Mais je ne sais pas si cela suffira... Et si je ne reviens pas dans six mois...
Elle déglutit péniblement.
-Je ne reviendrais sans doute jamais.

Le choc fut rude pour Riko, qui eut un rire nerveux.
-Allons, ne dis pas cela ! Je suis sûre et certaine que six mois seront largement suffisants, pour toi ! Tu seras de retour dans six mois, c'est certain !
Ce déni de la réalité toucha beaucoup Stena, mais elle-même doutait sérieusement de pouvoir revenir. Et si jamais elle ne revenait pas dans six mois, elle resterait au clan Shinmeï pendant de nombreuses années, pour ne revenir qu'à l'âge adulte. Peut-être.

-Tu es la plus forte d'entre nous, et tu progresses comme personne ! poursuivit Riko, à la limite de la panique. Bien sûr que tu vas revenir dans six mois ! C'est...
-Riko ! l'interrompit brutalement Stena.
-Oui ?
-Je... je te laisse annoncer la nouvelle à Saito...
-Compris, dit-elle après un court silence. Et à quand le départ ?
-Le six Avril.
-Demain, hein ?
La jeune fille hocha la tête.
-On sera là pour te souhaiter bonne chance.
-Merci...
Stena tourna les talons et s'éloigna, les larmes aux yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Ven 8 Juil - 0:44

Chapitre LXXVII
Moments de solitude


Ce départ la mettait dans tous ses états... Rien que d'annoncer la nouvelle à Riko avait failli briser la barrière sentimentale qu'elle avait forgé il y a peu. Et elle n'avait pas encore accompli le plus dur :

Annoncer la nouvelle à Anass.

Plus que son Magister, il était celui qu'elle aimait, et devoir lui annoncer une séparation de six mois au mieux ne ferait que le blesser. Pourquoi donc avait-elle accepté de partir si longtemps ? Et sans la garantie de revenir ? Mais le choix était fait, et il n'y avait plus moyen de changer d'avis.

Perdue dans ses pensées, elle ne vit qu'au tout dernier moment qu'elle était arrivée au dortoir des Caelestis. Le soleil se couchait déjà sur l'horizon. Elle n'allait pas passer par la porte d'entrée à cette heure-ci, tout de même... Alors elle grimpa à l'arbre à côté et observa par les fenêtres afin de trouver la chambre de son partenaire. Mais visiblement, le dortoir était désert.

Où avaient-ils bien pu passer ?

Mais cette question était actuellement le cadet de ses soucis. Bien au contraire, cela la soulageait : elle n'allait pas passer par ce moment désagréable. Elle allait juste écrire un petit mot qu'elle allait glisser sous la porte d'entrée, et puis voilà. Même si cela ne se faisait pas, elle n'avait d'autre option que celle-ci, puisqu'elle partirait aux premières heures le lendemain.

Alors elle pénétra dans une chambre où la fenêtre était restée ouverte et chercha un stylo et une feuille de papier. Lorsque qu'elle les trouva, elle commença à rédiger sa lettre.

"Cher Anass.

Cela peut paraître soudain, mais... J'ai appris aujourd'hui que mon clan existait toujours. Un émissaire est venu me chercher pour que je puisse suivre un entraînement. Et j'ai accepté. Je veux pouvoir devenir plus forte, et je veux également trouver des informations au sujet de mon passé. Je vais donc partir pour un moment.

Je ne sais pas encore combien de temps cela va me prendre, mais sache que je penserais toujours à toi, où que tu sois et quoique je fasse. J'espère que ce sera la même chose pour toi, partenaire.

Au revoir.

Stena."


Et voilà. Elle avait terminé sa lettre. Elle aurait voulu en mettre bien plus sur ce qu'elle ressentait, mais elle ne savait comment l'exprimer à travers des mots. Tant pis. Cela suffirait. Il n'y avait plus qu'à espérer qu'elle serait bel et bien de retour dans six mois.

Stena reposa la stylo et plia le morceau de papier, puis elle sortit de la chambre et redescendit par l'arbre. Elle glissa le message sous la porte d'entrée en espérant sincèrement qu'Anass serait le premier à le trouver...

Car elle ne le verrait peut-être plus jamais...

Le lendemain matin, Stena se leva tel un automate, sans émotion aucune. Avec tout ce qu'elle avait ressenti la veille, elle ne pouvait plus rien penser. Elle partirait d'ici moins d'une heure, et pourtant, elle n'était pas triste, alors qu'elle aurait dû l'être.

Elle partit dans la rue commerçante pour prendre son petit-déjeuner, marchant lentement, gravant chaque détail dans sa mémoire. Après tout, elle ne savait pas si c'était la dernière fois qu'elle mettait les pieds ici. En passant devant la boulangerie, Stena vit qu'une autre personne avait remplacé Akito à la distribution des croissants. Dommage. Elle aurait au moins voulu lui dire un mot avant de partir.

Quand elle y pensait, il y avait tant de monde à qui elle désirait dire au revoir. Tous ces gens qui l'avaient chaleureusement accueillie à Mahora, Tetsuji, Hideaki, Olivia... Mais ce n'était plus possible, à présent.
-Tu es prête ? fit une voix à côté d'elle.
-Oui, répondit la jeune fille en reconnaissant Spirit.
-Tu vas me manquer, ma fille.
-Toi aussi.
-Reviens vite parmi nous.
Stena hocha la tête sans savoir quoi répondre.

Très vite, l'heure du départ arriva. Une voiture noire attendait devant l'Arbre Monde, ainsi que Riko et Saito. Elle aurait espéré voir Anass, mais elle ne lui avait pas dit qu'elle partait maintenant. Et puis, elle n'aurait su que faire en sa présence.

Kyôji attendait à côté de la voiture, la portière ouverte, faisant signe à Stena de rentrer dedans. Riko la serra dans ses bras, et Saito lui tendit une main chaleureuse.
-A bientôt, lui dit-il.
-A bientôt.
Elle entra dans la voiture, sans un regard en arrière. Puis le moteur démarra, et ils s'éloignèrent. Elle ne ressentait rien. Pas de tristesse. Aucun sentiment.

Et pourtant des larmes coulaient le long de ses joues...


Dernière édition par SSRhapsody le Ven 7 Déc - 3:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Ven 8 Juil - 0:56

Chapitre LXXVIII
Un pas en avant


Ça y’est. Elle était partie. Partie pour six longs mois. Riko regarda la voiture s’éloigner jusqu’au dernier instant. Maintenant, ils n’étaient plus que deux dans leur équipe. Même si Stena était liée à eux, et qu’elle obtiendrait le même grade qu’eux à son retour, comment expliquer qu’ils n’avaient rien fait pour la seule et unique raison qu’elle n’était pas présente ?

Absurde.

Cependant, il fallait reconnaître que sans elle, leur potentiel baissait considérablement. Que ce soit elle ou Saito, aucun d’entre eux ne parvenait à peaufiner des stratégies comme elle. Et pour la jeune Mizukoe, hors de question de faire appel à ce Sugisaki Hideaki ! Même si elle devait reconnaître son intelligence.

Avec Saito, elle formait une excellente équipe. Leurs attaques en coopération avaient fait du dégât. Seulement, il était dur de les exécuter, et Stena leur permettait de gagner suffisamment de temps. Mais là, ils allaient devoir se débrouiller sans elle.

De retour au chalet des Guardians, Hideaki les accosta directement, une fois qu’ils eurent franchi le pallier du deuxième étage.
-Je viens d’apprendre pour Stena, dit-il avec une pointe de chagrin. Le capitaine m’a mis au courant.
-Ah… répondit simplement Riko.
-Mana m’a affecté moi, ainsi que Tetsuji Ken dans votre équipe.
Soudain plus attentive, la jeune fille répliqua de vive voix.
-Hors de question ! Nous sommes une équipe de trois, l’un d’entre nous est absent, mais nous n’allons pas remplacer Stena !
-Il se peut qu’elle ne revienne pas, tu sais ?
Riko se mordit la lèvre inférieure, une larme à l’œil, et Saito posa délicatement sa main sur son épaule dans un geste rassurant, avant de prendre la parole d’une voix calme.
-Nous n’avons pas l’intention de remplacer Stena. C’est une amie très chère, et la remplacer reviendrait à une trahison.
Hideaki soupira.
-Quelle trahison ? Un remplacement n’est en aucun cas une trahison ! Qu’il soit temporaire ou définitif !
Excédée, Riko attrapa le col du garçon à lunettes.
-Nous ne remplaceront pas Stena ! cracha-t-elle en insistant bien sur chaque syllabe.

Tetsuji arriva à cet instant et libéra Hideaki de l’emprise de la jeune Mizukoe, en lui faisant comprendre que cette violence ne la mènerait nulle part. Sugisaki releva ses lunettes et regarda Riko avec colère.
-Si vous faites des missions aussi difficiles seulement à deux, vous ne réussirez qu’à vous faire tuer, objecta-t-il. Sers-toi un peu de ta tête ! En quoi cela fera plaisir à Stena si vous vous faites tuer par pur égoïsme ?
-Alors nous n’aurons qu’à nous entraîner avant de partir en mission, déclara Saito avec calme.
Riko le regarda avec joie tandis que Hideaki restait dubitatif.
-Qu’est-ce qui te fait dire que cela suffi…

Il s’arrêta subitement de parler, ayant ressentit une pression dans l’air. Immédiatement, ses yeux circulèrent en tous sens avant de tomber sur la main de Saito, paume ouverte vers le haut, de l’électricité circulant entre ses doigts écartés.
-Je fais partie de la famille Ikazuchi, la maîtrise de la foudre est un devoir, lança ce dernier. Et je n’hésiterais pas à m’en servir au cours de mes missions.
-Je vois, sourit Sugisaki en relevant ses lunettes. En effet, avec Mizukoe, vous formez une équipe remarquable. La foudre et l’eau… Avec de l’entraînement, vous serez surpuissants… Très bien. Je ne remplacerait pas Stena.
-Merci, lâcha simplement Saito en refermant sa main.
-Laissez-moi juste vous poser une question : pourquoi avez-vous intégré Stena à votre équipe ? Ce n’est pas comme si quiconque en avait réellement besoin.
-Parce qu’elle est sympathique, intelligente et très douée, répondit Riko. Elle est forte.
Hideaki partit d’un fou rire.
-Elle l’est encore plus que vous ne le pensez ! Et si jamais elle revient, elle pourrait très bien faire ses missions en solitaire !
-Pourquoi cela ?
-Jusqu’à quel point pensez-vous qu’elle peut progresser en suivant le même entraînement que notre vice-capitaine ? lança-t-il avec un sourire mystérieux.
Voyant qu'il les avait laissé perplexes, Hideaki tourna les talons en riant.
-On y va, Tetsuji, ils n’ont pas besoin de nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Ven 8 Juil - 1:06

Chapitre LXXIX
Ikazuchi Saito


«Magie. Un monde totalement différent, rempli de mystères. Il s’agit également d’un domaine aux possibilités infinies, tout comme la science et la technologie. C’est une chose qui reste un mystère pour la grande majorité des personnes résidant sur Terre. Pourtant, elle fait partie intégrante de la vie de tous les jours. Invisible aux yeux des profanes, et pourtant d’une grande utilité. Chaque jour, des centaines de personnes sont sauvées ou voient leurs conditions de vie améliorées par des phénomènes classés "inexplicables". Mais qu’est-ce que la magie exactement ?

C’est la capacité de percevoir, ressentir, créer et contrôler les éléments nous entourant, grâce à une forte concentration, des incantations et un entraînement intense. Du point de vue d’un néophyte, l’entraînement à la magie est comparable à l’entraînement de la maîtrise du Ki, énergie vitale contenue dans le corps. Ceci est faux. Si le Ki se sert de la propre énergie vitale de l’utilisateur pour accentuer la puissance des coups ou améliorer sa défense, la magie vise plutôt à concentrer les énergies extérieures et à les rassembler sur un objet, comme une baguette, afin de s’en servir comme de puissantes attaques, généralement pour un usage à distance.

Mais la magie ne se limite pas à la puissance seule. Si le Ki est destiné uniquement à des fins offensives, par le développement physique à un niveau supérieur, la magie s’intéresse aussi aux développement de technologies uniques et aux soins d’un niveau totalement différent de ce que l’on peut connaître dans nos hôpitaux.

Mais le potentiel de la magie ne s’arrête pas là. Même des gens normaux peuvent participer aux causes des magiciens, en scellant un pacte leur permettant d’obtenir un artefact. Les artefacts ont des formes et des pouvoirs variant selon l’utilisateur, et…»


Saito referma le livre «La magie pour les nuls» avec un profond soupir. Même au cinquième sous-sol de l’île bibliothèque, les livres traitant de magie n’aidaient en rien à l’utilisation de ladite magie. Ils ne faisaient qu’expliquer son utilisation à travers les âges, son histoire, mais rien ne permettait de l’apprendre. Il avait pourtant espéré qu’en plus des cours de sa famille, il aurait pu encore accélérer son apprentissage dans les livres, mais rien.

Le lendemain du départ de Stena, il avait demandé à ce que ses cours de magie soient plus fréquents et plus longs. Il voulait protéger Riko, même en l’absence de leur coéquipière. Deux mois s’étaient écoulés, et malgré ses énormes progrès, Saito voulait aller plus vite encore. Ils étaient au mois de Juin. Bientôt les vacances d’été. À ce moment, il pourrait consacrer encore plus de temps à l’apprentissage de la magie.

Sa famille avait toujours été sévère avec la magie, et Saito avait enduré de bien dures heures de travail. Mais maintenant, ce n’était plus assez. Qui protègerait Riko si ce n’est lui ? La jeune fille s’était faite bien des ennemis, et même si elle savait très bien se battre, elle ne pouvait décemment pas affronter tous les dangers seule.

Les arts martiaux ne pouvaient plus longtemps être efficaces. Une épée, même électrifiée, ne pouvait dépasser certaines limites. Il ne restait plus que la voie de la magie pour progresser.

En sortant à l’arrière du bâtiment et en prenant bien garde à ce que personne ne l’observe, il leva sa main tendue sertie d’un anneau. Puis il commença à réciter une incantation.

«Ongaku Ten no Ikari Kara
Ότι η οργή του Δία εκφράζεται
από την οργή μου και την επιθυμία μου να κατακτήσει τον όλεθρο που το φως ανάψει από την καταστροφή
και καταστρέφοντας τον εχθρό μου
Θεία Απόφαση!»


Alors, à cet instant, un gigantesque éclair frappa le sol dans un boucan infernal, projetant des débris sur tous les côtés par la force du souffle de l’explosion. Une fois que la poussière fut retombée, on put apercevoir un grand cratère à l’endroit où la foudre était tombée.

C’était son incantation la plus puissante, récitée en grec. Normalement, le garçon utilisait le latin, mais réciter une incantation en grec, même si la prononciation est plus difficile, permettait de déployer une plus grande puissance. Cela dit, l’incantation était trop longue, et le jeune homme ne savait pas encore exécuter d’incantations silencieuses ou à retardement.

Autant dire qu’il aurait besoin de temps en plein combat pour pouvoir exécuter cela. Et ce n’était pas forcément le plus pratique de réciter une incantation en plein mouvement. Mais il faudrait faire avec.

Il regarda sa montre. C’était l’heure. L’heure d’aller au chalet. Tous les après-midi, Riko et lui s’entraînaient ensemble pour améliorer leur travail d’équipe et voir leurs progrès de la journée. Mais cet après-midi était un peu plus particulier : c’était le jour où le capitaine vérifiait les missions accomplies et attribuait les grades. Et aujourd’hui, ils passaient grade V. Ils montaient au troisième étage.

Sur le chemin, Saito se rappela de ses cours du matin.

«Les plus grands Magister savent user des incantations silencieuses et à retardement. C’est sûrement encore un peu tôt pour toi, mais tu y parviendras un jour.

Les incantations sont en fait une sorte d’aide à la concentration. En disant une incantation, on a une idée précise du type de sort que l’on veut invoquer. Et la nature environnante y répond. Les incantations silencieuses nécessitent une concentration infiniment plus grande, car il faut pouvoir garder à l’esprit ce que l’on veut faire tout en prenant bien garde à communiquer avec la nature. Cet inconvénient est compensé par le fait qu’étant silencieuses, l’ennemi ne saura à quoi s’attendre qu’au tout dernier instant.

Pour les incantations à retardement, il s’agit d’une chose plus simple à exécuter, mais beaucoup, beaucoup plus difficile à utiliser pendant un combat. Pour retarder un sort, il suffit de lui adjoindre un autre sort qui aura pour effet de retarder son utilisation. Ceci dit, cela demande un certain temps de préparation, et il est donc primordial d’user de ces incantations avant un combat, plutôt que pendant.

Ces deux choses demandent une grande intelligence, car elles reposent surtout sur une prévoyance des actions de l’ennemi et une stratégie bien définie, en plus de la concentration nécessaire.»


Intelligence. Prévoyance. Stratégie.

Saito n’était pas un imbécile, mais il était loin de posséder un tel talent que de prévoir les coups de l’ennemi. C’est dans des moments comme ça qu’il aurait besoin de Stena. Elle, elle pourrait exploiter à fond tout le potentiel de ses alliés.

Il arrêta de penser à cela lorsqu’il vit Riko en train de l’attendre devant le chalet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Ven 8 Juil - 1:23

Chapitre LXXX
Mizukoe Riko


Cet après-midi, ils avaient atteint le grade VI. C’était début Août. Quatre mois s’étaient écoulés depuis le départ de Stena, et Riko commençait à peine à se faire à son absence. Même si elle et Saito avaient fait des progrès considérables, les stratégies de la jeune Sivilis leur facilitaient considérablement le travail. Mais à présent, ils devaient se débrouiller.

Et ils y arrivaient très bien. Saito avait progressé avec la magie à un niveau qu’elle n’aurait pas espéré. Cependant, en ce qui la concernait, malgré le fait qu’elle fasse partie de la famille Mizukoe, sa maîtrise de l’eau était très superficielle. Trop, même. Elle ne parvenait qu’à guérir de petites blessures et à faire jaillir un jet d’eau de la puissance d’un tuyau d’arrosage. Autant dire, rien de bien utile.

Sauf quand Saito la soutenait avec la foudre. Son eau devenait alors redoutable. À eux deux, ils parvenaient aux mêmes résultats que les équipes de cinq membres ou plus, ce qui expliquait leur montée en grade aussi fulgurante.

Riko avait laissé tomber la magie. Ce n’était pas pour elle. La jeune fille faisait bien plus de dégâts avec ses fils d’acier plutôt qu’avec ses jets d’eau. Aussi avait-elle amélioré ses compétences avec cette arme si particulière. Cette arme unique qu'elle avait imaginé et fabriqué elle-même en voyant son talent au maniement du fouet. Après tout, plus il y en avait, mieux c'était, non ? Et elle s'était trouvée une véritable arme, bien plus dangereuse qu'une arme à feu.

La magie de l’eau n’était véritablement utile que pour les sorts de guérison, et il était impossible de soigner une blessure en plein milieu d’un combat. Compte tenu du fait que les Guardians possédaient leurs propres soigneurs à partir du troisième étage, il devenait inutile d’apprendre cette magie.

Ceci dit, c’était un handicap, pour elle. Saito la surpassait, à présent, et d’assez loin. Bien que cela la rende heureuse, elle se sentait également frustrée. Elle était classée dans la catégorie des jeunes génies, et elle se faisait vaincre par un individu classé comme normal. Une chance qu’ils soient dans la même équipe.

Sa mère la traitait de bonne à rien. Son père, beaucoup plus compréhensif, essayait tout de même de la faire progresser. Mais rien n’y faisait. Sa maîtrise de la magie était trop faible pour pouvoir espérer reprendre le flambeau de la famille Mizukoe. Pourtant, ce n’était pas la théorie qui lui faisait défaut. Elle avait beau ne pas être très intelligente, elle désirait apprendre la magie, et elle y mettait une ardeur inouïe. Mais cela ne suffisait pas. Apparemment, son potentiel magique était trop faible.

De ce fait, sa mère ne voulait plus lui adresser la parole. Elle était trop exigeante. Que pouvait-elle faire si son potentiel la retenait ? Si son père avait compris, ce n’était pas le cas de sa mère.

Et cela faisait plus de cinq ans que cela durait. Cinq ans passés sans l’amour de sa mère. Alors Riko avait décidé de replacer toute son ardeur dans sa maîtrise de son arme unique. Cela fonctionnait bien, mais il manquait toujours cette pointe de magie pour finaliser le tout.

Heureusement que Saito était là pour la soutenir.

Elle n’avait pas pu parler de ses problèmes à Stena, pour la simple raison qu’elle ne devait pas être au courant du monde dans lequel elle se trouvait. Mais maintenant qu’elle suivait l’entraînement de la même école que le vice-capitaine, cela changerait tout. Quand elle rentrerait, elle pourrait tout lui dire.

Si jamais elle rentrait.

Voilà une question qu’elle ressassait dans son esprit sans cesse. Riko connaissait l’amour de Stena pour son entraînement, et elle savait à quel point elle voulait devenir forte. Sachant cela, avait-elle une quelconque raison de revenir ? Ses amis serait-ils une raison suffisante pour son retour ?

Peut-être pas. Après tout, elle s’était sûrement faite de nouveaux amis là-bas, à Kyoto. Mais en ce qui concernait le jeune homme dont elle était amoureuse ? Anass, d’après ses souvenirs. Pourrait-elle le laisser tomber ?

Elle n’en savait rien, et c’est la raison pour laquelle cette question trottait dans sa tête depuis quatre mois.

Mais il ne fallait pas y penser. Il fallait plutôt se concentrer sur son entraînement, et le moyen de devenir plus forte. Elle avait bien une solution radicale, trouvée dans un livre, cependant…

«Les Magister sont souvent épaulés par des partenaires. Ces partenaires peuvent être de n’importe quelle origine. La maîtrise de la magie n’est pas obligatoire pour ces personnes. En concluant un pacte avec le Magister, le partenaire, appelé Minister, reçoit un artefact doté de pouvoirs. Cet artefact à une forme et un pouvoir variant selon les individus, mais ils possèdent toujours un rapport avec le nouveau Minister. Pour conclure un pacte provisoire, il suffit d’embrasser le magicien dans un cercle magique créé par un témoin.»

Embrasser… Facile à dire. Facile à faire. Mais difficile de se mettre en condition pour. Un baiser, c’est important, surtout pour une fille, et surtout si c’est le premier, qu’il soit usé à des fins amoureuses ou non.

Certes, elle avait bien quelqu’un en vue. Seulement, de là à l’embrasser… Riko avait beau être audacieuse à l’égard des autres, dès que cela touchait à ses propres sentiments, elle devenait timide, voire réservée. Alors là, quand il s’agissait d’embrasser un garçon comme Saito…

En pensant à ce nom dans ce contexte si particulier, Riko rougit jusqu’à la racine en se tenant ses joues maintenant écarlates. Fermant les yeux, elle ne vit pas arriver l’attaque de son partenaire d’entraînement et fut projetée en arrière par un éclair. Engourdie, la jeune fille mit un moment à se relever.

-Qu’est-ce que tu fais ? demanda Saito. On est en plein entraînement et tu fermes les yeux ?
Il se pencha pour vérifier son état de santé, et Riko se mit à rougir encore plus furieusement. Son visage était si proche !
-Tu as de la fièvre ?
-Non, c’est bon, on continue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Ven 8 Juil - 1:44

Chapitre LXXXI
Démons et fin de tout


Les Guardians. Un groupe fondé il y a des décennies de cela par le directeur de l’école Mahora et un esprit dans le seul et unique but de défendre l’académie contre les personnes aux mauvaises intentions. Mais pas seulement les personnes. D’après des critères de sélection stricts, l’administration accueille au sein de cet organisme des combattants puissants. Ces combattants ainsi enrôlés se mettent à défendre les valeurs de l’école.

Mais lors de la fondation de cet organisme, l’académie Mahora était encore jeune. À ce moment, les personnes présentes étaient pleinement conscientes de la magie qui régnait en cet endroit. Aussi, les Guardians furent formés avant tout pour empêcher les démons d’accéder au pouvoir de l’Arbre Monde.

Depuis, les choses ont évolué. Les démons sont moins fréquents, l’académie Mahora plus fournie en magiciens et en combattants de valeur. Un système de grades et d’étages à été mis en place pour définir la difficulté des missions allouées. À partir d’un certain étage, tous les Guardians sont au courant de l’existence de la magie, et de vraies missions face à de vrais démons sont proposées. Ces missions sont rares, la plupart des professeurs réglant le problème d’eux-mêmes. Cependant, il arrive que des démons passent à travers les mailles du filet, voire pire : ils laissent les magiciens morts derrière eux. C’est à ce moment que les Guardians interviennent.

Il ne faut pas se méprendre : les hautes strates des Guardians sont plus puissantes que le corps professoral.

De nos jours, les Guardians sont dirigés par Tatsumiya Mana, une chasseuse de primes de renom, et Sakurazaki Setsuna, un membre expérimenté du clan Shinmeï. Ces deux combattantes hors-pairs sont très jeunes et montrent l'exemple à suivre pour de nombreuses personnes. Mais les combattants d’expérience se font rares, et la puissance de l’organisme s’en fait ressentir. Les démons ont su remarquer ce problème, et leurs offensives se font plus fréquentes. Tous les Guardians de rang supérieur ou égal à VII sont sur le qui-vive. Parmi ces Guardians, Riko et Saito, ainsi que Hideaki, qui lui aussi a fait des progrès remarquables depuis quelques mois.

Nous revenons donc à notre histoire, en cette fin de matinée du samedi 6 octobre 2001. Nous sommes au quatrième étage du chalet accueillant les Guardians.



-Eh bah ! s’exclama Riko. T’as vu la récompense, Saito ? Trois millions de yens ! Tu m’étonnes que les gens vivent aisément, à partir d’ici !
-Vivre est un bien grand mot, releva le garçon. Plus la récompense est haute, plus les missions sont dangereuses, donc plus on a de chances d’y rester.
-Joue pas au rabat-joie, comme ça.
-Je suis réaliste. À défaut d’être un génie, je me contente de ce que j’ai.
-Tu as beaucoup changé, ces six derniers mois…
-Si tu le dis… Alors, cette mission ?
-«Urgent : Aller à la rencontre d’une horde de démons, au nord-ouest. Éliminer tous les démons. Ne laisser aucun survivant. Environ trente cibles.»
-Si c’est urgent, autant y aller maintenant, nota Saito.
-Ces nouvelles missions ont du bon, au moins.
-En quoi ?
-Je n’ai plus aucune raison de me retenir puisqu’il s’agit d’une élimination, sourit Riko.
-Ce n’est pas faux.
Saito ajusta son arme dans son dos avant de descendre les escaliers, Riko sur ses talons.

Ils arrivèrent une heure plus tard au lieu où ils étaient sensés se trouver. Les rapports des professeurs disant que les démons allaient passer par là étaient fiables. Contre toute attente, il y avait toujours quelqu’un pour surveiller l’enceinte de l’académie, et le directeur savait immédiatement lorsqu’un intrus franchissait le large bouclier entourant le campus. Aussi les deux membres de cette petite équipe attendirent patiemment que leurs cibles se montrent. Ils ne se cachèrent pas, ne montèrent aucune stratégie : leurs entraînement les avaient habitués aux mouvements qu’ils devaient exécuter. Ils savaient quoi faire.

Du haut de la colline où ils se trouvaient, ils purent apercevoir de loin les démons. C’était des créatures à la peau brune, presque rouge, aux visages animaliers, et aux carrures disparates. Mais tous possédaient une lame, variant de longueur selon la taille du démon qui la portait. Il y en avait en effet environ une trentaine. Pas de quoi s’inquiéter.

Autant commencer les formalités dès maintenant.

Saito leva sa main tendue vers les démons et commença à réciter son incantation.
«Ongaku Ten no Ikari Kara
Ότι η οργή του Δία εκφράζεται
από την οργή μου και την επιθυμία μου να κατακτήσει τον όλεθρο που το φως ανάψει από την καταστροφή
και καταστρέφοντας τον εχθρό μου
Θεία Απόφαση!»


La foudre s’abattit sur les démons dans un grand vacarme, couvrant les cris des créatures carbonisées.
-T’as dû en avoir une quinzaine, là, estima Riko.
-J’ai dû en toucher une quinzaine, en effet, mais même si ils sont de niveau inférieur, cela reste des démons. Il va en falloir plus pour s’en débarrasser, je pense.
Ses paroles furent confirmées quand ils virent que seuls deux démons restèrent inertes au sol.
-Alors autant y aller à fond dès le début, hein ?

La jeune fille mit ses gants et les secoua pour libérer les fils. Dans de splendides mouvements, elle fit de ses dix longs fils un immense filet d’acier, qu’elle leva en l’air en attendant les démons qui étaient maintenant proches.

-Rope Style : Steel Web !

Le filet emprisonna une vingtaine de démons. Immédiatement, Saito gratta son épée-guitare, faisant circuler l’électricité dans son arme, puis il frappa les fils avec. Le courant électrocuta les démons emprisonnés. Ces derniers engourdis, le garçon les acheva en plantant son épée dans leurs crânes sans le moindre état d’âme.

Les huit autres arrivant à toute vitesse, lames levées, Riko enroula ses fils autour de leurs coups et les plaqua au sol. Saito leva à nouveau sa main.

«Ongaku Ten no Ikari Kara
Undecim Spiritus Fulgurientes, Coeuntes
Sagitta Magica ! Series Fulguralis !»


Les onze flèches les percutèrent de plein fouet, les faisant tomber au sol. Mais bien loin d’être hors d’état de nuire, l’un d'eux, au visage de rapace, poussa un cri strident. Quelques secondes plus tard, des démons apparurent de tous les côtés. Et ils étaient bien plus d’une centaine !

-On nous avait pas prévenu de ça ! s’écria Riko.
-Une invocation ! Personne ne pouvait le savoir à l’avance, déclara Saito en jurant. Mais qui les a invoqués ?
-On va éviter de se poser la question, ils arrivent !

La jeune fille fit tournoyer ses fils autour d’elle à grande vitesse, et Saito la rejoint au centre de la sphère ainsi formée.

-Rope Style : Shield of Steel !

Utilisant sa magie, Saito électrifia les fils afin d’empêcher toute approche. Cependant, l’un des démons se sacrifia en se jetant en plein dans la sphère, arrêtant la technique de Riko. L’une des créatures donna un immense coup de poing à Saito, ce qui le fit voler à une dizaine de mètres. Dans un élan de rage, la jeune fille ôta la tête des épaules du fautif et s’attaqua aux démons l’entourant.

Un peu plus loin, Saito tentait de retrouver son souffle. Mais un ennemi était déjà sur lui, l’épée levée et un sourire hideux se dessinant sur ses lèvres. Le garçon, effrayé, ne put bouger. Et la jeune fille observa la scène de loin avec effroi.

Pourquoi Stena n’était-elle pas là ? C’était pourtant aujourd’hui qu’elle devait revenir !

Alors le démon abattit sa lame sur le garçon sans défense.
-SAITO ! hurla Riko dans un souffle désespéré.

Mais avant que le démon n’ait eu le temps de terminer son geste, un katana était venu se loger dans son front. En retombant, le possesseur de cette arme releva ses lunettes sur son nez.

Sugisaki Hideaki.

-On est venu vous filer un coup de main ! lança-t-il à voix haute en se débarrassant d’un autre démon.
Pour une fois, Riko était heureuse de sa présence, et reconnaissant envers le garçon à lunettes.
-Continuez le combat ! ajouta Tetsuji, derrière la jeune fille. Hanako ! Tu prends ceux à gauche !
-Compris ! acquiesça la fille aux cheveux roses.
-Qu’est-ce que vous faites ici ? interrogea Saito en se relevant.
-Dis tout de suite que t’es pas content de nous voir ! sourit Hideaki en esquivant un coup d’épée et en tranchant celui qui l’avait porté.
-Bien au contraire, je suis content de vous voir, mais pourquoi ?
-Le capitaine a été tenue au courant qu’un puissant mage venait. Comme elle ne connaissait pas ses intentions, elle a préféré envoyer des renforts, et elle a bien fait !
-Mais même à nous cinq, on ne pourra pas finir tout ça ! objecta Riko.
-Je le sais bien ! Le vice-capitaine a engagé la poursuite avec l’invocateur. Dès qu’elle aura fini, elle viendra nous aider. Mais il se peut que d’autres démons arrivent encore, et l’invocateur est plus doué qu’il ne semble. Cela risque de prendre du temps. Il va falloir tenir jusqu’à l’arrivée d’autres renforts !
-Compris !

À eux cinq, ils combattirent tant bien que mal l’invasion de démons. Ils étaient submergés. Tetsuji et Hanako faisaient un remarquable travail d’équipe en se collant dos à dos et en mouvant leur arme si rapidement qu’elle devenait difficile à discerner dans le flot de sang démoniaque. Il en était de même pour Riko et Saito, qui continuaient à appliquer ce que leur avait appris leur entraînement. Quant à Hideaki, il parvenait à contenir les démons de son côté à lui tout seul, avec une vitesse encore plus remarquable que Ken.

Mais malgré ce formidable travail d’équipe, ils ne pouvaient faire face à plus d’une centaine de démons. Bientôt, ils se retrouvèrent tous collés les uns contre les autres, tentant vainement de repousser les créatures.
-On va pas y arriver ! cracha Saito.
-Il faut tenir, répéta Hideaki. Peu importe comment, il faut tenir !
-Mais on est tous couverts de blessures ! nota Riko. Et on fatigue !
-On doit tenir ! Jusqu’au retour du vice-capitaine !

C’est alors qu’un démon beaucoup plus grand que les autres et à la musculature impressionnante s’approcha, tenant une gigantesque épée rouillée, mais qui n’en devait pas moins être tranchante. Lorsque que Tetsuji tenta de le frapper d’estoc, la pointe de la lame fut déviée par la peau épaisse du monstre, qui eut un sourire découvrant ses dents jaunâtres. Il leva haut son épée, prêt à balayer d’un revers tout le groupe qui ne pouvait rien faire.

Mais alors qu’il avait le bras tendu en l’air, un long katana sans garde à la poignée de bois se planta dans le haut de son crâne pour s’enfoncer verticalement dans son corps, faisant des ravages à l’intérieur. Ouvrant la bouche sans comprendre ce qui lui arrivait, le démon cracha du sang avant que ses yeux ne deviennent d’un blanc crémeux. Quand la lame fut retirée, le monstre s’écroula en avant, obligeant les cinq compagnons à s’écarter tandis que les autres démons restaient figés. Les cinq compagnons regardèrent leur sauveur avec une appréhension mêlée d'admiration.

C'était une jeune fille, de taille moyenne, aux longs cheveux noirs cascadant jusqu'au niveau de ses genoux. Elle était entièrement vêtue de blanc, et elle enleva le sang de son arme d'un vif mouvement.

Lorsqu'elle se retourna vers eux, Riko eut les larmes aux yeux.
-Stena ! laissa-t-elle s'échapper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Ven 8 Juil - 2:05

Chapitre LXXXII
Retour en force


-Pile au bon moment, salua Hideaki.
La nouvelle venue leva une simple main pour les saluer, puis elle leva son regard vers les autres démons qui reculèrent d'instinct. Son regard était calme, mais il y avait dedans une telle lueur que personne n'aurait eu envie de se retrouver face à elle, en ce moment.

-Maintenant que Stena est là, on va pouvoir les vaincre ! s'écria Saito.
-Non, lâcha Sugisaki en rangeant son katana. On regarde à quel point elle nous surpasse, à présent.

Stena eut un sourire en coin. Oui, avec ce qu'elle avait appris au clan Shinmeï, des alliés qui ne savaient pas à quoi s'en tenir ne seraient qu'un fardeau inutile. Hideaki, qui semblait bien connaître le vice-capitaine, savait qu'ils ne devaient pas la gêner.

Les démons s'étant enfin rassemblés, ils chargèrent d'un même mouvement la jeune fille. Mais celle-ci disparut subitement pour réapparaître juste devant eux.
-Tenryû : Zanganken !
Les trois démons les plus proches furent tranchés au niveau du torse comme s'il s'agissait de beurre. Et la jeune Sivilis ne faisait que commencer.

Pendant qu'elle agissait, les cinq autres la regardaient, sans dire un mot, jusqu'à ce que Tetsuji prenne la parole :
-Elle utilise le Shukuchi, hein ? remarqua-t-il.
-Ouais, acquiesça Hideaki.
-Le Shukuchi ? releva Riko.
-Un déplacement extrêmement rapide, où l'utilisateur concentre son Ki sur ses jambes, expliqua-t-il en relevant ses lunettes.
-Stena maîtrise le Ki ? s'étonna Saito.
-Eh ! Elle revient de l'école Shinmeï ! La même école que le vice-capitaine ! Vous ne pensiez tout de même pas qu'elle serait exactement comme avant !
-Pas faux, concéda le garçon.

Pendant ce temps, Stena décimait les rangs ennemis comme d'autant de fétus de paille. Malgré le rythme endiablé de ce combat, la jeune fille ne semblait même pas essoufflée. Elle était seule contre plus d'une centaine de démons, et elle se battait d'égal à égal avec eux. Non. Même plus que cela : elle avait l'avantage.

Sautant en l'air, Stena leva haut Kami no Uta. Prévoyant le coup, quatre démons levèrent leur épée pour parer. Toujours en l'air, la jeune fille concentra son Ki sur son arme.
-Tenryû : Zantetsusen !
Quand elle abattit son arme, les épées protégeant les monstres se fendirent sans mal, comme s'il s'agissait de carton, et les démons furent tranchés dans le même mouvement.

Passant directement au suivant, Stena sortit l'une des dagues de sa ceinture et la planta au niveau de la carotide de la pauvre créature. Cette dernière poussa un cri rauque qui finit dans un gargouillement et un flot de sang. Ayant anticipé le mouvement d'un autre démon, la jeune fille se baissa.

-Tenryû : Tsukagashira !

Le coup de pommeau déstabilisa la créature qui finit tranchée dans l'instant qui suivit, de l'épaule au nombril. Voyant que la horde lançait une offensive en masse, Stena recula d'un pas et plaça son katana face à son visage.

-Tenryû : Hyakû Ken no Shirudo !

Cette protection de haut niveau repoussa toutes les attaques. Loin d'en avoir fini, la jeune fille relâcha sa position et s'immobilisa un court instant. Peu à peu, sa lame s'électrifia, puis elle attaqua.

-Tenryû : Raimeiken !

La dizaine de démons se trouvant face à elle se retrouva carbonisée, laissant à la combattante le loisir de les achever.

-Eh ! Elle utilise la même technique que moi ! nota Saito. Pourtant, son arme ne possède aucun mécanisme ! Elle maîtrise aussi la magie ?
-Je ne pense pas, non, objecta Hideaki. Elle doit utiliser son Ki pour rassembler l'électricité statique sur la pointe de sa lame. Sur bien des points, une bonne utilisation du Ki peut remplacer avantageusement la magie.
-Impressionnant, souffla Tetsuji sous le regard empli de jalousie d'Hanako.

Reculant d'une dizaine de mètres, Stena passa Kami no Uta dans sa main gauche, puis elle leva son autre main, les doigts dans le prolongement de son avant-bras.
-Tenryû : Zankûsen !
En bougeant sa main extrêmement vite et en usant du Ki, Stena transforma l'air qu'elle déplaçait en de fines lames de vent. Cela maintint les ennemis à distance le temps qu'elle récupère le fourreau placé dans son dos et rengaine sa lame.

-Mais qu'est-ce qu'elle fabrique ? s'étonna Riko. Il reste des démons !
Hideaki la retint par l'épaule avant qu'elle n'ait eu le temps de partir l'aider.
-Tais-toi, et observe.

Stena se plaça légèrement de profil, côté droit vers l'avant. Elle positionna son arme derrière elle, la main gauche au sommet du fourreau et les doigts de la main droite légèrement posés sur la poignée. Son pied gauche était légèrement en retrait et celui de droite était perpendiculaire à l'axe de on regard.

-Cette pose, ce n'est quand même pas ce que je pense que c'est ? fit Tetsuji avec les yeux grands ouverts.
Lorsque les démons eurent parcouru une partie de la distance qui les séparait de la combattante, cette dernière empoigna avec force son arme.

-Tenryû : Iaiken !

Le coup partit en un éclair, totalement invisible à l'œil nu. Les monstres ne comprirent ce qu'il venait de se passer qu'au moment où la partie supérieure de leur corps se détacha du reste dans une gerbe de sang noir. Il était trop tard pour eux.

Continuant sur sa lancée, la jeune fille courut vers le reste des démons.
-Comment a-t-elle pu faire de tels progrès en l'espace de six mois ? demanda Ken, toujours la bouche grande ouverte.
-Tu l'as entraînée pendant plus d'un mois et tu t'en étonnes toujours ? sourit Hideaki en relevant ses lunettes. C'est Stena, bon sang !
-Il y a pourtant une limite aux progrès que quelqu'un peut faire, souligna Hanako.
-Si c'est le cas, elle ne l'a pas encore atteinte.
De son côté, Riko observait son amie avec une admiration sans bornes et une lueur déterminée dans son regard.
-Stena... Je te surpasserai !
Cette déclaration arracha un sourire à Saito, qui se promit d'en faire de même.

A ce moment, le téléphone d'Hideaki sonna.

Du côté de Stena, il ne restait plus beaucoup de démons. Elle esquiva sans peine un coup d'épée, bondit puis coinça la tête du démon fautif entre ses jambes.
-Tenryû : Sakura Sanka !
Prenant une sublime impulsion, elle décrivit avec le démon trois rotations complètes à une vitesse impressionnante, le tout sans toucher le sol. Et juste avant l'impact avec ce dernier, la jeune Sivilis libéra son emprise, évitant ainsi le choc qui broya le crâne de la créature.

Sentant une présence hostile dans son dos, Stena concentra son Ki, avant de le relâcher d'un coup.
-Tenryû : Tamashii no Yoroi !
L'énergie relâchée forma une fine couche protectrice qui dévia l'épée qui visait son dos jusqu'alors vulnérable, et la jeune fille en profita pour tuer le démon.

Il en restait une dizaine : les plus forts, sans doute, au vu de leur regard serein malgré le massacre de leurs semblables. Puisant dans ses ressources de Ki, Stena pivota très légèrement.
-Tenryû : Hyakuretsu Ohka-Zan !
Des pétales de cerisier apparurent de toutes parts, formant un tourbillon rose avec pour centre la jeune fille. Ces pétales de Ki, devenues tranchantes comme des lames de rasoir, eurent tôt fait d'éliminer les monstres restant.

Et voilà. L'art du clan Shinmeï s'expertisait dans la lutte contre les démons. Même avec leur nombre, ils n'avaient aucune chance. Ils étaient de niveau inférieur, après tout.

Contrairement aux acclamations qu'elle s'attendait à recevoir, elle perçut dans son dos la voix d'Hideaki, plutôt paniquée.
-Comment ?
Se retournant pour voir quelle était la raison de cette exclamation, elle vit que le jeune homme à lunettes était en train de communiquer via son téléphone portable. Quand Stena fut à côté, il raccrocha, l'air franchement inquiet.
-Alors ? demanda Riko, impatiente.
-Mauvaises nouvelles, annonça Sugisaki.
-On s'en serait doutés, lança Saito. Mais quelles mauvaises nouvelles ?
-Une horde de démons encore plus grande s'approche de notre position.
-Hein !?! s'écria Hanako. Mais on a déjà eu du mal avec ceux-là !
-Pas de panique : Stena est avec nous.
-Pour placer une telle confiance en elle, tu ne serais pas un peu amoureux ? titilla Riko.
-Si, totalement, lâcha-t-il comme si c'était la chose la plus naturelle au monde.
Cette franchise stupéfia Riko et fit légèrement rougir Stena.
-Désolée de vous interrompre, coupa Hanako, mais même Stena ne pourra pas vaincre tous ces démons.
-Et pourquoi pas ? répliqua Saito.
-Regardez, murmura Tetsuji comme s'il avait soudainement peur de se faire remarquer, en pointant du doigt vers la plus proche colline, et aussi la plus haute.

Sur cette grande colline apparut un démon. Puis deux. Puis quatre. Les créatures affluaient sans discontinuer jusqu'à atteindre un nombre impressionnant. Sans doute plus de deux cents.
-On est foutus, soupira Hanako.
-Non, pas encore, répliqua Hideaki.
-Tu ne refuseras pas un coup de main, cette fois, Stena, dit Tetsuji en dégainant son katana.
-On est une équipe, après tout, renchérit Riko.
Stena secoua la tête.
-Pourquoi ? demanda Saito.
-Vous vous êtes déjà bien battus et vous êtes essoufflés, argua-t-elle, s'adressant à eux pour la première fois depuis six mois. Blessés, même, ajouta-t-elle en désignant la plaie légère, mais sanglante de Tetsuji au niveau de son flanc droit. Je ne veux pas risquer de perdre l'un d'entre vous.
-Cela vaut aussi pour toi, fit remarquer Hideaki en relevant ses lunettes.
-Je suis apte à me défendre.
-Mais pas apte à éliminer tout ça, dit-il en montrant les démons qui se rapprochaient dangereusement de leur position.
Stena eut alors un sourire bien mystérieux, qui eut pour effet de faire se hausser des sourcils interrogateurs.

La jeune fille ôta ses gants blancs, révélant ses cicatrices en forme de spirale. Personne ne fut surpris de les voir : tout le monde devait être au courant.

Elle lança son fourreau et ses gants à Riko et Hideaki.
-Gardez-moi cela, dit-elle simplement.

Elle allait l'utiliser. Enfin. Après tout cet entraînement au clan Shinmeï, après tout ce temps écoulé, elle allait enfin user du lien qu'elle avait créé. Ce lien qu'elle chérissait tant. Cet chose qui la lierait à jamais à l'homme qu'elle aimait. Elle allait enfin se montrer sérieuse.

Stena lança très haut Kami no Uta, puis elle plongea sa main gauche dans la poche droite de son gilet située au niveau de sa poitrine. Elle en ressortit une carte, imprimée avec une image d'elle brandissant un katana, et ces mots : Sivilis Stena Gladiaria Ventus.

La carte fixée contre la paume de sa main, elle prononça ce simple mot :

-ADEAT !


Dernière édition par SSRhapsody le Ven 3 Aoû - 1:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Ven 22 Juil - 23:46

Chapitre LXXXIII
Tentaï Tsurugi


De la carte jaillit un manche de bois, possédant une perle grise en son centre. Stena empoigna le manche et commença à tirer, découvrant peu à peu une lame mince, brillante et décrivant une très légère courbe. C'était un katana, en tout point semblable à Kami no Uta, hormis cette perle.

Quand la pointe de la lame apparut, la carte s'évapora. La perle se mit à briller intensément, et la cicatrice de la main droite de la jeune fille également, le tout dans une lumière argentée, mystérieuse.

Stena se mit alors à décrire des moulinets avec sa nouvelle lame, et à chacun de ses mouvements, le vent se levait. L'air s'enroulait autour de sa lame et le vent soufflait tout autour de la jeune fille. Une tempête naissait, avec pour origine cette enfant et son arme.

Alors Stena prit position : placée de profil, le côté gauche vers l'avant, ses jambes écartées, prêtes à donner l'impulsion nécessaire pour bondir, ses pieds placés de profil également, son katana dans la main droite et tenu parallèlement au sol, l'index et le majeur de sa main gauche posés sur la longue lame.

-Artefact : Tentaï Tsurugi.

Elle rattrapa Kami no Uta avant qu'il ne touche le sol et décrivit des moulinets avec ses deux lames dans une grande bourrasque afin d'intimider les démons qui approchaient. Et cela semblait réussi : ceux positionnés à l'avant de la horde ralentirent la cadence et hésitèrent à s'avancer plus.

-Qu'est-ce que c'est que cela ? s'étonna Riko.
-Un artefact ! s'écria Saito. C'est un Minister !
Hideaki, lui, ouvrait et refermait sa bouche sans qu'aucun son ne sorte. Quand ses cordes vocales se mirent enfin à vibrer, c'est d'une voix forte qu'il s'exprima :
-Un artefact ! Un artefact ! Mais où ? Quand ? Comment ? Et surtout ! Surtout ! AVEC QUI !?!
Hanako lança un regard accusateur à Tetsuji, mais voyant que celui-ci était aussi surpris qu'eux, elle haussa un sourcil interrogateur. C'est alors que Sugisaki, hors de tout contrôle, prit Tetsuji par les épaules et se mit à le secouer comme un prunier.
-Qui !?! Qui a osé toucher aux lèvres de Stena !?!
Alors que Ken essayait vainement de lui dire qu'il n'en savait rien, Riko eut un petit rire satisfait.
-Alors elle l'a eu, hein ?
Hideaki changea de cible et attrapa la fille par les épaules.
-Tu sais quelque chose ?
-Je ne dirai rien.
-Rhaaaaaaaaaa ! Je ne perdrai pas !
De rage, il dégaina son katana, mais en chargeant, un fil de Riko lui attrapa la cheville et le plaqua au sol.
-On se calme, quatre-yeux ! On laisse faire Stena !
-Regardez-la ! cria Saito à leur attention.

Stena continuait ses moulinets et les vents autour d'elle s'accéléraient, grondant leur rage et leur envie d'exterminer ces démons. Elle dansait au milieu de la tempête. Elle contrôlait la tempête. Les démons qui l'avaient prise pour cible avaient désormais du mal à avancer devant cette résistance.

Soudain, la jeune fille stoppa sa danse. Les vents retombèrent, et les démons se jetèrent sur elle, pensant qu'elle faiblissait. Cette dernière leva ses katana en croix, devant son visage.
-Tenryû : Sen Ken no Shirudo !
C'était la technique de Tetsuji, remise au goût du jour, exécutée avec deux armes. Les lames semblaient s'être dédoublées en un millier de fois, empêchant toute attaque d'atteindre la jeune fille.

Puis des flèches tirées par les créatures convergèrent vers Stena. Celle-ci arrêta la course de ses armes, plaça le manche de Tentaï Tsurugi devant son visage, pointe vers le sol, puis planta la lame.
-Tenryû : Kaze no Shirudo !
Une sphère de vents violents entoura Stena, la dissimulant sous une masse de poussière et déviant tous les projectiles, allant même jusqu'à les rediriger vers les autres démons qui ployèrent sous cette pluie de flèches.

Quand la poussière soulevée par la technique retomba, les démons purent ainsi voir la combattante. Celle-ci avait un regard calme, mais déterminé, qui ne signifiait qu'une chose : elle n'aurait aucune pitié pour ces monstres.

Elle plaça Tentaï Tsurugi devant son visage.
-Tenryû : Hyakû Kaze no Ken !
Mouvant son artefact comme pour sa technique de défense, la lame sembla se dédoubler. Mais le vent créé devint tranchant, et ce fut de multiples épées d'air qui tranchèrent les ennemis pourtant à des mètres de distance.

Lorsqu'elle eut fini son mouvement, voyant que les démons étaient alignés face à elle, elle ramena son artefact sur son côté droit, au niveau de son visage, la lame parallèle au sol. Le vent vint s'enrouler autour de la longue lame, tel une tornade miniature. Dans son autre main tenant Kami no Uta, elle concentra son Ki sur la pointe de sa lame. Puis elle frappa avec son artefact.

-Tenryû : Kaze no Koe !

Usant du même mouvement que pour sa lance de vent, c'est une tornade qui jaillit de Tentaï Tsurugi. Elle percuta de plein fouet les démons qui s'entassèrent les uns derrière les autres devant la puissance de ce vent. Quand ils furent tous au sol, empilés les uns sur les autres, Stena leva son katana maintenant chargé d'électricité.

-Tenryû : Daï Raimeiken !

L'électricité s'échappa de la lame, et une fraction de seconde plus tard, un gigantesque éclair vint percuter le sol à l'endroit où les créatures tentaient vainement de se relever. Après une telle décharge, il ne subsistait que des corps inertes carbonisés, voire réduits en cendres.

Ne se laissant aucune pause, Stena fit tournoyer Tentaï Tsurugi au-dessus de sa tête. Des pétales de cerisier apparurent, manifestation visible de son Ki. Avec le vent sous son contrôle, elle dirigeait à présent les pétales où elle le souhaitait.

-Tenryû : Sakura no Bunshin !

Les nombreuses pétales s'entassèrent pour créer des formes humaines, au nombre de deux. Fixées et colorées grâce au Ki, ces représentations étaient à l'image de Stena.

-Oh là... Je dois changer mes lunettes, moi, souffla Hideaki qui avait retrouvé son calme.
-Pourquoi cela ? s'étonna Saito.
-Je vois Stena en triple.
-Moi aussi, déclara Riko.
-Alors il serait temps de t'acheter des lunettes, répliqua-t-il.
La jeune brune leva son poing, qu'Hideaki arrêta avant même qu'il ne parte.
-C'est bon, je déconne, je sais bien qu'elle s'est clonée. C'est Stena, après tout, dit-il, pas plus étonné que cela.
-Elle fait des ravages, nota Tetsuji malgré l'évidence.
-Aussi bien dans les rangs ennemis que dans le cœur des hommes, sourit Hideaki.
-C'est pas faux.
Cette approbation lui valut de la part d'Hanako une claque à l'arrière du crâne.
-Mais quoi !?!
-Rien, rien, esquiva-t-elle.
-Taisez-vous ! cracha Saito. Je regarde !
-Eh oh ! On est pas au cinéma ! lança Riko.
-Franchement, c'est tout comme, remarqua Hideaki en relevant ses lunettes.
-Comment cela ?
-Nous sommes devant une sublime scène d'action entre une héroïne sacrément canon et super balèze qui se bat contre une horde de démons hideux et terrifiants. De plus, nous n'avons pas le droit d'intervenir dans cette scène, sous peine d'être virés illico presto. Tu vois une différence avec une salle de cinéma ?
-Touché, avoua-t-elle.
-Bon, et maintenant, je peux regarder en paix ? réclama de nouveau Saito.
-Je fais les commentaires ? proposa Hideaki.
Tout le monde lui jeta un regard lourd de sous-entendus.
-J'ai compris, je la ferme...
-Puis-je vous demander un coup de main ? cria Stena en tranchant un démon tandis que l'un de ses clones disparaissait en pétales roses, tranché en travers du corps.
-Tout ce que tu voudras ! lança Sugisaki en retour.
-On nous jette et maintenant, on a besoin de nous ? provoqua Hanako.
Cela lui valut une frappe à l'arrière du crâne, venant de Tetsuji.
-Mais quoi !?!
-On ne provoque pas quelqu'un qui tient notre destin en main.
La jeune fille aux cheveux roses fit la moue.
-De quoi as-tu besoin ? demanda Saito.
-De temps ! J'ai besoin de temps (elle bondit par-dessus un démon en lui fendant le crâne) pour réciter mon Norito !
-Norito ? releva Riko. Une prière ?
-Pose pas de questions et fonce ! ordonna Hideaki. Tetsuji ! Hanako !
-Compris !

Ken courut en avant rejoindre la combattante, Hanako sur ses talons. Il coupa son souffle et plaça la pointe de sa lame en arrière.
-Tetsuryû : Iron Assault !
Il fit bouger son katana à toute vitesse, droit devant lui, creusant un passage dans la horde, Hanako veillant sur ses arrières.

Stena profita de cette brèche pour rejoindre les autres le plus vite possible et se placer derrière eux alors que son dernier clone disparaissait.
-Merci Hideaki. Je compte sur toi, dit-elle en reprenant son souffle.
-No problem ! Je pars dans le tas ! Riko ! Tu aplatis tout le monde derrière moi ! Saito ! Donne tout ce que tu as dès que je m'écarte de la ligne de mire ! Tu as trente secondes de préparation ! Top !

Sugisaki bondit en avant dans le passage créé un peu plus tôt par Tetsuji.
-Swordstyle : World of Blades !
A cet instant, le jeune homme bougeait si vite son katana qu'il en devenait invisible à l’œil nu. Un vrai prodige, puisqu'il allait plus vite que Stena tout en donnant le minimum de coups possible.

Derrière lui, Riko avait entrecroisé ses fils d'acier, créant un gigantesque filet.
-Rope Style : Steel Web !
Les démons furent tous coincés dans les fils de la petite brune, et ils beuglaient leur rage à plein poumons.
-Saito !
-Je suis dessus !
«Ongaku Ten no Ikari Kara
Veniant Spiritus Aeriales Fulgurientes
Cum Fulgurationi, Flet Tempestas Austrina !»

Riko poussa un cri dû à l'effort qu'elle produisait pour tirer ses fils, ses muscles tendus à leur maximum.
-Rope Style : Steel Ball !
Les fils se replièrent pour former une boule contenant tous les démons emprisonnés plus tôt. Riko se retourna, fit passer les fils par-dessus son épaule et tira de toutes ses forces dans un immense cri, soulevant la boule du sol. Au même instant, Hideaki s'écarta de sa trajectoire.

-Une belle cible pour toi, Saito ! s'écria Riko.
Celui-ci ouvrit les yeux et leva sa main vers la boule géante.
-Jovis Tempestas Fulguriens !
Un gigantesque rayon de foudre vint frapper les créatures emprisonnées dans un grand fracas. Quand la boule retomba, un mélange de cendres et de sang se déversa sur le sol.

Là-dessus, Hideaki, Tetsuji et Hanako revinrent.
-Tu dois avoir vingt secondes, estima Sugisaki. Trente, tout au plus.
-Merci. je m'occupe du reste, déclara Stena.

Elle s'avança calmement, respirant un bon coup. Ils avaient eux aussi beaucoup progressé depuis qu'elle les avait quittés. Saito usait de magie, Riko et Hideaki étaient devenus bien plus forts... Et elle aussi, elle avait progressé...

Voilà maintenant six mois qu'elle n'était plus montée sur sa scène. Six longs mois qu'elle n'avait plus joué sa Symphonie. Mais maintenant, elle était présente. Et elle revenait avec une nouvelle partition.

Le soleil était présent. La nature s'était tue et l'écoutait. Le monde entier n'était que silence. Il attendait sa musique.

SSRhapsody était là.

Mais avant qu'elle ne joue, il lui fallait réciter son Norito. Sa prière. Ce chant destiné à appeler le pouvoir des vents, à concentrer le pouvoir dans son artefact. Cette incantation lui permettait d'invoquer la puissance maximale de Tentaï Tsurugi.

SSRhapsody planta Kami no Uta à côté d'elle, puis elle posa son artefact sur un coussin d'air qui le fit léviter juste devant elle, à hauteur de sa poitrine. Alors la jeune fille entama sa prière, sa voix amplifiée par le vent, résonnant dans toute la vallée.

«Oh, come, Sacred Wind
Give me your power
Blow like you do on the seas
And show at your opponent
The taste of your anger !»


La lumière alors émise par la perle et la cicatrice était aveuglante. le pouvoir de Tentaï Tsurugi pouvait être déployé à son maximum. Cet artefact donnait à la jeune fille des possibilités infinies quant à sa partition. Auparavant, elle devait percevoir les courants créés par le vent et jouer dessus, se limitant à ce qu'elle pouvait jouer sur le moment.

Mais désormais, elle était le vent.

SSRhapsody empoigna Tentaï Tsurugi et Kami no Uta, puis ferma les yeux.
-Tenryû : Symphony of Wind !

Elle entama alors sa danse avec ses deux lames, glissant sur le vent et arrachant des notes à cet air vif. Ce vent même qui obligeait les démons à venir s'empaler sur ses lames. Cette tornade de lames tranchantes empêchait quiconque de s'approcher d'elle sans y laisser sa peau.

Puis la combattante laisse s'échapper son Ki, qui prit la forme de pétales de cerisier, aussi coupantes que la plus affûtée des lames. La tempête prit peu à peu une couleur rose, captivante.

Ce spectacle mortel avait beau se dérouler en octobre, on se serait cru fin mars, à l'époque de la floraison des cerisiers.

La splendide Symphonie couvrait les cris hideux des démons et les bruits peu ragoûtants de l'acier tranchant la chair. Le sang vint bientôt colorer les pétales de rouge, et la tornade mortelle prit très vite une teinte écarlate.

Plus rien ne pouvait stopper cette danse mortelle. La musique annonçait un voyage imminent vers le royaume des morts à quiconque l'entendait. Lorsque le vent apportait les notes aux oreilles des créatures, il était déjà trop tard pour elles.

Les seuls témoins de ce spectacle qui ne risquaient rien observaient et écoutaient la scène à une bonne distance de l'action.
-Tout simplement magnifique, souffla Saito.
-Comment peut-elle se mouvoir à cette vitesse ? se demanda Tetsuji.
-Elle accélère ses mouvements grâce au vent qui le pousse, expliqua Hideaki. Cet artefact... Il lui permet de créer et de contrôler les vents. Son lien avec la nature et sa sensibilité avec l'air l'aide à diriger les vents selon sa volonté, et au vu de sa danse et de la tempête qui l'entoure, nul doute qu'il s'agit d'un réseau très complexe.
-Ce qui signifie ? releva Riko.
-Ce qui signifie que chaque petite brise créée est entièrement voulue et soumise à un itinéraire strict. Stena a dans sa tête une carte complète de ses vents, de leur itinéraire, de leur puissance, mais en plus de cela, sa vitesse accélérée lui permet d'avoir une vision périphérique de trois cent-soixante degrés. Elle inclut donc dans ses calculs l'emplacement exact de ses ennemis. Et comme si cela ne suffisait pas, elle utilise également ses pétales de Ki dont elle se sert comme de lames qu'elle peut diriger à loisir et contrôler à distance.
-En gros, son cerveau est en ce moment même une vraie turbine tournant à plein régime, résuma Tetsuji.
-Mais comment a-t-elle fait pour maîtriser cela en six mois ? interrogea Saito. Elle avait l'entraînement du clan Shinmeï à côté !
-Je ne dirais pas qu'elle fait cela au feeling, mais presque. Notre Stena est un véritable génie. Elle condense en quelques semaines à peine ce que nous apprenons en temps normal en plusieurs mois. Il ne faut pas la sous-estimer.
-Je ne pense pas qu'on puisse parler de feeling, intervint Riko. Stena est du genre à tout calculer, dans le moindre détail, comme elle le fait là.
-C'est vrai, concéda Hideaki. Elle est incroyable. Il ne faut pas chercher plus loin en ce qui la concerne, je pense. Après tout, elle combat les démons par centaines.
-Et elle a de nouveau fait un massacre, remarqua Tetsuji en voyant les cadavres des démons disparaître pour retourner dans leur monde.

En effet. C'était un massacre. Au cours de ces six mois, la jeune fille avait augmenté son endurance en même temps qu'elle apprenait ce que le clan Shinmeï avait à lui apprendre. Aussi n'arrêta-t-elle sa danse qu'après avoir éliminé le dernier des démons.

La musique s'arrêta en même temps que ses lames. Elle avait achevé sa nouvelle Symphonie du Vent.

Le rideau retomba sur SSRhapsody.

-ABEAT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Sam 23 Juil - 0:36

Chapitre LXXXIV
Rivalité amoureuse


Lorsque Stena rengaina Kami no Uta, un tonnerre d'applaudissements s'éleva.
-Tu as été géniale ! félicita Saito.
-Superbe ! ajouta Riko.
-Sublime ! renchérit Hideaki.
-L'entraînement a bien porté ses fruits, on dirait, nota Tetsuji. Et cet artefact ! Quelle puissance !
Une ombre tomba soudain sur le jeune homme à lunettes.
-Oui... Cet artefact... Stena... Dis-moi... J'ai une question...
Cette dernière haussa un sourcil interrogateur. Hideaki la prit par les épaules et approcha son visage tout près du sien. Il la regarda bien dans les yeux.
-Avec qui as-tu passé un pacte ? demanda-t-il avec tout le calme qu'il pouvait.
-Tu ne le connais sans doute pas.
-Mais je vais m'efforcer de le connaître.
-Tu ne le battras pas.
-Cela n'a jamais été mon intention,souligna-t-il en rehaussant ses lunettes.
-Menteur, attaqua Riko.
-Je suis sérieux. Je tiens à lui demander comment a-t-il fait pour ravir le cœur de Stena, dit-il de façon théâtrale.
-Ben voyons...
-Après, je songe à poursuivre des études de magie, pour devenir Magister et faire de Stena mon Minister.
-Cela ne m'étonne pas de toi...
-Et enfin, je creuserai la tombe de celui qui a touché les lèvres de Stena avant moi.
-Ah, tu vois !
-Je viens seulement d'aboutir à cette conclusion, précisa-t-il. Et donc ? Comment s'appelle ce garçon ?
-Anass Levander, répondit Riko avant même que Stena ait eu le temps de dire quoi que ce soit.
-Et comment t'a-t-il séduite ?
-Il est balèze, intelligent, mystérieux, beau, et il est apparu pour la première fois dans ses rêves.

Stena détourna le regard en rougissant légèrement, tandis qu'Hideaki tentait de digérer les paroles qu'il venait d'entendre. Riko s'approcha alors de Stena, les mains levées dans une position significative.

-Allons, Stena, il ne faut pas rougir comme cela ! Laisse-moi plutôt...
Elle s'interrompit immédiatement lorsque la pointe de Kami no Uta se posa sur sa gorge, son possesseur lui lançant un regard noir.
-D'accord, d'accord, je le fais plus ! jura Riko en levant ses mains en l'air.
-Qui a été le témoin ? interrogea soudain Hideaki, curieux d'en apprendre plus sur cet événement qui avait gâché sa journée.
-Le témoin ? releva Tetsuji.
-Pour conclure un pacte provisoire, il faut un témoin magicien, de préférence une créature, pour tracer un cercle dans lequel le Magister et le futur Minister s'embrassent, expliqua Saito.
À ce dernier mot, Riko baissa les yeux et Hideaki fit tout pour garder son calme.
-Le témoin, c'était Spirit, révéla Stena.
-Spirit ? répéta tout le monde à l'unisson.
-C'est...
-C'est moi ! coupa une voix cristalline.

Tout le monde se retourna pour voir la jeune femme sculpturale aux cheveux d'un blanc argenté, et vêtue en tout et pour tout d'une tunique blanche, rappelant étrangement la manière dont étaient représentées les déesses grecques.

En la voyant, les mâchoires de Saito et de Tetsuji s'affaissèrent, leur donnant un air abruti. Les deux se prirent aussitôt un coup de coude de Riko et Hanako sous les rires étouffés de Stena et la principale fautive.

-Bonjour mes beaux garçons, lança Spirit d'une voix aguichante.
Les mâchoires s'affaissèrent de nouveau, et les coudes volèrent dans les côtes.
-Tiens ? Ce garçon n'est pas tombé sous mon charme ? s'étonna l'esprit en voyant Hideaki.
Celui-ci eut un petit rire et releva ses lunettes.
-Je suis à Stena, et a personne d'autre.
-Oh oh ? fit Spirit en se tournant vers sa maîtresse avec un sourire complice.

Elle disparut pour réapparaître juste derrière Stena, les bras largement écartés. L'instant d'après, ses mains vinrent se poser sur ses attributs mammaires pour les masser avec énergie.
-Mais c'est qu'elle est populaire, ma fille !
-Ah ! N...non... A...arrête...ça...

Cette fois, ce fut la mâchoire d'Hideaki qui s'affaissa tandis que Saito et Tetsuji détournaient le regard en toussotant, plus pour éviter de nouveaux coups de coude que par réelle galanterie. Mais le jeune Sugisaki ne perdit pas une seule miette du spectacle qui s'offrait à ses yeux captivés.

-Tu m'as manquée, Stena ! s'écria Spirit en continuant son petit manège avec frénésie.
-T...toi aussi... Mais par pitié... Arrête ça !
-Pourquoi ?
-P...pas devant... les gar... Nyaaaaaa !
Hideaki s'évanouit, un filet de sang coulant de son appendice nasal.


Dernière édition par SSRhapsody le Mer 30 Mai - 2:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Sam 23 Juil - 1:25

Chapitre LXXXV
Stratèges


-Tiens, revoilà nos champions, sourit Mana en voyant Stena, Riko, Saito et Hideaki arriver au quatrième étage. Félicitations pour cette dure mission.
-Merci bien, capitaine, salua Hideaki.
-Suite aux imprévus de cette mission, j'ai revu la prime à la hausse. Vous aurez donc huit millions à partager.
-Pas mal.
-Excusez le vice-capitaine, elle a eu du fil à retordre avec l'invocateur. Il était bien plus fort que ce qu'il ne laissait paraître, et il a réussi à s'échapper au dernier moment. Mais vous vous en êtes bien sortis. Pour la peine, vous montez tous en grade. Donnez-moi vos badges.
Il lui tendirent tous le petit morceau de métal.
-Vous êtes maintenant tous grades VIII. Stena, on m'a rapporté ce dont tu étais capable. Tu as clairement le niveau d'un grade X, si ce n'est plus. Je te fais monter jusque-là ?
-Non, merci. Je préfère rester avec mon équipe. Mais si possible, j'aimerais bien intégrer Hideaki à notre groupe.
-Comment !?! s'écria Riko, tandis que Saito s'écroulait de rire et que Sugisaki ouvrait de grands yeux ronds.
-Ce n'est pas un mauvais choix, approuva le capitaine. Tu es d'accord ?
-Oh que oui ! s'exclama Hideaki.
-Attendez deux secondes ! Quatre-yeux, tu ne fais pas déjà parti d'une équipe ?
-Non, je suis tout seul.
-Et...et...et tu es grade VII ? bégaya Riko.
-VIII, s'il-te-plaît, corrigea-t-il en relevant ses lunettes.
-Sugisaki nous accompagne parfois dans nos missions, Sakurazaki et moi, en qualité de stratège. Et il fait du très bon boulot. Il est bien plus fort qu'il ne le laisse paraître. Il n'est jamais sérieux.
-Attends, coupa Stena. Au moment où je suis passée au dojo...
-Je pouvais largement dépasser Tetsuji, acheva Hideaki à sa place. Mais je me fais passer pour plus faible pour deux raisons. Primo, être capitaine implique trop de responsabilités, et j'en ai déjà suffisamment comme cela. Secundo, sous-estimer un adversaire est la pire erreur que l'on puisse faire dans un combat...
-...et adopter ce comportement permet de surprendre à n'importe quel instant, termina Stena.
-Exact.
-C'est très intelligent...
-Lorsque l'on est pas excessivement fort, il faut savoir se reposer sur son cerveau. À ce propos, capitaine...
-Oui ?
-J'aimerais recommander Stena en tant que stratège.
-Oh ?
-Elle a déjà fait ses preuves, et personnellement, un cerveau actif en plus est toujours bon à prendre.
-C'est une lourde responsabilité, précisa Mana.
-Et qu'est-ce que je ferais de plus ?
-Tu donnes des conseils stratégiques, tu nous accompagnes de temps en temps dans nos missions, tu touches une somme d'argent supplémentaire, mais cela n'aide pas dans le passage en grade. Sinon, ce titre te permet d'accéder aux étages supérieurs et à l'étage de la direction lorsque l'on requiert tes services, et en cas d'urgence, cela te donne l'autorité absolue sur tous les Guardians, hormis Sugisaki, Sakurazaki et moi-même. Autrement, ce titre te donne également le droit d'accomplir des missions inférieures à ton grade.
-Dans ce cas, j'accepte.
-Puis-je en demander la raison ?
-L'autorité absolue, avoua Stena. J'aime tout avoir sous contrôle, et même si ce n'est pas possible, c'est un grand plus de pouvoir diriger les Guardians.
Mana se mit à rire bruyamment.
-Tu as donné exactement la même raison que Sugisaki ! Redonne-moi ton badge.
Stena lui tendit, et lorsqu'elle le récupéra, l'étoile au centre était devenue blanche, comme huit des signes du zodiaque.
-Merci.
-Remercie Sugisaki. Je n'y suis pas pour grand chose. Allez, je vous laisse.
Et elle descendit les escaliers.

Stena se tourna alors vers Hideaki.
-Il faut qu'on parle, tous les deux.
-J'imagine, oui, sourit-il en relevant ses lunettes.
-Le capitaine a une totale confiance en toi, tu es de loin plus fort que Tetsuji, tu es monté grade VIII tout seul, et de plus, tu n'as jamais été sérieux, ne serait-ce qu'une fois.
-Et donc...?
-Je veux te combattre.
Hideaki eut un large sourire.
-C'est ce que j'attendais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Lun 25 Juil - 1:13

Chapitre LXXXVI
Sugisaki Hideaki


Ils se trouvaient dans la clairière où ils avaient l'habitude de s'entraîner, Riko, Saito et elle-même. Stena était à quelques mètres de distance d'Hideaki. Elle était sur ses gardes. La jeune fille était du niveau d'un grade X, le garçon de celui d'un grade VIII. Mais elle, elle était toujours sérieuse.

Pas lui.

Il n'avait jamais utilisé la totalité de ses capacités, et pourtant, il était parvenu grade VIII tout seul. Il était fort. Cela était certain. Mais il n'avait encore rien dévoilé.
-Je suppose que toi, tu ne feras pas l'erreur de me sous-estimer, dit Hideaki. Tu es trop intelligente pour cela.
Alors, à la surprise générale, il enleva ses lunettes.
-Saito, tu peux me les tenir, s'il-te-plaît ?
-Bien sûr.
-Attends, intervint Riko. Tu veux dire que c'est parce que tu as peur de casser tes lunettes que tu te retiens ?
-En partie, oui.
-Tu n'as pas une si mauvaise vue, constata Saito en examinant les verres. Tes lunettes ne corrigent pas beaucoup.
-Si, j'ai une vue exécrable.
-Pardon ? releva Riko.
-Arrête le bla-bla et sors tes vraies lunettes, lança Stena.
-Oui, très chère.

Il fouilla dans ses poches et sortit une nouvelle paire de verres, la monture étant identique à l'autre paire.
-Tu es encore plus belle lorsque je te vois bien, sourit Hideaki.
Cette phrase arracha un sourire nerveux à la jeune fille. Ce type... Jusque là, il ne voyait pas bien ? Et il avait été capable de tout cela ?
-On peut commencer ? demanda une voix cristalline.

Riko et Saito sursautèrent en voyant l'esprit juste derrière eux. Ils se demandèrent la raison de sa présence ici, mais ni Stena, ni Hideaki ne semblèrent surpris.

Le soleil se couchait sur l'horizon. La nuit serait le moment où ils entameraient leur combat. Jusque là, ils ne feraient que se fixer l'un l'autre, guettant le moindre mouvement suspect.
-Bon, ils dé...
Saito posa un doigt sur les lèvres de Riko. C'était un moment important, où chacun jaugeait l'autre par le regard.

Stena se posait des questions au sujet du jeune homme qui lui faisait face. Il avait dix-sept ans, mais il était incroyablement fort et intelligent. Se pouvait-il qu'il fût considéré à un moment comme étant un jeune génie ?

Mais il ne fallait pas penser à cela. Ici et maintenant, il s'agissait d'un adversaire redoutable, qu'il ne fallait surtout pas sous-estimer. Elle devait réfléchir. Analyser ce qu'elle savait et monter une stratégie qui la mènerai à coup sûr vers la victoire.

Hideaki, d'abord. Il était au moins aussi intelligent qu'elle, et il possédait une vitesse bien supérieure à la sienne, cela ne faisait aucun doute. Quant à sa force brute, cela restait un mystère. Et c'était là le problème. Stena ne connaissait pas toute l'étendue de ses capacités alors que lui savait tout d'elle.

Le terrain, ensuite. C'était l'endroit où elle s'entraînait avec ses compagnons Riko et Saito : une petite clairière couverte d'herbe et parsemée de petits cailloux. Il y avait en certains endroits de petits trous creusés par les animaux. Cela constituait un léger avantage pour le jeune fille, qui en connaissait l'emplacement exact, mais rien de comparable à ce qu'Hideaki savait d'elle.

En conclusion, si elle voulait surprendre le garçon, elle allait devoir user de techniques propres à elle, que ni elle, ni la vice-capitaine n'avaient usé auparavant. Stena allait devoir puiser dans ses ressources de Ki, dont on disait à l'école Shinmeï qu'elle en possédait énormément. En gros, elle devait vaincre Hideaki grâce à ce qu'il ne connaissait pas. Pour le reste, il n'y avait pas de stratégie. On ne pouvait mesurer son intelligence à un autre de cette manière. On n'était pas dans une partie d'échecs, après tout.

Le dernier rayon de soleil disparut, et une petite brise nocturne souffla, donnant le signal de départ.

Stena se positionna de profil, Kami no Uta dans son fourreau, derrière elle. Elle concentra le Ki dans son arme, puis frappa.
-Tenryû : Gôsatsu Iaiken !
La lame du katana sortit à une vitesse impressionnante, et le coup chargé de Ki se répercuta à des mètres de distance, allant même jusqu'à trancher l'arbre à l'autre bout de la clairière dans un vacarme assourdissant. Mais Hideaki n'était plus là depuis longtemps.

Sentant le garçon derrière elle, elle chargea son Ki et le relâcha d'un coup.
-Tenryû : Tamashii no Yoroi !
La force de l'aura entourant le jeune fille fit lâcher l'arme au jeune homme, lequel eut un large sourire. Mais loin d'être abattu par la perte de son katana, il sortit cinq dagues de divers endroits de sa personne.
-Swordstyle : Knife Dance !
Les deux premiers coups causèrent à Stena des entailles peu profondes au niveau de son visage, laquelle réagit immédiatement.
-Tenryû : Hyakû Ken no Shirudo !
Les lames s'entrechoquèrent, mais Hideaki était bien plus rapide. La seule raison pour laquelle il ne la touchait pas était la petite taille de ses dagues. Une chance pour Stena, mais quand il récupérerait son katana...

Le katana ! Il devait le savoir aussi bien qu'elle : il devait le récupérer pour avoir une chance de passer au travers de sa garde. Il fallait anticiper le moment où il irait le récupérer. Ce serait l'instant où le combat se déciderait.

Mais une chose ne se passa pas comme prévu : Hideaki sortit un second katana de son dos.

Une lame qu'il dissimulait en permanence, pour surprendre l'ennemi... Stena aurait cru avoir à faire à un assassin. Et il ne fallait pas perdre la moindre seconde pour réagir face à ce genre d'adversaire.

La lune était présente, une petite brise soufflait... C'était parfait. La jeune fille bondit en arrière, enleva son gant droit , révélant sa cicatrice, et expira un bon coup.

SSRhapsody était là.
-Tenryû : Symphony of Light !

Malgré la vitesse impressionnante de sa danse, Hideaki parait le moindre coup sans effort. Le garçon avait beau posséder une mauvaise vue, il avait des yeux ultra-réactifs, percevant le moindre petit détail passant dans son champ de vision. Il était donc impossible de l'atteindre de cette manière.

Il fallait le surprendre, tenter le tout pour le tout. Après tout, il ne devait pas avoir plus de deux katana.

Stoppant subitement sa danse, Stena observa attentivement le trajet parcouru par les armes de son adversaire.
-Tenryû : Koikuchi o Kiru !
La puissance de son revers fit voler la lame d'Hideaki au loin, mais le coup juste après échoua, le jeune homme étant déjà parti récupérer son premier sabre.

C'était maintenant que tout se jouait.
-Tenryû : Kaze no Lansu !
Le coup partit, mais le garçon avait déjà stoppé sa course, ayant prévu qu'une telle attaque serait lancée. Il releva ses lunettes en souriant.
-Loupé ! Tu essayeras une au...
Son sourire s'effaça immédiatement lorsqu'il vit le fourreau en main de Stena.
-Tenryû : Kaze no Hamâ !

Cette fois, l'air comprimé fit voler Hideaki en arrière, mais il se réceptionna habilement et courut vers son arme. Stena y courait aussi, son Ki se concentrant sur sa lame.

Hideaki parvint au katana le premier, et il le leva en l'air en voyant Stena bondir.
-Tenryû : Hikari no Ken !
Kami no Uta brillait d'une intense lumière blanche, dû à la concentration très forte du Ki de la jeune fille. Lorsque la lame s'abattit sur celle d'Hideaki, cette dernière fut tranchée comme du beurre.
-Impossible ! s'écria le garçon. Mon arme était renforcée au Ki ! Co...
Il ne put terminer sa phrase, le genou de Stena l'obligeant à se coucher au sol. Puis une dague vint se placer sur sa gorge alors que la jeune fille s'asseyait sur lui.

Stena avait gagné. Mais elle n'était pas satisfaite pour autant.
-Tu t'es retenu, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Mar 26 Juil - 0:42

Chapitre LXXXVII
Assassin


Hideaki voulut redresser ses lunettes, mais son bras était coincé sous Stena.
-Ainsi, tu as remarqué, sourit-il. C'est moi qui t'ai sous-estimé, on dirait.
-Pourquoi tu t'es retenu ?
-Parce que tu en faisais autant.
-Pardon ?
-Tu n'as pas utilisé ton artefact.
-Mais...
-De toutes façons, je ne vois pas l'intérêt de te combattre. Tu es clairement plus forte que moi, cela ne fait aucun doute. Tu n'as pas utilisé ton artefact parce que je ne connais pas la magie, je le sais très bien. Et alors ? Tu vas risquer inutilement ta vie juste pour te battre d'égal à égal avec ton adversaire ? Tu es forte. Profites-en. Si tu n'utilises pas ton artefact quand je suis sérieux, tu pourrais y rester.
Stena se releva, permettant à Hideaki de se redresser.
-Une fois sérieux, tu te placerais à quel niveau ? demanda Stena.
-Grade X. Pour moi, tu es grade XI. Pas moins. Mais même sérieux, je ne fais pas le poids face à un démon de niveau supérieur. J'ai déjà du mal avec un démon de niveau intermédiaire...
-Démon ? releva la jeune Sivilis, dont le sang commençait à bouillir dans ses veines.
-Oui. Pour les démons de niveau supérieur, ça ne relève même plus des Guardians. Même le capitaine aurait du mal.

Démon supérieur... Ce devait être le cas de l'Akuma no Kami. Non... Il était même bien plus fort que cela...
-ADEAT.
Hideaki ouvrit des yeux ronds tandis que Stena sortait Tentaï Tsurugi de la carte de Pactio, sa cicatrice luisant d'une lumière argentée.
-Qu'est-ce que tu fais ?
-Sois sérieux, Hideaki. Je ne me retiendrai plus.
-Oh... Je vois, dit-il en redressant ses lunettes, ayant manifestement compris la raison de la soudaine rage de Stena.
-Spirit, Riko, Saito : allez vous-en, ça va être dangereux, dit-elle alors qu'une bourrasque se levait.
-On ne te laissera pas ! protesta Riko.
-Partez. Maintenant !

Un vent puissant obligea les deux personnes à reculer. Comprenant en voyant les yeux effrayants de la jeune fille, ils s'en allèrent la mine basse, Spirit sur leurs talons.

-À nous deux.
-Compris, compris, soupira Hideaki. Mais avant cela, je connais ton histoire, alors laisse-moi te conter la mienne.
-Tu crois qu'on a le temps ?
-On a tout le temps devant nous, très chère. Tout le temps. Et j'ai besoin d'un temps de préparation. Profites-en pour réciter ton Norito. Quitte à se donner à fond, autant donner absolument tout ce que l'on a, non ?
Stena décida de suivre son conseil et elle se mit à réciter son incantation, tandis que le jeune homme partait ramasser son katana encore intact avant d'en sortir un autre de son dos.

Décidément, il possédait tout un arsenal caché...

-Bien, tu vas écouter attentivement, car je n'aime pas trop en parler, comme toi, j'imagine. Mon passé... Je suis né dans une famille d'assassins.

Stena ne fut pas surprise. Elle s'en doutait un peu en voyant le nombre d'armes qu'il dissimulait partout sur sa personne. Et Hideaki ne fut pas surpris qu'elle ne le soit pas. Il connaissait sa perspicacité.

-Depuis tout petit, j'ai suivi un entraînement rude. Un peu comme toi, à la différence que je ne le faisais pas par plaisir. Bref, j'étais doué. Trop, même. À tel point qu'ils ont eu peur que je me retourne contre eux et ont décidé de m'assassiner. Bien évidemment, je n'avais absolument pas cette idée en tête. Mais vivre une tentative d'assassinat à dix ans, ce n'est pas facile.

Hideaki soupira et enleva ses lunettes, qu'il rangea dans sa veste.

-Tentative, oui. À ce moment, déjà, je bridais mes capacités. Toute ma famille est morte cette nuit là. Toute. Mon père, ma mère, mes trois grands frères et ma grande sœur. Morts. De ma main.

Les vents autour de Stena se calmèrent. Il avait eu lui aussi un passé difficile. Pire, même. Mais à la différence du sien, ce passé était derrière lui. En ce qui la concernait, le ou les fautifs courraient toujours...

-Je ne dirais pas que j'étais traumatisé d'avoir tué ma propre famille. Je peux paraître sans cœur, mais c'est le quotidien d'un assassin. Et puis, à quoi cela sert de se morfondre ? Mais après cet incident, j'ai quitté ma maison ainsi que ma carrière d'assassin. Je suis arrivé à Mahora, et j'ai mis mes capacités au service des Guardians.

Il sortit une boîte contenant des lentilles, qu'il mit sur ses yeux.

-Je ne te cache pas que ces lentilles ont été créées spécialement pour moi. La droite contient un capteur nocturne, la gauche un capteur thermique. Bref, un bel outil, pour moi. En plus de cela, je n'ai plus la peur de casser mes lunettes. Tu es prête ?
-Oui.
-Alors commençons...

Immédiatement, Hideaki disparut de son champ de vision. Mais ce n'était pas tout : Stena ne ressentait plus sa présence, son aura. Elle n'entendait pas le moindre bruit. Le garçon avait effacé tout ce qui aurait pu le trahir. C'était un véritable assassin. Le débusquer était à présent un défi impossible à relever.

Mais pas pour Stena.

Son artefact avait une capacité connue d'elle seule. Si elle l'utilisait, Hideaki comprendrait bien vite, mais l'effet de surprise était important. Et si la personne attaquant par surprise est découverte avant, l'effet est inversé. C'était donc la meilleure solution.

Stena lâcha Tentaï Tsurugi devant elle, pointe vers le bas, et l'arme à la perle brillante se mit à léviter à quelques centimètres du sol.
-Tenryû : Kaze no Sekai !
Une légère brise se diffusa de la lame pour se répandre partout dans les environs. C'était là une autre capacité de son artefact : Stena savait l'emplacement et la nature exacte de tout ce qui entrait en contact avec son vent.

Car le vent, c'était elle.

Il ne lui fallut pas longtemps pour repérer Hideaki, caché sur une branche en hauteur et retenant sa respiration pour camoufler toute trace de sa présence. Il attendait le bon moment pour passer à l'action. Sauf que ce moment ne viendrait jamais.

Stena reprit son artefact en main et invoqua son pouvoir.
-Tenryû : Kaze no Tsurugi !
Autour d'elle apparurent deux épées d'air condensé, aussi solides et tranchantes que si elles étaient constituées d'acier aiguisé. Puis la jeune fille envoya l'une de ces épées vers la branche où se tenait Hideaki sans esquisser le moindre geste. La lame trancha net la branche et le garçon, surpris, tomba. Grâce à ses sens aiguisés, il sentit la seconde lame d'air arriver vers lui et il la dévia à l'aide de l'un de ses katanas. L'instant d'après, Stena était sur lui. Hideaki para habilement le premier coup, et c'est un combat entre les arbres qui s'ensuivit.

Usant tous deux du Shukuchi, les deux adversaires se déplaçaient à une vitesse incroyable, utilisant les troncs comme appuis. Aucun des deux ne toucha le sol pendant cet échange. De temps en temps, un bruit d'acier percutant de l'acier se faisait entendre dans le silence de la nuit. Stena accélérant ses mouvements grâce au vent, aucun des deux combattants n'arrivait à se départager.

Puis ils revinrent dans la clairière, et alors Hideaki sortit les cinq dagues cachées dans ses vêtements alors même qu'il maniait les deux autres katanas.
-Le vrai combat commence maintenant, Stena.
Le Temps sembla suspendre son cours alors que les deux adversaires se regardaient les yeux dans les yeux.

-Swordstyle : World of Death !_______________________________-Tenryû : Sen Ken no Shirudo !

Ils bougeaient si vite, leurs armes s'entrechoquaient avec une telle vitesse que les sons émis semblaient former une note continue, alors que leurs corps semblaient flous. Hideaki maniait sept armes en même temps sans grande difficulté, alors que Stena peinait à tout parer avec ses deux nodachi.

Mais la jeune fille eut alors une idée.
-Tenryû : Sakura no Yoroi !
Les pétales de cerisiers de son Ki l'entourèrent complètement, comme une armure qui bloqua chacun des coups du garçon. Quand les pétales s'évaporèrent, Stena avait disparu.

Il n'avait pas vu le coup venir. Stena maîtrisait le Ki avec une facilité qu'il n'avait même pas imaginé, et elle en possédait une quantité impressionnante. La jeune fille s'était dissimulée derrière ses pétales de Ki, et le Ki dégageant de la chaleur, son capteur thermique n'avait rien révélé sur la disparition de la jeune fille.

Vraiment, Stena était maline.

Hideaki regarda partout autour de lui, usant de son Ki en supplément comme d'une sonde. Mais jamais il n'aurait imaginé que son adversaire se trouvait bien des mètres au-dessus de lui, utilisant le pouvoir de son artefact pour créer une plateforme d'air compressé au point de le rendre solide sous ses pieds.

Stena leva Tentaï Tsurugi, rassemblant les vents environnants, les mélangeants avec son Ki. Pour finir, un cercle de pétales roses apparut autour de la jeune fille, tournant autour d'elle avec une vitesse impressionnante.

-Tenryû : Saïgo no Kaze !

Les pétales mortelles foncèrent vers le jeune homme qui leva sa tête juste à temps pour amorcer une parade. Mais les projectiles de Ki étaient trop nombreux, et lorsque la tempête fut passée, Hideaki était essoufflé, des entailles parsemant son corps tout entier.

Sachant que la jeune fille ne s'arrêterait pas avant d'avoir gagné, il leva de nouveaux les yeux pour la voir bondir vers lui, lames levées. Hideaki para habilement et contre-attaqua immédiatement. Son katana atteignit la jeune fille dans le bas ventre. Par sécurité, il plaça son second katana sur son cou.

Mais alors qu'il croyait avoir gagné, il remarqua quelque chose d'étrange : la plaie qu'il avait créée ne saignait pas. Et trop tard, il sentit une pointe dans sa nuque, et il vit à son grand désarroi la fille en face d'elle se transformer en pétales rose pâle.

-J'ai gagné, fit la voix de Stena dans son dos.


Dernière édition par SSRhapsody le Sam 18 Aoû - 1:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Mar 26 Juil - 1:12

Chapitre LXXXVIII
Plans


Hideaki s'écroula sur le sol, épuisé, pendant que Stena rangeait son artefact.
-J'aurais jamais imaginé que tu utiliserais un clone comme leurre, avoua le garçon.
-Tes paroles étaient justes, dit Stena. Cela ne sert à rien de se retenir. Mais excuse-moi si à partir de maintenant, je fais comme toi : cacher mes vraies capacités et ne les révéler qu'en cas de coup dur.

Hideaki se mit à rire en enlevant ses lentilles de contact et en les rangeant précieusement. La jeune fille s'allongea à côté de lui, les bras sous sa tête.
-Moi, c'est l'inverse que je vais faire. Je vais garder mes vraies lunettes et me battre un peu plus sérieusement que d'habitude.
-Pour quelle raison ?
-Je peux mieux t'admirer si j'ai les bonnes lunettes.

Stena ne put s'empêcher de rougir. Sa franchise à ce sujet la prenait au dépourvu à chaque fois. Et il n'en démordrait pas. Au vu de ses capacités, il pouvait bien faire face à Anass, ce qui l'effrayait un peu. D'ailleurs, elle devait aller voir ce dernier, pour lui annoncer son retour.

-Tu comptes faire quoi, à présent ? demanda-t-elle au garçon.
-Apprendre la magie. C'est un avantage considérable au combat, et c'est plus pratique pour affronter les démons. Et puis, j'ai déjà ma petite idée sur ce que je vais apprendre...
-Ah ?
-Oui. Je vais aller à l'île bibliothèque demain. On y va ensemble ?
-Demain, je prévois de prendre un peu de repos.
-Après-demain, alors ?
-Pourquoi tiens-tu tant à y aller avec moi ?
Hideaki la regarda un instant droit dans les yeux.
-Question stupide, ma chère. Mais en plus de cela, tu as déjà été à la bibliothèque étincelante, l'endroit où se trouve absolument tout, alors...
-Tout ? coupa Stena.
-Oui, il y a une quantité incroyablement énorme d'informations, là-bas. On doit pouvoir trouver un livre de magie.
-Et des renseignements sur un démon ?
- «Un» démon, hein ? Si tu veux parler de l'Akuma no Kami, il est célèbre, alors oui, c'est certain.
-Va pour demain. Emmène de quoi manger pour au moins une semaine. Préviens Riko et Saito. Cela pourrait les intéresser. On se donne rendez-vous à l'arrière du bâtiment, en fin d'après-midi. C'est bon ?
-Plusieurs questions avant que je ne te réponde. Primo, on va louper les cours : tu es sûre de vouloir partir une semaine entière ?
-Je préviendrais moi-même le directeur de mon retour, et de cette absence. Et puis, il était convenu avec mon entraîneur que je puisse me reposer un peu. De plus, on ne peut pas descendre dans la bibliothèque étincelante et y faire des recherches si on ne se libère pas au moins trois jours, alors...
-Très bien. Secundo, pourquoi l'arrière du bâtiment, en fin d'après-midi ?
-J'ai des choses à faire dans la journée, et il y a une entrée secrète à cet endroit.
-D'accord. Et enfin, tertio : pourquoi emmener Riko et Saito ? demanda-t-il avec une voix suppliante. Pourquoi ne pouvons-nous pas être seuls tous les deux ?
-Comme je te l'ai dit, ça pourrait les intéresser.
Hideaki prit un air boudeur. Stena soupira et reprit :
- Si ils sont là, je serais de très bonne humeur, et tous les deux, ensemble, ils ne s'occuperont pas de nous. On sera donc seuls, d'une certaine manière.
Hideaki remit ses lunettes et l'observa, ses yeux brillants d'espoir.
-C'est vrai ?
-C'est vrai.
-Ouais !

Stena se frappa le front du plat de sa main. Le garçon ressemblait maintenant à un vrai gosse auquel on aurait promis une glace. Elle ne doutait pas un instant que cela était fait exprès, mais il jouait tellement bien le rôle que malgré ses treize ans, elle pensait être l'aînée d'Hideaki.

Vraiment, ce garçon était un cas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Mar 26 Juil - 1:44

Chapitre LXXXIX
Absence et déception


Épuisée par sa journée mouvementée, Stena s'était endormie sur place, à côté d'Hideaki. Quand elle se leva, le soleil était bien haut dans le ciel, et le garçon n'était plus là.

Après s'être étirée, la jeune fille partit pour une petite promenade matinale, en direction de la cité estudiantine. En marchant, Stena se promit de ne surtout pas passer devant la boutique du jeune Akito : après avoir passé six mois sans la voir, si elle le croisait par mégarde, le boulanger n'arriverait peut-être pas à retenir ses pulsions.

Après avoir pris un déjeuner bien copieux avec l'argent gagné de la veille, Stena se retrouva quelques minutes plus tard devant l'immense porte du bureau du doyen. Lorsqu'elle frappa, ce dernier lui dit de sa voix chevrotante d'entrer.

Le directeur était assis derrière son bureau, la tête posée sur ses mains croisées et les coudes sur l'imposant meuble.
-Ah ! Voilà la petite Sivilis ! Je suis heureux que tu ais décidé de revenir parmi nous !
-Je suis heureuse d'être rentrée.
-Bien. Quel bon vent t’amène ?
-Je voulais vous prévenir que je vais descendre dans l'île bibliothèque pour faire des recherches.
Le vieil homme se leva et se mit face à la fenêtre en caressant sa barbe.
-Cela n'est pas interdit, mais tu vas louper les cours. J'ai conscience que Kyôji t'a accordé un temps de repos, mais tu devras impérativement revenir en cours dès lundi, à la première heure. Est-ce clair ?
-Merci, salua Stena avant de tourner les talons.
-Mais sache toutefois que les livres de la bibliothèque ne peuvent sous aucun prétexte être sortis de l'enceinte de l'étage où ils se trouvent.
-J'en prend note.
Stena sortit et referma la porte derrière elle.

Voilà une bonne chose de faite. Maintenant, elle devait aller rendre visite à son Magister. Le garçon qu'elle aimait. Anass Levander. Elle espérait sincèrement qu'il serait présent au dortoir des Caelestis, car elle devait encore faire le plein de nourriture pour son escapade dans l'île.

Mais il en avait été décidé autrement : comme le jour de son départ, il n'y avait personne dans l'édifice luxueux. Où pouvaient-ils bien être ? Était-elle juste malchanceuse ? Ou bien étaient-ils si occupés par leurs affaires ? Mais que pouvaient-ils bien faire tous ensemble ? Anass n'avait pourtant pas le caractère pour être en permanence en compagnie de ses camarades...

Enfin, il devenait inutile d'essayer de le voir maintenant : elle réessayerait plus tard.

Stena partit donc en direction de la rue commerçante chercher des vivres pour cette semaine d'exploration. Avec tout l'argent qu'elle gagnait, elle se souciait plus de savoir s'il y aurait assez de place dans son sac plutôt que de l'argent qui lui faudrait dépenser. Du coup, elle décida de prendre des sandwich, à la fois nourrissant et prenant peu de place. Même si les repas ne seraient pas très diversifiés, au moins, elle mangerait à sa faim.

Si seulement elle avait pu voir Anass, elle aurait été comblée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Mar 26 Juil - 1:49

Chapitre XC
Troisième visite


Malgré son léger poids sur le cœur, Stena se rendit au lieu du rendez-vous, où elle arriva pile lorsque le dernier rayon de soleil disparut derrière l'horizon. Elle vit sur une petite estrade de pierre ses trois compagnons, assis et en train de discuter joyeusement. Lorsqu'il vit Stena arriver, le garçon à lunettes la salua chaleureusement.
-Merci de les avoir prévenus, Hideaki.
-Mais de rien.
-Vous êtes tous prêts ? demanda-t-elle.
-Oui, Hideaki vient juste de finir de nous raconter votre combat de la veille, déclara Riko.
-Vous avez l'air de mieux vous entendre, tous les deux.

La jeune brune écarquilla les yeux avant de détourner le regard, alors que Sugisaki poussa un long soupir d'exaspération en voyant sa réaction puérile. Stena eut un petit rire, puis elle reprit son sérieux en s'approchant du mur au passage secret.
-On y va, lança-t-elle en ouvrant la porte dissimulée derrière un lierre épais.
-Cet escalier mène où ? interrogea Saito.
-Au troisième sous-sol. Jusqu'où es-tu descendu ?
-Sixième. Le cinquième m'a fait perdre pas mal de temps avec ce foutu labyrinthe.
Stena ne put s'empêcher de sourire, mais comme elle menait la marche, personne ne s'en rendit compte.

Une fois arrivés au bout du passage secret, Stena et Saito dégainèrent leurs armes, imités aussitôt par Hideaki et Riko qui avait sorti ses dagues pour l'occasion. Sur le chemin, qu'ils empruntèrent en marchant calmement, le guide arrêta les quelques flèches qui sortirent d'entre les livres.

Au quatrième sous-sol, Stena grimpa aux étagères afin d'éviter ce piège encore bien frais dans sa mémoire. Une fois au sommet, la jeune fille attendit les autres pour leur parler.
-On va aller jusqu'au huitième sous-sol en courant : je n'ai pas envie de m'éterniser ici. Suivez-moi de près si vous ne voulez pas vous perdre ou tomber dans un piège. On y va.

Sitôt dit, sitôt fait : Stena démarra en trombe, ses trois compagnons sur ses talons. Ils franchirent cet étage en une minute à peine, et lorsqu'ils parvinrent au cinquième sous-sol, Stena monta rapidement sur les étagères en sautant entre deux d'entre elles, bondissant de l'une à l'autre. Hideaki la suivit sans se poser de questions, mais Riko et Saito la regardèrent bouche bée.

Si ils savaient qu'elle réussissait cette prouesse acrobatique bien avant qu'elle ne suive son entraînement...

Esquivant le dédale d'étagères de cette manière, ils descendirent au sixième sous-sol, dernier étage qu'avait exploré Saito. Les étagères étaient peu nombreuses, et il n'y avait aucun piège. Aussi parvinrent-ils aisément à l'escalier menant au septième sous-sol.

L'étage du lac.

-Qu'est-ce qu'un lac fiche ici ? s'étonna Riko.
-Pas la moindre idée, avoua Hideaki. Tu sais, Stena ?
-Non. Mais ne vous écartez surtout pas de votre trajectoire : il pourrait y avoir des pièges dans l'eau.
-C'est dingue, souffla Saito. Même les livres immergés sont en bon état. La magie est bien plus utile qu'on ne le pense...
-Et elle est omniprésente dans l'île, révéla Stena, beaucoup plus sensible aux énergies depuis son entraînement.

Ils continuèrent leur course malgré l'eau qui leur montait jusqu'aux genoux, et lorsqu'ils arrivèrent à l'escalier un peu surélevé pour éviter l'eau de descendre, Riko et Saito s'arrêtèrent pour souffler. Stena et Hideaki souriaient, ce dernier devant sûrement penser qu'il serait plus facile de se retrouver seule avec sa bien-aimée si les deux autres montraient si peu d'endurance. Sauf que la jeune Sivilis n'avait aucunement l'intention de les laisser tomber.
-On fait une pause, annonça-t-elle. Quand vous aurez repris votre souffle, allumez vos lampes torche. Le prochain étage est beaucoup plus sombre.
-Dis Stena, il y a combien de sous-sols à cette bibliothèque ? demanda Hideaki.
-Plus de trente, sans compter notre destination. Je n'ai pas tout visité, mais il y a un raccourci au quinzième sous-sol. Allez, Riko, Saito, on se bouge.
Ces deux derniers poussèrent un long soupir avant de se relever, lampe torche à la main.

Tous les quatre, ils descendirent lentement les escaliers menant au huitième sous-sol, et quand ils y parvinrent, le vide apparent les surprit. On voyait sur leurs traits qu'ils se demandaient où étaient les livres, mais Stena ne leur apporta aucune réponse. Ils arrivèrent alors au bord du précipice où la jeune Sivilis les retint.

-C'est profond, ici, nota Saito. Toute cette falaise constitue le huitième sous-sol ?
Stena hocha la tête.
-Ah, mais c'est là qu'étaient les livres ! nota Riko en se penchant par-dessus le bord.
-La question que l'on peut se poser à présent est : comment fait-on pour descendre ? lâcha Hideaki.
Stena prit la lampe torche dans sa bouche, dégaina Kami no Uta et sauta dans le vide, sous le regard sidéré de ses compagnons.
-Ah, bon, d'accord, poursuivit le jeune homme en redressant ses lunettes. Comme ça, c'est simple.
-Hors de question que je saute ! s'écria Riko. Vous avez vu la hauteur ? Et on ne peut s'accrocher à rien !
-C'est pas faux, ce qu'elle dit, approuva Saito.
-Stena est déjà descendue par là, essaya de rassurer Hideaki. Faites-lui un peu confiance !
-Sautez ! parvient la voix de Stena des profondeurs.
Hideaki se plaça au bord du précipice, le dos face au vide et les bras en croix.
-J'ai toujours rêvé de faire ça, confia-t-il avec un large sourire avant de basculer en arrière.
-Bon... Eh bien, à nous, Riko...
-Je suppose que l'on a pas le choix.
-Non, en effet.
Et ils sautèrent tous les deux, main dans la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Mar 26 Juil - 1:57

Chapitre XCI
Objectif


Stena avait sorti son artefact pour amortir la chute de ses compagnons, mais elle n'eut pas besoin de s'en servir pour Hideaki qui faisait comme elle : planter son arme dans le bois des étagères pour ralentir sa chute. En revanche, elle entendit Riko et Saito arriver de loin, car ils hurlaient de toute la force de leurs poumons, pensant qu'ils allaient mourir. Alors la jeune fille invoqua le pouvoir de son artefact :

-Tenryû : Kaze no Tsubasa.

Le coussin d'air qui fut créé permit à Riko et Saito de se poser en douceur sur le sol humide de ce neuvième sous-sol. Quand ils se rendirent compte qu'ils étaient toujours vivants et en un seul morceau, ils poussèrent un long soupir de soulagement.

Sans un mot, Stena rangea son artefact et continua son chemin dans la galerie creusée, suivie de près par Hideaki. Quand ils arrivèrent tous les quatre devant l'escalier branlant, la jeune Sivilis rangea sa lampe torche.

Le dixième sous-sol. Cet étage incroyablement spacieux et étonnamment bien éclairé, dont la quantité de livres surpassait celle des étages supérieurs. Émerveillés, aucun d'entre eux n'osa perturber le silence des lieux par de vaines paroles. Tournant et retournant la tête pour ne laisser aucun détail leur échapper, Hideaki, Saito et Riko continuèrent de suivre Stena qui souriait de leur regard enfantin.

Il n'y a pas si longtemps, c'était elle qui faisait cette même tête.

Au onzième sous-sol, l'étage des coffres, Stena décida de faire une halte. Ils s'installèrent à la grande table où la carte n'avait pas bougé d'un pouce, et ils déballèrent leur repas de ce soir.
-Cet endroit est vraiment impressionnant, dit Hideaki. Il contient des documents historiques. Je suis très étonné que ces documents soient toujours conservés ici.
-Comment a-t-on pu réunir autant de livres en ce même endroit ? s'étonna Saito.
-C'est vrai qu'il y a encore plus de livres que dans la bibliothèque d'Oxford, renchérit-il en redressant ses lunettes. Et ce n'est pas peu dire !

Entre deux bouffées de son sandwich, Riko étouffa un bâillement.
-Je ne sais pas quelle heure il est, mais avec tout ce qu'on a fait, je suis crevée !
-On dormira au treizième sous-sol, rassura Stena. Il y a tout ce qu'il faut là-bas.
-Tant mieux ! s'exclama-t-elle en s'étirant avant de se lever, suivie de Saito.
-Cette carte est quand même étonnante, fit remarquer Hideaki une fois que les deux autres se furent éloignés. Il y a eu des explorations, à une époque, mais personne n'a pu visiter en-dessous du quinzième sous-sol. Est-ce parce qu'il y a un quelconque danger ou parce qu'ils ont pris le temps de regarder le moindre détail des lieux ?
-Première solution, déclara Stena.
-Tiens donc ?
-Il y a une bête à cet étage. Énorme. Je ne saurais pas dire ce que c'est exactement, mais si je recroise cette créature, je la transforme en poussière.
-Effrayant... On y retourne ? Je commence à fatiguer aussi.
Stena se leva et remit son sac sur ses épaules, avant de faire signe à Riko et Saito qu'ils repartaient.

Ils arrivèrent assez vite au douzième sous-sol, la salle de lecture. Du coin de l’œil, Stena aperçut Hideaki réfléchissant à toute vitesse, son menton dans sa main, sans doute pour déterminer l'utilité de cette salle à une autre époque.

Et enfin, ils atteignirent le treizième sous-sol, lampe à la main.
-Les gens vivaient carrément ici, nota Saito.
-Bien sûr ! lança Hideaki. Tu imagines devoir faire l'aller-retour jusqu'ici juste pour lire un bouquin ? Les gens de l'époque avaient plus à y gagner en restant ici, à côté des livres.
-Pas faux.
-Allez, prenez-vous un lit et dormez. On repartira vite, demain, déclara Stena.

Riko fut la première à se jeter dans un lit sans prendre la peine de se déshabiller, les grincements du vieux bois ne la gênant pas plus que ça. Saito s'attribua celui le plus proche de la petite brune, histoire de garder un œil sur elle. Quant à Stena, elle s'éloigna avant de commencer à se dévêtir.

-Allons, tu ne prends pas un lit deux places ? demanda Hideaki, la lumière de sa lampe se reflétant sur ses lunettes et lui donnant l'air d'un rapace prêt à fondre sur sa proie.
-Et pourquoi cela ?
-On va être serrés, dans un lit une place.
Cette remarque lui valut de se prendre le sac de Stena sur le front.
-D'accord, je cherche mon propre lit... Fallait tenter.
Et il s'éloigna, la mine basse.

Stena ne dormirait que d'un œil, ce soir...

Mais malgré cette pensée, l'épuisement cumulé depuis deux jours eut raison d'elle, et elle sombra quelques secondes après s'être couchée dans un profond sommeil sans rêves. Rien ne venait troubler le silence des lieux, hormis les respirations lentes et régulières des quatre personnes endormies.

Cependant, après plusieurs heures, Stena fut subitement réveillée par une forte pression sur sa poitrine.

La bête était réveillée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Mar 26 Juil - 2:13

Chapitre XCII
Excitation


Stena enfila sa tenue précipitamment, récupéra son sac et prit une grande inspiration.
-Debout tout le monde ! cria-t-elle sans ménagements. On se dépêche !
Ce réveil brutal fit basculer Hideaki hors de son lit.
-Qué kya ? dit ce dernier en attrapant ses lunettes du bout des doigts.
-J'ai connu plus tendre, comme réveil matinal, confia Riko.
Saito hocha vivement la tête pour soutenir ces propos.
-Pas de discussion ! On repart, vite !
-Pourquoi cette précipitation ? bâilla Hideaki. J'suis pas du matin, moi...
-La créature dont j'ai parlé est là.
Le garçon redressa ses lunettes, complètement réveillé, cette fois.

Après seulement cinq minutes qu'ils étaient levés, les quatre compagnons reprirent leur marche, lampe torche à la main. Stena entendait quelques bâillements étouffés, mais la pression sur sa poitrine était plus forte que tout et l'obligeait à avancer : elle voulait sa revanche sur cette créature.

Au quatorzième sous-sol, Hideaki enleva ses lunettes et les nettoya avec un morceau de tissu tellement il était surpris par ce qu'il voyait.
-Il y avait une vraie civilisation, ici !
-C'est juste un jardin, un espace vide, lâcha Stena, pressée d'avancer.
-Je ne crois pas, répliqua-t-il. Tu n'as pas attentivement regardé. Ce sont les jardins d'un château.

Et en effet, au fond de l'immense étage se trouvait, dissimulé par l'obscurité, un château de style européen, avec ses hautes tours, ses grandes fenêtres et ses pierres carrées.
-Superbe ! souffla Saito.
-Qu'est-ce que vous en pensez ? On va faire un tour ? proposa Riko.
-Pas le temps, coupa Stena.
-Pas le temps ?
-On a une bête à mater, ajouta Hideaki.
-Une bête !?! répéta la jeune brune qui n'avait pas suivi l'échange au réveil. Quoi comme bête ?
-C'est ce qu'on essaye de savoir.
-On avait pas prévu ça !!
-Moi, si, lança la jeune Sivilis.
Et elle partit sans un regard en arrière. Hideaki poussa un petit soupir de regret en regardant le château avant de la suivre, et Saito, un sourire sur ses lèvres, tira Riko par le poignet.

Il était vrai, à présent qu'Hideaki le lui avait fait remarquer, que Stena désirait explorer ce château en détail. Cependant, la pression sur sa poitrine et l'envie de découvrir ce qu'était exactement cette créature étaient plus fortes. De plus, une occasion pareille pourrait ne plus jamais se représenter.

C'est donc en rampant qu'ils entrèrent dans l'étroit passage menant au quinzième sous-sol. Après quelques dizaines de mètres, Stena ouvrit la trappe et s'y engouffra, suivie de ses trois compagnons.

Ayant cette fois prévu des piles de rechange, Stena put diriger sa lampe pour éclairer les environs. Ils virent ainsi des maisons de pierre au toit de chaume. Mais certaines des bâtisses n'avaient plus de toit, et leurs murs étaient partiellement calcinés. Il y avait également une allée de décombres, de plusieurs mètres de large et dont on ne voyait le bout avec la seule lumière des lampes.

-Je ne vois pas l'intérêt de mettre des toits à des maisons construites en sous-sol, avança Riko.
-Tu arrives à imaginer une maison sans toit ? répliqua Hideaki. Et puis, ça évite la poussière tombant du plafond.
La jeune brune ne répondit pas, ce qui eut pour effet de décrocher un sourire au garçon.

Mais de son côté, Stena se tenait la poitrine.

-Ça va ? demanda Sugisaki.
-Il est là, souffla Stena.
Hideaki réagit au quart de tour et sortit un sabre de son dos.
-Riko, Saito ! Préparez-vous, ordonna-t-il.
Ceux-ci ne se posèrent pas de questions et sortirent leurs armes. Après avoir soufflé un bon coup, Stena en fit de même.

Après quelques minutes d'un silence oppressant, un bruit sourd mais retentissant se fit entendre, et au même instant, le sol vibra. Quelques secondes plus tard, le bruit se fit de nouveau entendre, suivi de la vibration du sol, et ainsi de suite pendant une longue minute.

C'était des bruits de pas. Ceux de la créature. Dans les esprits de chacun se forma l'image d'une immense bête. Mais aucun d'eux n'osa élever la voix.

Et le silence se réinstalla, plus pesant que jamais.

Stena leva sa lampe, et tous purent voir d'immenses pattes couvertes d'écailles et munies de griffes plus grandes que leurs bras, et plus larges que leurs têtes. En levant encore la lampe, ils virent à la place des pattes antérieures d'immenses ailes de plus de dix mètres d'envergure, et un corps couvert d'écailles jaunâtres comme les pattes. Enfin, la lumière éclaira la tête de l'immense créature : des yeux dorés en fente aux pupilles dilatées, un long museau large, et une immense gueule dont quelques crocs de la taille d'un avant-bras dépassaient.

Si Riko restait bouche bée, Saito parvint à émettre un petit "qu'est-ce que..." avant de se faire interrompre par un hurlement à briser les tympans et une haleine putride.

-UN DRAGON !!! hurla Hideaki.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Mar 26 Juil - 23:20

Chapitre XCIII
Réticences


-Fuyez ! ordonna le garçon, ordre qui fut immédiatement suivi par Riko et Saito.
Mais Stena, bien loin d'avoir peur, faisait face à la créature. Elle s'apprêtait même à lancer l'assaut lorsque la voix d'Hideaki la rappela à l'ordre.
-Stena ! Nous ne faisons pas le poids ! On dégage !
La jeune fille hésita un instant avant d'obtempérer, juste à temps avant de se faire écraser par le monstre.

Hideaki avait raison sur un point : Riko et Saito n'avaient pas leur niveau. Il y avait un risque important qu'ils soient grièvement blessés ou pire face à ce danger. Il fallait avant tout penser à les mettre en sécurité.

Elle combattrait après.

-Tournez à gauche ! indiqua-t-elle aux autres.
Un jet de flammes les frôla. S'ils avaient viré une seconde plus tard, ils auraient été cuits. Au sens propre du terme.
-À droite ! cria Stena en voyant le dragon inspirer un bon coup.
Ils évitèrent ainsi un nouveau jet de flammes, mais une partie de la chevelure de la jeune fille finit en cendres.

Et enfin, elle aperçut la sortie de secours.
-Sautez dans le puits !
En temps normal, Riko aurait protesté, mais l'urgence de la situation l'en empêchait : quitte à choisir, autant mourir en chute libre plutôt que brûlée vive. Alors elle sauta, suivie de près par Saito. Ils étaient saufs.

Cependant, lorsque Stena se retourna, elle vit le dragon aspirer une grande goulée d'air. Ils devaient faire vite. Elle jaugea d'un bref coup d’œil la distance qui séparait Hideaki du puits. Il n'y arriverai pas à temps.

Tant pis. Autant commencer maintenant.

Stena sortit la carte de la poche sur sa poitrine et jeta Kami no Uta en l'air, avant d'ôter le gant de sa main droite.

-ADEAT !

La jeune fille se saisit de la poignée qui sortit de la carte et tira pour dégainer son artefact : Tentaï Tsurugi. La cicatrice sur le revers de sa main se mit à luire du même éclat argenté que la perle incrustée dans l'objet magique. Puis Stena rattrapa son katana de sa main gauche.

La bête cracha un véritable torrent de flammes qui firent chauffer les pierres aux alentours, allant même jusqu'à les faire fondre. Mais la jeune fille usa du pouvoir de son artefact pour faire passer le feu mortel sous son contrôle total. Les flammes ainsi maîtrisées par le pouvoir du vent entourèrent la combattante, l'éclairant d'une lumière intense et oppressante.

Une fois arrivé au puits, Hideaki se retourna et fut stupéfait par le spectacle qui se déroulait à présent sous ses yeux.
-Stena ! Qu'est-ce que tu fais ?
-Saute dans le puits ! Je te rejoins juste après !
-Non ! Saute d'abord !
-Et qui est-ce qui va retenir ce dragon ? Vas-y !
Elle leva Tentaï Tsurugi et les flammes autour d'elles s'unirent pour former une grande boule de feu au-dessus d'elle.
-Non ! Stena ! Ne fais pas ça ! hurla le garçon.
-Tenryû : Honoo no Kaze !

Le vent créé emporta les flammes qui frappèrent la créature de plein fouet, la faisant rugir. Cette dernière remua son immense queue qui vint frapper un mur, ce qui projeta un énorme bloc de pierre vers la jeune fille. Celle-ci, surprise, n'eut que le temps de lever ses armes devant elle. Mais la force du choc la fit reculer de plusieurs mètres, jusqu'au puits.

-Ce dragon, je vais le...
Mais elle ne put achever sa phrase, une force la tirant vers l'arrière : Hideaki l'avait attrapée par le col et la faisait maintenant basculer dans le puits. Le garçon sauta à sa suite et continua à la tenir par mesure de précaution.

Quand ils atteignirent la surface de l'eau, Hideaki fut contraint de la lâcher, mais c'est Stena qui lui attrapa le bras une fois qu'ils eurent rejoint la plage.
-Pourquoi as-tu fais cela ? demanda-t-elle avec rage.
-Tu allais affronter un dragon toute seule ! C'est de la pure folie !
-J'aurais très bien pu le vaincre !
-Absolument pas ! répliqua-t-il, bouillant de colère.
-Et pourquoi pas, hein ?
-Un dragon de niveau inférieur comme celui-ci est de loin plus fort qu'un démon de niveau intermédiaire ! Tu n'avais pas la moindre chance !
-As-tu une idée de ce que j'ai enduré pour atteindre ce niveau ?
-As-tu une idée de la puissance d'un Wyvern ? Même préparée, il faut plus d'un jour au vice-capitaine pour abattre une telle créature !
-Si je ne suis pas capable de vaincre un dragon, comment puis-je espérer affronter l'Akuma no Kami, hein !?!
Hors de lui, Hideaki prit son col des deux mains et la tira violemment vers lui.
-Si tu meurs, tu crois vraiment que ça va résoudre les choses !?! lui hurla-t-il en pleine face. Cesse d'être égoïste ! Ton passé t'appartient ! Et ta vie ne doit pas être gâchée par ça ! Tourne la page ! Arrête de te croire seule au monde ! Il y a des gens qui t'aiment !

Surprise par la fureur du jeune homme et touchée par ses paroles, Stena laissa retomber ses bras le long de son corps.
-Désolée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Mar 26 Juil - 23:54

Chapitre XCIV
Recherches


-Si tu comprends, c'est bon pour moi, dit Hideaki en la lâchant à son tour. Et pardon d'avoir crié.
-Non, tu as raison. Sur tout la ligne. Mais je ne peux tourner la page en sachant que l'Akuma no Kami et son invocateur rôdent.
-Je veux bien, mais tu n'es pas seule : ne l'oublie pas.
-Oui, pardon...

Elle releva la tête et vit que Riko et Saito regardaient dans leur direction sans dire un mot : ils n'avaient pas dû louper une miette du spectacle.
-J'ai quand même une remarque à faire, Hideaki.
-Laquelle ?
-Mon attaque l'a tout de même atteinte, cette bestiole.
-Pas le moins du monde, réfuta-t-il. Les dragons de ce type sont invulnérables au feu : ça ne fait que les exciter.
Devant la mine déconfite de la jeune fille, il ajouta :
-Tu n'as connaissance du monde magique que depuis peu, et je doute fortement que tu ais travaillé la théorie pendant ces six derniers mois. Il te reste encore beaucoup à apprendre. Ne perds pas ton sang-froid et analyse, comme tu le fais si bien.
Voyant qu'elle ne disait pas un mot, le garçon décida de changer de sujet.
-Sinon, cet endroit est très impressionnant, dit-il pour la énième fois depuis son entrée dans la bibliothèque. Mais je suis quand même étonné que tu sois parvenu jusqu'ici dès ta première visite à la bibliothèque.
-Deuxième, rectifia-t-elle. Mais c'était le pur fruit du hasard. À ce moment, le dragon m'a fait fuir, et ma lampe ne fonctionnait plus. J'ai eu de la chance de tomber dans ce puits.
-Le fait que tu ais atteint le quinzième sous-sol n'était pas dû au hasard, ma fille.

Stena se retourna vivement et vit la jeune femme aux cheveux d'argent flotter quelques centimètres au-dessus de l'eau.
-Spirit ! Qu'est-ce que tu fais ici ?
-J'habite ici, je te le rappelle, ma fille. Et toi ? Quel bon vent t’amène ?
-Je cherche des infos.
-Tiens donc ? J'ai passé plusieurs décennies ici, alors je vais pouvoir t'aiguiller dans tes recherches. Tu veux des infos sur quoi ?
-L'Akuma no Kami.
-Ah, désolée, ça ne fait pas partie de mes lectures...
-Et les manuels de magie ? intervint Hideaki.
-Mais bien sûr mon garçon ! Suis-moi donc !
Stena eut un petit soupir d'exaspération : elle allait devoir se débrouiller seule. Enfin, elle ne s'attendait pas vraiment à autre chose, mais elle aurait une semaine entière pour chercher.

Pendant qu'elle survolait les titres des épais volumes entreposés sur toutes les étagères de la bibliothèque étincelante, ses trois compagnons étaient plongés dans des manuels de magie : Riko pour tenter de maîtriser l'élément eau, Saito pour apprendre de nouvelles formules et Hideaki... Et bien, elle ne le savait pas précisément. Il voulait apprendre la magie, mais laquelle ? Peu importe : Stena était concentrée sur autre chose.

Spirit, elle, circulait entre les quatre. Elle donnait de petits conseils à Riko, lisait par-dessus l'épaule de Saito et tentait de séduire Hideaki. Mais pour ce dernier, il n'y avait rien à faire : il était plongé dans ses manuels et sa concentration était telle que rien ne pouvait le perturber. Alors elle allait vers Stena pour l'aider à chercher.

La jeune fille trouvait de nombreux ouvrages qui traitaient des démons, mais très peu faisaient référence à l'Akuma no Kami, et ces derniers n'en parlaient que très vaguement : rien que ne savait déjà Stena.

Alors elle continuait de chercher, sans relâche.

De son côté, Hideaki avait trouvé exactement ce qu'il cherchait, et il partit dans son coin à l'abri des regards, chargé d'une pile de livres. Riko et Saito aussi étaient à présent hors de vue.

Et le premier jour dans la bibliothèque étincelante s'acheva lorsque Stena mit enfin la main sur ce qu'elle cherchait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Mer 27 Juil - 23:30

Chapitre XCV
Récit d'un démon


L'origine des démons reste obscure. D'autant que les écrits nous permettent de le dire, ils ont toujours existé. Et je parle là de la race des démons, et non pas de choses futiles tels que nos démons intérieurs. Mais en toute honnêteté, je ne suis pas d'accord avec cette fatalité. Pour moi, les démons ont été créé de main d'homme.

Je sais qu'il s'agit là d'une hypothèse bien difficile à croire. Mais même au XVIIème siècle, date à laquelle j'écris cet ouvrage, il faut se rendre à l'évidence : les hommes ont créé des armes, alors pourquoi pas des démons ? Un savoir ancien ou une civilisation entière aurait pu donner vie à ces abominations. Ainsi, là où les hommes du Moyen-Âge ont construit épées et arcs, cette civilisation aurait créé la race des démons, sûrement pour les mêmes raisons.

Mais bien entendu, je n'avance pas cette théorie sur du vide. Reprenons cette analogie avec les armes.

Une arme est créée pour la guerre, que ce soit en guise de défense ou d'attaque. Et ces armes peuvent prendre de multiples formes et utilités. En me basant sur d'autres documents et recherches, j'ai remarqué qu'il en était de même pour les démons : ils possèdent des formes différentes suivant le rôle qu'ils ont à jouer. Mais chaque démon consacré à un même rôle sera strictement identique à un autre, telle une fabrication en série. De plus, au fil du temps, la race des démons n'a pas évoluée le moins du monde. Or, toute chose constituée de cellules vivantes évolue un jour ou l'autre avec sa descendance. On peut donc en déduire que les démons ne sont que des outils de destruction.

Or, force nous est de constater que les démons sont des êtres vivants à part entière, dotés d'un corps de chair et d'une conscience. Mais alors, que penser ? Cette ancienne civilisation savait comment insuffler la vie à un corps ?

De mon point de vue, même si nous en sommes incapables avec nos connaissances actuelles, je ne doute pas un instant que cela fut un jour possible. Et qui sait, peut-être le futur nous apportera ce savoir.

Quoiqu'il en soit, les démons sont des êtres que l'on invoque au gré des envies des humains. Ils sont là pour satisfaire nos envies malveillantes. Tout du moins, celles de l'invocateur, auquel le démon est forcé d'obéir.

Et c'est là que j'en viens à parler des démons de niveau supérieur, créature à la puissance inimaginable, nécessitant de longues incantations afin de pouvoir être invoqués et pouvant même se soustraire aux ordres de leur invocateur. De la même façon que les démons inférieurs, ces démons se ressemblent les uns les autres. Toutefois, quelques détails les différencient, leur rôle n'étant pas tout à fait le même. Mais tous possèdent une taille gigantesque et des pouvoirs démesurés.

D'aussi loin qu'aillent mes recherches, je n'ai pu dénombrer au total que sept démons de niveau supérieur. Était-ce une référence aux sept péchés capitaux ? Là encore, rien ne me permet de l'affirmer, mais ces démons ne présentent aucune caractéristique qui les rapprocherait plus d'un péché que d'un autre.

Sur ces sept démons, je n'ai eu le temps pour tous les étudier. Certains étant plus ou moins décrits dans les légendes et le folklore japonais, il me semblait plus important d'enquêter sur un démon encore méconnu, à savoir l'Akuma no Kami.

Ce démon a été nommé ainsi à cause de ses pouvoirs, qu'on dit égaux à ceux d'un Dieu. Mais très honnêtement, je pense là aussi que cette affirmation est fausse : si il était si puissant, pourquoi n'en parle-t-on pas dans les légendes nippones ? Les démons connus devaient être plus puissants. Ou, autre hypothèse, l'Akuma no Kami n'était pas souvent invoqué, ou à l'abri des regards, et les carnages qu'ils faisait ne laissant aucun survivant étaient mis sous la responsabilité d'armées inexistantes. Je pencherais plutôt pour la première hypothèse, mais cela reste incertain, et je n'ai aucune preuve pour confirmer l'une ou l'autre.

Au cours de mes recherches, je n'ai pas pu déterminer grand chose sur ce démon. Lorsque je prononçais ce mot, on me parlait alors de Kyûbi, le démon renard à neuf queues, ou Yamata no Orochi, le dragon-serpent à huit têtes. Cependant, j'ai pu découvrir quelque chose de très intéressant : si l'on peut obtenir la formule d'invocation du Ryûmen Sukuna no Kami dans de vieux écrits, celle de l'Akuma no Kami n'est transmise que par voie orale dans un seul et unique clan du Japon : le clan Kurotsuji.

Bien évidemment, les principaux concernés ne m'ont pas donné la moindre information à ce sujet, mais cela a confirmé mon hypothèse sur l'utilisation des démons. On pourrait donc en déduire que les carnages causés par l'Akuma no Kami étaient voulus par un membre du clan Kurotsuji, et plus précisément d'un membre de la famille principale du clan. Cela dit, il est tout à fait plausible que ce savoir ait été volé, auquel cas le nombre de suspects s'étendrait à plusieurs millions.

Malheureusement, je suis dans l'incapacité de poursuivre cette enquête, mon âge ne me permettant plus que de tenir une plume. Je prie donc les prochaines personnes qui me liront de poursuivre ma tâche, et d'enfermer à jamais le secret de l'Akuma no Kami.

Si cela peut être d'une quelconque utilité, je vais décrire en détail mon voyage et mes pensées, afin de...


Stena referma l'épais volume manuscrit, un sourire sur ses lèvres : elle avançait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Jeu 28 Juil - 1:31

Chapitre XCVI
Préparation à la fin


Elle avait appris des choses intéressantes dans ce livre. Même si l'origine des démons l'importait peu, ces écrits contenaient des informations importantes.

Tout d'abord, les démons de niveau supérieur étaient au nombre de sept. Et ce nombre ne devait pas avoir changé. Plus inquiétant, l'homme ne parlait ici que du Japon : et s'il existait d'autres démons ailleurs ?

Ensuite, ces hypothèses quant à l'Akuma no Kami. Stena avait vu la chute de son village. Et pourtant, son village était une branche de l'école Shinmeï, pourtant spécialisée dans l'éradication des démons. Alors nul doute que ce démon était bien plus puissant que la moyenne. Et puis, le fait que la destruction de son village n'ait pas fait plus de bruit que cela confirmait la seconde hypothèse plutôt que la première.

Et enfin, ce livre contenait le nom du clan qui détenait la formule d'invocation de l'Akuma no Kami : le clan Kurotsuji.

Ce nom, en même temps que la colère, faisait remonter en Stena des souvenirs flous : elle avait déjà entendu ce nom par le passé. Ceci dit, il lui était impossible de se souvenir où et quand.

Mais si une partie du problème de l'identification du coupable était résolue, il lui en restait toujours un autre, et de taille : son pouvoir. Même si elle trouvait le fautif, elle serait bien incapable de le vaincre, lui ou l'Akuma no Kami. Après tout, elle ne parvenait même pas à se débarrasser d'un simple dragon... Elle devait donc continuer de s'entraîner.

Et pour cela, il y avait une cascade.

On s'étonne souvent de l'utilisation d'une cascade pour un entraînement, et cela fait un peu cliché. Mais Stena avait conscience du côté pratique de la chose. Le flux constant de l'eau et la pression due à la chute permettait de travailler force, endurcissement et rapidité.

Et son premier exercice allait justement porter sur sa rapidité. Pour ce faire, elle se plaça face à la cascade, l'eau lui arrivant aux genoux, positionna son arme derrière elle, la main gauche au sommet du fourreau et sa main droite prête à dégainer.

-Tenryû : Iaiken !

Kami no Uta sortit tel un éclair du fourreau, et la cascade fut tranchée sur une vingtaine de centimètres avant que l'eau ne remplisse cet espace vide.

Son but était de trancher la cascade sur un maximum de largeur. La vitesse que cela nécessitait pour donner ne serait-ce qu'un résultat visible était impressionnante. Il lui faudrait beaucoup de patience pour arriver à faire plus. Mais elle avait passé presque toute sa vie à s'entraîner, alors, un peu plus ou un peu moins...

Et ainsi, elle continua à frapper la cascade en largeur, inlassablement, faisant de petites failles à chaque fois, grandissant de quelques millimètres au fur et à mesure. Stena ne voulait pas utiliser son Ki. Elle tenait à ce que ce soit sa force brute qui augmente. L'effet de surprise au combat n'en serai que plus grand.

Ainsi, deux jours passèrent, chacune des personnes présentes ne s'arrêtant que pour manger et dormir. Il restait encore trois jours avant qu'ils ne doivent rentrer. Leur notion du temps était un peu chamboulée par cette clarté perpétuelle, mais Spirit les tenait informés en passant de temps en temps.

Le quatrième jour, Stena changea sa manière de s'entraîner : elle plongea dans l'eau pure du lac et invoqua son artefact afin de pouvoir respirer sans avoir besoin de sortir de l'eau. Exécuter des mouvements dans un liquide était beaucoup plus difficile qu'à l'air libre, et cela augmenterait plus vite sa force et son endurance.

Tentaï Tsurugi lui fournissait de nombreux avantages tactiques : elle pouvait se battre en l'air et sous l'eau aussi aisément que sur terre. Ainsi, elle pouvait combler ses points faibles et renforcer ses points forts.

Et elle nagea de long en large du lac, frappant dans l'eau, se frottant à sa résistance, luttant contre la pression. Et elle resta ainsi dans le lac les trois jours restants, ne s'accordant de pause que pour dormir un peu et se rassasier.

Et enfin, ce fut le matin du septième jour...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Jeu 28 Juil - 1:48

Chapitre XCVII
Nouvel arrivant


Stena revint de la cascade où elle s'était lavée en se lissant les cheveux à la main : elle les avait coupés au niveau du creux de son dos, comme auparavant, afin de faire disparaître les traces de la brûlure du dragon.

Ses trois compagnons l'attendaient autour de leur dernier petit-déjeuner ici. Si Hideaki réagit immédiatement à sa présence, Riko et Saito mirent un peu plus de temps à détacher leur regard de celui de l'autre : ils s'étaient beaucoup rapprochés, pendant ces sept jours.

-Alors ? Tu as pu trouver ce que tu cherchais ? demanda Sugisaki.
Encore un peu fatiguée de ses heures de sommeil en retard, Stena ne fit que hocher la tête.
-Tant mieux ! Tu me mettras au courant plus tard. Là, on mange et on décolle.
La jeune fille accusa le coup : le mettre au courant ? Il tenait absolument à l'aider. Pourquoi voulait-il s'impliquer dans cette affaire alors qu'il avait lui-même eu un passé bien difficile ? Peut-être était-ce justement pour cette raison...

Stena mangea son sandwich au beurre en silence, observant Riko et Saito se jeter des coups d’œil timides. Il avait dû se passer quelque chose entre ces deux-là. Et sachant que Spirit traînait dans les parages, il n'y aurait rien d'étonnant à ce qu'ils aient conclu un Pactio. Mais là, elle n'avait aucune envie de poser la question.

Leur petit déjeuner fini, Stena les mena derrière la cascade où la porte était dissimulée, et ils commencèrent à gravir l'immense escalier circulaire. Après quelques heures, ils empruntèrent l'ascenseur, et une fois sous la lumière du soleil de fin d'après-midi, ils se séparèrent.

La jeune fille revint directement vers l'Arbre Monde. Il était dimanche, et il n'y avait personne dans les rues, les élèves faisant leurs devoirs tardivement. Elle, elle avait du retard à rattraper. Retard qu'elle ne ferait aucun effort pour couvrir.

Après être remontée sur sa branche, elle s'allongea, et Spirit, sous sa forme de luciole, vint se poser sur sa poitrine. Stena s'endormit paisiblement, heureuse d'être enfin de retour chez elle.

Le lendemain matin, elle faillit basculer de sa branche : six mois d'absence lui ont fait perdre ses habitudes. Et maintenant, elle devait aller en cours. C'était son tout premier jour en tant que deuxième année.

Stena se dirigea donc vers les dortoirs récupérer ses affaires avant d'aller au collège. Lorsqu'elle entra en classe, Olivia sauta de joie et lui indiqua la place à côté d'elle. La jeune Sivilis leva les yeux au ciel et vint s'asseoir à cette place, la seule encore libre.

Dès qu'elle fut assise, sa camarade la noya immédiatement sous un flot incessant de paroles toutes plus inutiles les unes que les autres. Et parmi ces paroles, Stena ne distingua pas la moindre question concernant son absence.

Et ce petit manège dura deux semaines, pendant lesquelles seuls les professeurs parvenaient à arrêter Olivia, du moins jusqu'à la pause suivante...

Heureusement, le lundi qui suivit, elle fut obligée de s'interrompre avec l'arrivée de M. Takahata. C'était un homme d'âge mûr, grand et en costume blanc, se mariant parfaitement avec ses courts cheveux gris clair. Ses lunettes rectangulaires étaient posées sur un petit nez placé au milieu d'un visage jovial. Sa barbe naissante lui conférait aussi un certain charisme. Il était le professeur le plus respecté du campus, et Stena savait qu'il était également un génie du combat de rang AA.

Il vint se placer derrière le bureau et se racla la gorge afin de faire taire les derniers murmures.
-Mesdemoiselles, bonjour.
-Bonjour professeur ! lancèrent les élèves en chœur.
-Permettez-moi de vous présenter votre nouveau professeur principal. C'est un jeune stagiaire, aussi je vous demande de ne pas lui causer de soucis. Entre !

La porte s'ouvrit de nouveau sur un grand jeune homme qui devait atteindre les dix-huit ans à peine. Il avait des cheveux noirs qui lui couvraient le front et la nuque ainsi que des yeux d'un rouge envoûtant. Sa physionomie était comparable à celle d'un mannequin, et lorsqu'il sourit, les filles de la classe furent toutes excitées, sauf Stena.

Cette dernière était d'ailleurs perplexe : cet homme lui rappelait quelque chose, surtout ses yeux. Elle avait déjà vu ces yeux quelque part... Mais où ?

Lorsque le stagiaire se plaça derrière le bureau, il observa ses nouvelles élèves, calme et détendu. Puis son regard s'arrêta sur celui de Stena. Il la fixa ainsi un long moment avant de continuer d'observer le reste de la classe. Les soupçons de la jeune fille se renforcèrent : ils se connaissaient. Et son nouveau professeur ne semblait pas l'avoir oubliée, car elle avait lu dans son regard un certain désir.

Allons bon... Un homme de plus...

Le garçon se redressa et se présenta avec une voix quasi-divine :
-Bonjour à toutes. Je me présente : je suis votre nouveau professeur de physique, Kurotsuji Kurogane. Enchanté de vous connaître.


Dernière édition par SSRhapsody le Jeu 28 Juil - 21:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Jeu 28 Juil - 2:29

Chapitre XCVIII
Kurotsuji Kurogane


Pour Stena, le temps s'arrêta soudain. La vision de cette homme portant ce nom lui fit tout revenir en mémoire.

Kurotsuji Kurogane. Il était l'un de ses plus puissants adversaires lorsqu'elle était petite et qu'elle vivait encore avec sa famille. Il ne cessait de la combattre et était jaloux de sa technique de la Symphonie de Lumière. Il était le fils du chef du clan Kurotsuji. Et même plus : il était alors son principal prétendant en tant que mari, afin de lier les deux clans.

Mais désormais, Stena ne le voyait plus de la même manière. Il n'était pas son professeur. Il n'était pas son prétendant, pas plus que son ancien partenaire de combat. Il était le principal suspect dans l'affaire de l'Akuma no Kami. Son rang lui permettait d'avoir accès à la formule d'invocation du démon, et il connaissait son clan bien mieux que ses autres voisins.

Mais il ne fallait pas tout de suite sauter aux conclusions : il avait beau être le principal suspect, il n'était peut-être pas concerné. Ceci dit, il fallait voir les choses en face : c'était très peu probable, étant donné qu'il était fils unique et que son père était sa seule famille.

Le temps reprit son cours et l'ouïe de Stena redevint fonctionnelle. Évidemment, le moulin à paroles qui lui servait de voisine lui demandait à une cadence infernale si elle connaissait Kurogane. Mais elle ne fit pas attention à elle et se concentra sur ce professeur stagiaire.

Grâce à son acuité visuelle, elle put apercevoir des bourrelets dans son dos lorsqu'il se retourna pour écrire au tableau : il était de toute évidence armé. Mais cela ne semblait pas déranger M. Takahata qui restait dans un coin de la pièce pour surveiller.

Après deux longues heures de cours, la cloche sonna, et Kurogane lança un clin d’œil discret à Stena : il voulait qu'elle reste un peu. Pourquoi pas ? se dit-elle. Après tout, mieux valait se rapprocher de lui pour en apprendre le maximum.

Une fois que tout le monde fut sorti, Kurogane s'approcha d'elle en écartant les bras, mais Stena recula d'un pas.
-Quoi, tu n'es pas contente de me voir ?
-Si, plus que tu ne l'imagines. Mais j'ai une certaine appréhension envers les garçons affectifs, lança-t-elle d'une voix monotone.
-Je comprends, dit-il en riant. J'ai entendu tes prouesses : tu n'as pas changé à ce niveau, tu es toujours très forte.
-Toi, tu as pas mal changé physiquement, répliqua-t-elle.
-Je te retourne le compliment : tu es encore plus belle qu'avant. Et plus loquace, aussi. Avant, tu ne décrochais presque pas un mot. Tu laissais ton katana parler à ta place.
-Ce dernier est toujours aussi bavard.
-Je n'en doute pas un instant ! J'ai aussi pas mal progressé. Je te montrerais cela à l'occasion.
-J'ai hâte.

La conversation s'interrompit soudain, créant un vide pesant. Jusqu'à ce que Kurogane reprenne la parole.
-Et... euh... j'ai appris... pour ton village, fit-il avec gêne.
Ah ! Enfin le vif du sujet ! Mais il était bien étrange que ce soit lui qui aborde le sujet en premier, et avec un tel sentiment que la gêne. Mais bon, cela ne le disculpait pas pour autant.
-Oui, c'était dur, répondit-elle avec sa voix toujours monotone.
-Je n'ai pas entendu les détails, mais il s'est passé quoi au juste ?
-Nous avons été attaqués par un démon : l'Akuma no Kami.
-L'Akuma no Kami ? répéta-t-il, surpris. Mais... Ce démon appartient à notre clan !

Stena eut du mal à cacher sa surprise. Il l'avouait sans la moindre gêne ! Était-il vraiment sans rapport avec la destruction de son village ou bien était-il rusé au point de donner des semi-indications comme celle-là ?
-Vraiment ? lança Stena en ajoutant de la colère à sa voix. Et tu ne saurais pas qui aurait pu envoyer ce démon sur mon village ?
-Non, pas la moindre idée, déclara-t-il en feignant l'honnêteté. Et je n'en connais pas non plus la raison.

Malin... En avouant que le clan Kurotsuji était le possesseur de l'Akuma no Kami avec un tel air d'innocence, il pensait lever les soupçons sur lui. Mais avec les informations qu'elle avait obtenues et cet aveu sur le fait qu'il ne savait rien, cela prouvait au contraire qu'il était impliqué. Après tout, il n'y avait que lui et son père qui pouvaient invoquer le démon.

Mais il avait soulevé un point intéressant : elle non plus ne savait pas pourquoi on avait envoyé l'Akuma no Kami sur son village.
-Et... tu es la seule survivante ?
-Oui.
Kurogane se retourna vers le tableau.
-Je vois...
Stena n'aimait pas ce ton soudain, mais elle ne releva pas. Elle avait senti comme un soulagement... voire même de la satisfaction. Mais il se retourna de nouveau vers elle avec un visage grave.
-Stena... Veux-tu m'épouser ?

La jeune fille manqua s'étouffer. Qu'est-ce qu'il lui prenait ? Demander cela juste après une telle conversation, l'ambiance ne s'y prêtait pas ! Et puis d'abord, pourquoi est-ce qu'il demandait cela ? Certes, l'écart d'âge était moins grand qu'avec Tetsuji, mais tout de même ! Et puis, elle avait Anass, même s'il ne le savait pas ! Et puis aussi, pourquoi une telle question activait-elle tous les neurones de son cerveau ?
-Qu'est-ce qui te prend de me demander ça ?
-Parce que je t'aime, voyons !
Ainsi, il avait conservé ses sentiments de jeunesse. Eh beh...
-Attends, tu débarques de nulle part après plus de trois ans d'absence, et dès que tu me vois, tu m'annonces que tu veux m'épouser !?!
-Parce que j'y pensais depuis bien longtemps.
-Ce n'est pas une raison ! Et puis je n'ai que treize ans !
-Ce ne sont que des détails...
-Détails qui ont leur importance ! Désolée, mais je refuse !

Elle tourna les talons et referma derrière elle la porte de la salle de classe sans la moindre délicatesse.

Afin de laisser libre expression à sa rage, Stena décida de parcourir le chemin qui menait au chalet des Guardians. Ce type lui donnait envie de vomir. À quoi est-ce qu'il pensait ? Il y avait une chance sur deux qu'il soit la cause du massacre de son clan, et il pensait à se marier avec elle ? Quelle blague !

-Stena ! s'exclama une voix masculine non loin d'elle.
La jeune fille se retourna vivement, et lorsqu'elle reconnut Hideaki, la rage dans ses yeux se dissipa un peu.
-Un problème ? demanda-t-il.
Perspicace, comme d'habitude.
-Oui, et un gros.
Le garçon prit soudain un visage très sérieux.
-C'est-à-dire ?
-Stena ! cria une autre voix derrière eux.
-Tu vas vite comprendre, souffla-t-elle.
Kurogane sortit d'entre les arbres et s'arrêta net en voyant Hideaki.
-Un ami ? interrogea-t-il.

Stena évalua la situation à toute vitesse. Il serait inutile de faire semblant d'être la petite amie de Sugisaki : Kurogane était professeur, après tout, et il était loin d'être idiot. Mieux valait jouer sur l'honnêteté. Mais il ne fallait pas parler inutilement...
-Oui, dit-elle simplement.
-Ah, très bien. Et ne veux-tu pas réfléchir à ma proposition ?
-C'est déjà tout réfléchi, et c'est toujours non.
-Allez, insista-t-il. Ensemble, nous serons heureux et plus forts que quiconque.
-Tu es têtu, hein ? Je n'ai pas besoin de toi pour être forte.
-Mais pourquoi ? fit-il en tendant la main vers elle. Ensemble, nous...
Hideaki intercepta sa main avant qu'elle ne touche Stena en lui lançant un regard noir.
-Il me semble que la jeune demoiselle a dit non, n'est-ce pas ? Voudrais-tu être gentleman et la laisser en paix ?

Kurogane observa ce trouble-fête un court instant, avant de sortir de son dos un long katana en une fraction de seconde. Mais Hideaki fut suffisamment rapide pour esquiver le premier coup.
-Voilà un type bien belliqueux, sourit-il avant de sortir deux de ses sabres de son dos. Et tu espérais obtenir quelque chose par la force ? Ici ?
L'éclat rouge des yeux de Kurogane devint soudainement malsain et effrayant.
-Lorsqu'on me cherche, on me trouve. Et tu vas vite comprendre que lorsque je veux quelque chose, je l'obtiens toujours.
-Ben voyons ! C'est pas la modestie qui t'arrache ! Fais-moi voir ça !

Hideaki sortit cinq dagues de divers endroits de sa personne et les jeta en l'air.
-Swordstyle : World of Death !
De son côté, Kurogane inspira un bon coup, puis il bougea légèrement son arme, ce qui provoqua une petite note dans l'air.

À ce son, Stena écarquilla les yeux de surprise.
-Kurotsuji Ryû : Symphony of Darkness.
Et il commença à danser, faisant glisser sa lame sur le vent et jouant sa musique. Mais contrairement à Stena, sa symphonie était beaucoup plus agressive, tout comme sa danse : il s'engageait totalement dans l'offensive, et cela provoquait quelques fausses notes. Mais sa copie était dans l'ensemble excellente.

Hideaki, lui, avait perçu les différences avec la partition de Stena. Mais il resta en retrait un moment de plus, par sécurité. Et il n'eut pas tort, car l'instant d'après, une brume noire se dégagea de Kurogane : la magie des ténèbres.

Pleinement conscient de ce qui l'attendait à présent, Hideaki s'engagea, jouant avec ses sept armes à la fois. Mais alors qu'il allait entrer en contact avec son adversaire, celui-ci accéléra soudain son rythme. En une fraction de seconde, il frappa dans les armes que le jeune Sugisaki ne tenait pas, et il finit avec seulement deux de ses dagues, ces cinq autres armes tombant à distance. Dans le mouvement suivant, Kurogane stoppa sa danse et le frappa de son pied en plein ventre. Le garçon fut projeté avec force contre un arbre, où il tomba, les yeux clos.

Kurogane reporta son attention sur Stena, qui maintenant possédait un regard noir.
-Allons, ma chérie, ne fais pas cette tête ! Il ne faisait que nous gêner...
Le jeune fille sentit une forte présence dans son dos, et il semblait que Kurogane aussi l'avait remarqué. Il réagit instinctivement en levant son katana, et une flamme noire vint percuter l'arme.

Les deux personnes se retournèrent pour voir Hideaki debout, la tête baissée, et des flammes noires et oranges l'entourant. Lorsqu'il leva les yeux, un sourire se dessina sur sa face.
-Le combat ne fait que commencer ! lança-t-il en fermant son poing enveloppé de feu noir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Jeu 28 Juil - 22:50

Chapitre XCIX
Hideaki l'Ardent


Sensible à la provocation, Kurogane démarra au quart de tour et fonça sur Hideaki. Celui-ci partit sur l'un des côtés récupérer un de ses katana. Stena, elle, s'écarta du lieu de l'affrontement pour ne pas le gêner.

Une fois son arme ramassée, le jeune homme fit demi-tour immédiatement. Mais Kurogane l'attendait et frappa d'un coup de taille vers sa nuque. Alors Hideaki se baissa en avant, mais il savait que le mouvement de son adversaire ne s'arrêterait pas là. Et en effet, la lame fit un quart de tour et s'abaissa. C'est alors qu'il y eut une détonation, et Hideaki fut propulsé vers l'avant, esquivant la lame de peu.

Stena suivait la scène d'un peu plus loin, et elle émit un petit sifflement appréciateur. Le garçon se servait de sa magie nouvellement acquise afin d'augmenter sa vitesse déjà impressionnante. On sentait qu'il usait du feu de manière similaire à son utilisation du vent.

Hideaki récupéra son second katana et décrivit une roulade pour parer le coup qui arrivait. Et lorsque leurs lames s'entrechoquèrent, il commença à réciter une incantation :
«Tenshi no Koe o Shinjite
Oh, twenty-nine spirits of fire
Come and destroy the enemy !»

Des boules de feu se formèrent autour du garçon, qui repoussa son adversaire afin de mieux le cibler.
-Twenty-nine arrows of fire !

Les boules de feu partirent, mais l'effet de surprise étant passé, Kurogane n'eut aucun mal à les parer. Cependant, Hideaki avait suivi son attaque et jeté un katana en l'air, et d'un habile mouvement, il posa sa main droite sur son visage.
-One arrow of darkness.
Cette attaque magique tirée au contact projeta Kurogane à quelques mètres. Celui-ci avait les yeux fermés, aveuglé à cause du choc, mais il ne lâcha pas son arme et sortit un second katana de sous ses vêtements.

De son côté, Stena guettait. Elle attendait le moment où elle devrait intervenir. Car si Hideaki possédait l'avantage, la jeune fille se souvenait de la façon d'être de Kurogane : lui aussi guettait le bon moment pour porter un coup fatal.

C'est alors qu'elle entendit une brindille craquer derrière elle...


Le combat des deux garçons faisait rage. Même aveugle, Kurogane paraît sans mal les attaques pourtant rapides et précises de Sugisaki. Même si ce dernier usait de la magie pour s'appuyer, sa maîtrise en était encore imparfaite, et il ne pouvait pas porter un coup décisif.

Il tenta alors un bond en s'aidant de sa magie. Kurogane sentit sa présence et leva ses armes au-dessus de lui. Mais Hideaki enveloppa ses lames dans un feu noir et se propulsa avec une nouvelle explosion. La puissance de son coup obligea son adversaire à poser un genou à terre, et l'un de ses sabres se brisa sous l'impact.

Cependant, Kurogane recouvra la vue, et il put repousser Hideaki efficacement, puis se relever, une rage indicible se lisant dans ses yeux rouges.

La contre-attaque commençait.

Kurogane avançait inexorablement en mouvant son katana, et en jouant lui-même avec la magie des ténèbres, il obligea Hideaki à reculer. Celui-ci avait perdu son avantage en une fraction de seconde, et il était maintenant en difficulté. Mais il gardait quelque chose en tête.

Après avoir reculé sur quelques mètres, le garçon ramassa habilement une dague à ses pieds, puis la lança vers le visage de son opposant. Ce dernier écarta se tête de la trajectoire, mais la courte lame emporta un bout de son oreille.

Mais à la grande surprise du jeune Sugisaki, Kurogane ne poussa pas le moindre cri de douleur. Il ne freina même pas ses mouvements. Bien au contraire, pris d'une soudaine frénésie, il dégagea Hideaki d'un puissant jet de lumière noire.

À ce moment, Stena sortit d'entre les arbres pour se placer entre lui et le garçon à peine conscient. Mais aveuglé par sa rage, Kurogane fonça tout de même sur la jeune fille. Celle-ci se positionna de profil, son fourreau derrière elle et sa main posée sur la poignée. Lorsque le jeune homme fut à portée, elle dégaina comme l'éclair et frappa son poignet en profitant de la longueur de son arme, ce qui l'obligea à lâcher sa lame.

Immédiatement, la pointe de Kami no Uta vient se poser sous sa gorge. C'est alors que Riko et Saito surgirent d'entre les arbres. La petite brune enroula ses fils d'acier autour du cou de Kurogane et posa son pied entre ses deux omoplates, tandis que le garçon blond dégaina son arme et l'apposa sur le côté de son cou.

-On arrête là, Kurogane, cracha Stena, furieuse.
-Désolé, je ne savais plus ce que je faisais, parvint à dire Kurogane. Je ne voulais pas te faire du mal.
-Peu importe : tu as tenté de tuer un de mes amis. Je ne sais pas ce qui me retient de te faire payer.
-C'est sûrement parce que tu as des sentiments pour...
La pointe de Kami no Uta s'enfonça dans sa gorge, faisant perler une goutte de sang et l'obligeant à s'arrêter.
-C'est frustrant... Quand je pense que je tiens peut-être la vie du responsable de la destruction de mon village entre mes mains...
-Eh ! Ce n'est pas...
-Tu la fermes, toi, lança Riko en tirant légèrement sur ses fils.
-C'est bon, Riko. Je veux l'entendre.
Elle relâcha la pression et Kurogane crachota un instant avant de reprendre :
-Ce n'est pas moi le responsable, dit-il.
-Pourtant, tu m'as menti. Tu as dit que tu n'avais pas la moindre idée de qui se cachait derrière ce massacre.
-Et c'est vr...
Stena appuya légèrement sur sa gorge.
-Or, seule la branche principale de ton clan connaît la formule d'invocation de l'Akuma no Kami. Autant dire, toi et ton père.

Kurogane ne cacha pas sa surprise. Mais après un instant, il reprit la parole :
-J'ignore comment tu sais cela, mais c'est vrai. Cependant, mon père est mort à cause d'une maladie avant mes onze ans. Autant dire, bien avant la destruction de ton village et avant qu'il n'ait pu m'enseigner la formule d'invocation, que l'on ne transmet à la génération future qu'une fois atteint l'âge adulte.
Stena sentait que sa vengeance s'éloignait de plus en plus, mais elle garda son calme.
-Continue.
-Personnellement, je pensais que la formule avait été perdue à jamais, mais avec ce que tu m'as dit, il est tout à fait possible que mon père ait légué ce savoir avant de rendre son dernier soupir.
-Et tu ne penses à personne ?
-Rien de précis. Mais mon père n'était pas stupide, et il a dû choisir quelqu'un de confiance pour transmettre la formule. Elle n'a donc pas dû sortir du clan.
-J'espère pour toi qu'il s'agit de la vérité.
Kurogane hocha la tête comme il put.
-Autre question : as-tu une idée de pourquoi mon village et pas un autre ? D'après ce que je sais, il a été la seule cible de l'Akuma no Kami. Et de plus, nous n'avions pas beaucoup de contacts avec votre clan. Alors pourquoi ?
Un silence pesant s'installa.
-Je l'ignore. Sincèrement.
-Et qu'as-tu pensé de ce massacre ?
Il déglutit péniblement.
-J'étais content.

Le sang ne fit qu'un tour dans les veines de Stena, qui leva son katana pour frapper cette homme pourri jusqu'à la moelle. Mais la main d'Hideaki se posa sur son épaule, la ramenant à la raison. Toutefois, cela ne l'empêcha pas de lui coller une belle droite sur son visage.
-Et pourquoi étais-tu content ? demanda Hideaki sans lâcher Stena.
-Parce que plus rien ne m'empêchait d'être avec Stena.
-C'est-à-dire ?
-Ses parents étaient contre le fait qu'elle me fréquente. Une fois morts, cet obstacle n'existait plus.
Malgré la rage que ressentait la jeune fille en cet instant, son cerveau tournait à plein régime, et une hypothèse germa dans son esprit.
-Ce que tu es en train de nous dire, c'est que tu as maudit mes parents, et que peu de temps après, l'Akuma no Kami a frappé mon village ?
Kurogane réfléchit un instant avant de répondre.
-Oui. Aussi étonnant que cela puisse paraître, c'est cela.
-Riko, Saito. Lâchez-le. Et toi, Kurogane, je ne veux plus te voir en-dehors de mes cours. Ou bien je vais vraiment m'occuper de ton cas. Et de manière définitive.
Sa menace ayant eu l'air d'être prise au sérieux, aussitôt libéré, Kurogane partit en courant entre les arbres.

Stena, elle, était à moitié satisfaite : Kurogane n'était peut-être pas le coupable, et en manques de preuves, on ne pouvait rien affirmer. Mais si ce qu'il avait dit était vrai, son hypothèse s’avérerait juste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
SSRhapsody
Maître Rôliste
avatar

Messages : 512
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 24
Localisation : Dans les profondeurs de ma conscience.

Fiche combat
PV:
210/210  (210/210)
PA:
216/216  (216/216)
Techniques/Magie:

MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   Ven 29 Juil - 1:06

Chapitre C
Relations de pouvoir


-Alors, Stena ? Tu nous expliques qui était ce type ? demanda Riko.
Juste après que Kurogane soit parti, Stena et Saito avaient porté Hideaki au chalet des Guardians afin qu'il y soit soigné. À présent, ils étaient tous les quatre réunis autour d'une table du quatrième étage.
-Il s'appelle Kurotsuji Kurogane. C'est mon nouveau prof principal.
-Un jeune comme lui !?! s'étonna Saito.
-C'est un stagiaire, précisa Stena.
-Et donc, qu'est-ce qu'il te voulait ? intervint Hideaki. J'ai cru comprendre une ou deux choses, mais...
-Il tenait à ce que je devienne sa femme.
-QUOI !?! hurla Riko.
-Si j'avais su, je me serais donné à fond dès le début, marmonna Sugisaki.
-Tu le connaissais avant ? interrogea Saito.
-Oui.
-C'est donc la raison de la discussion de tout à l'heure, conclut Hideaki, plutôt long à la détente, cette fois-ci. Et donc ? Tu le soupçonnes d'avoir un lien avec la destruction de ton village ?
-Je ne le soupçonne pas d'avoir un lien : il a un lien. Reste à savoir s'il est le principal responsable où s'il n'est au courant de rien.
-Tu crois à ce qu'il a dit ?
-Pas plus que cela, mais ses informations ne sont pas dénuées de sens, et il avait l'air plus ou moins honnête. Si ces informations sont vraies, il y a une deuxième hypothèse à prendre en compte.
-D'où est-ce que tu fondes ces hypothèses, au juste ?
-Des informations trouvées à la bibliothèque. La formule d'invocation de l'Akuma no Kami est transmise uniquement dans la branche principale du clan Kurotsuji.
-Son clan, nota Hideaki.
-Exact. Et il est de la famille principale.
-Donc seuls lui, son père et sa mère sont sensés être capables de l'invoquer.
-Pas sa mère, car il s'agit d'un clan misogyne. Mais sinon, oui.
-Et donc, il n'y avait que deux suspects. Mais avec ce qu'il a dit, cela le placerait, lui et son père, hors de cause. Il y aurait alors présence d'une troisième personne.
-Tout à fait, acquiesça Stena. Une personne en qui son père aurait toute confiance.
-Mais pourquoi Kurogane serait-il lié, dans ce cas ? avança Saito.
-Son père a sûrement confié son savoir dans l'optique de protéger son fils, répondit Hideaki.
-Oui, et cette personne a dû extrapoler en réalisant tous les souhaits de Kurogane, poursuivit Stena.
-Comme le meurtre de tes parents, par exemple.
-Oui... Et cela me gêne de le dire, mais si on suit cette hypothèse, la destruction complète de mon village n'était qu'un dégât collatéral.
-Et donc ? Kurogane est venu ici pour te retrouver ? lança Riko.
-C'est fort probable, en effet.
-Tu penses que son «gardien» l'a suivi ? interrogea Hideaki.
-Cela me paraît peu envisageable, compte tenu des protections autour du campus. Mais ce n'est pas impossible.
-Alors pour le moment, on se contente d'observer Kurogane ?
-Je ne pense pas qu'il puisse faire grand chose ici. On va juste continuer notre boulot de Guardians. C'est déjà amplement suffisant.
-Pas faux. En plus, ça fait un petit bout de temps qu'on a pas fait de mission ensemble, fit remarquer Riko.
-Si on ne compte pas la dernière, rectifia Saito.
-Bon, Riko, Saito, vous choisissez une mission. Moi, je dois parler à Hideaki en privé.
-Ah ? releva l'intéressé.
-Pose pas de questions et suis-moi.
-Eh ! Je viens tout juste de me remettre de mes blessures ! s'indigna-t-il.

Tant bien que mal, il parvient à suivre Stena jusque dans la clairière où ils avaient combattu récemment.
-Je te préviens, je n'ai pas envie de me battre. Cela me tue de l'admettre, mais Kurogane est balèze.
-On est pas là pour ça.
-Bon... Et de quoi voulais-tu me parler ?
Stena se retourna et le regarda droit dans les yeux.
-Je veux passer un Pactio avec toi.

La mâchoire d'Hideaki s'affaissa subitement. Et il resta ainsi une bonne minute, essayant d'enregistrer l'information qui était parvenue à ses oreilles.
-HEIN !?!
-Tu as bien entendu. Je veux conclure un pacte, déclara Stena, déterminée. Je pense que tu es suffisamment puissant pour que le contrat soit possible.
-Oui, mais enfin je... enfin, tu... et, euh...
-Ne te méprends pas. Je fais ça uniquement pour que nous obtenions plus de puissance.
-Ah... Je me disais, aussi... C'était trop beau...
-Crois-moi, je ne vais pas abandonner mon Magister ainsi.
-Oui, je m'en doute. Mais je suis déçu.
-Je le sais bien, c'est pour cela que je te demande ton avis.
Hideaki releva ses lunettes.
-Sur le plan tactique, plus de puissance nous aidera grandement, alors je n'y vois pas d'inconvénient.
-Bien, alors commençons. Spirit ! appela Stena. Je sais que tu es là !

La jeune femme aux cheveux d'argent sortit d'entre les arbres, un immense sourire couvrant sa face.
-Alors comme cela, tu prends les devants, ma fille ? Intéressant. Ton petit Anass ne va pas être content s'il l'apprend.
-Il n'aura pas besoin d'être au courant. Et puis, même si cela devait arriver, il comprendra. Il connaît mon passé, et il sait à quel point je recherche de la puissance.
-Peut-être, ma fille... Mais tu blesseras son cœur de garçon.
-C'est également pour le protéger que je fais cela. Anass mène une vie dangereuse : il a besoin qu'on le supporte.
-Et bien dans ce cas, si tu es décidée, allons-y.
L'esprit ferma les yeux et leva ses bras au ciel, faisant apparaître le cercle magique nécessaire au pacte et identique au symbole des Guardians.
-Prenez place, mes petits, invita Spirit.

Stena étant préparée et sachant à quoi s'attendre, elle s'avança dans le cercle, qui souleva de nouveau ses cheveux en l'air et diffusa de nouveau cette douce chaleur mystérieuse. Quant à Hideaki, il était beaucoup moins sûr de lui, étant confronté à l'inconnu. Il avança à tâtons et fut surpris par la chaleur de cette magie.
-Et maintenant, le baiser ! annonça l'esprit, un peu trop joyeuse par ce qu'il se passait sous ses yeux.

Hideaki inspira un grand coup avant d'attraper les épaules de la jeune fille. Celle-ci se laissa faire. Après tout, elle l'avait un peu brusqué pour obtenir son pacte. Elle lisait dans ses yeux son hésitation. Mais après un court instant, cette hésitation disparut complètement, laissant place à de la détermination, et il approcha son visage du sien. Il marqua un temps d'arrêt lorsque leurs visages se tenaient à quelques millimètres l'un de l'autre. Puis il l'embrassa.

-PACTIO !!! hurla Spirit en dansant et en récupérant la carte formée.

C'est alors qu'à la grande surprise de Stena, Hideaki sépara ses lèvres dès siennes dès que la carte eut fini d'apparaître.
-Ce baiser ne compte pas, dit-il alors qu'il était rouge comme une pivoine. J'attendrais d'avoir un vrai baiser. Ou plutôt, je vais me battre pour l'obtenir !
Stena sourit : ce garçon était encore plus pur qu'elle ne le pensait.

Spirit s'approcha et tendit la carte à la jeune fille : elle était identique à la carte qu'elle possédait déjà, hormis l'image la représentant. Désormais, cette image la montrais de dos, le visage tourné avec le sourire, et un nodachi dans chaque main.

-Tu nous montre ce que cela donne ? demanda Hideaki.
Stena hocha la tête et prit la carte. Elle ôta ses gants, révélant ses cicatrices, confia Kami no Uta au garçon, puis elle recula et colla la carte à sa main droite.

-ADEAT !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ssrhapsody.bloxode.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SSRhapsody : Histoire Partie I   

Revenir en haut Aller en bas
 
SSRhapsody : Histoire Partie I
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Histoire - Partie 3] l’Atrocité venue de l'Âme.
» RÉSUMÉ DE LA PARTIE 37 !
» Inscriptions partie 63 - Kaamelott
» Histoire d'Haiti et de sa Diaspora
» "Ce que l'homme retiendra de moi, si il retient quelque chose, ce ne sera qu'une infime partie de la vérité." ||DANSEUSE||

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Scarlet Dawn :: RP/RPG :: RP :: Histoire-
Sauter vers: