Un site pour tous les amateurs de manga, de jeux vidéos et de RP, sans exception. Venez jouer, vous amuser, et parler de tout ce qui vous plaît. Et surtout, venez expérimenter notre Infinity RP, Le Tournoi Dimensionnel
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Katsuragi Keima : Histoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Katsuragi Keima
Nouveau membre
avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 01/08/2013

MessageSujet: Katsuragi Keima : Histoire   Jeu 1 Aoû - 15:48

Prologue



-Rien ne sert de me résister, jeune fille...
La fille se retrouva plaquée contre le mur : elle avait de longs cheveux roses encadrant un visage doux, un nez fin et des lèvres discrètes mais pulpeuses. Elle portait un uniforme scolaire d'été : jupe courte et chemise à manches courtes, respectivement de couleur noire et blanche. Mais le plus captivant, c'était ses yeux d'un vert d'émeraude, exprimant une passion infinie, mais mêlée d'hésitation.
-Je... je... on ne peux pas... Que... que vont penser les autres ?
-Je me fiche de ce que pensent les autres. Je ne veux qu'une chose : toi.
La jeune fille rougit furieusement alors que le visage du garçon se rapprochait, suffisamment près pour que l'on puisse le distinguer dans les yeux d'émeraude : il avait un visage de séducteur, encadré par des cheveux blonds et dont les yeux pétillaient de malice.
L'hésitation dans les yeux de la jeune fille disparut soudain.
-Je... je t'aime !
Elle passa ses bras autour du cou du garçon et l'embrassa. Ce fut un long baiser, qui sembla durer plusieurs heures. Lorsque leurs lèvres se séparèrent, la jeune fille sourit, heureuse comme jamais.
-Je t'aime aussi, Alice.
-Embrasse-moi encore...
Le garçon obéit docilement.
...sama !
Une voix... Il entendait une voix... Une voix de fille...
...nii-sama !
Elle venait de sa tête... Non... Du ciel...
Kami nii-sama !
Le monde s'écroula autour du garçon, avant que lui même ne sombre dans les ténèbres, et que celui qui manipulait ce monde n'ouvre les yeux dans la dure réalité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuragi Keima
Nouveau membre
avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 01/08/2013

MessageSujet: Re: Katsuragi Keima : Histoire   Jeu 1 Aoû - 21:20

Chapitre 1



Keima Katsuragi, jeune homme de dix-neuf ans, mesurant un mètre soixante-dix-huit et pesant cinquante-trois kilos. Plutôt élégant et au visage mignon, il cache néanmoins derrière ses lunettes un regard unique en son genre, comme s'il semblait tout savoir sur le monde, sans pour autant en espérer quoi que ce soit. Ses cheveux bruns en bataille et ses yeux marron clair accentuaient cet air sérieux qu'il arborait presque en permanence. Mais ce charmant garçon possédait une incroyable tare : il jouait dès qu'il le pouvait aux galge, des jeux de drague, sur la petite console qu'il portait en permanence sur lui. Il vivait dans un café avec sa mère, mais jamais il ne se montrait sociable. De plus, ses camarades de classe ne le portaient pas dans leur cœur.
Mais dans le monde des jeux, il était considéré comme une divinité, un être absolu qui n'avait jamais connu l'échec. L'Otoshigami. Le Dieu des Conquêtes.
Toutefois, ce train de vie avait été interrompu par l'arrivée d'une démone tout droit sortie d'un Enfer civilisé, se faisant passer pour sa sœur : Elsy de Lute Irma, appelée Elsy. Certes, elle n'avait pas vraiment l'air d'une démone, avec sa gueule d'ange encadrée par de longs cheveux noirs qui lui cascadaient presque jusqu'au sol, et cet air un peu simplet. Mais le voile rose qu'elle portait tout le temps était doté d'étranges pouvoirs.
-Kami nii-sama ! Quand arrêteras-tu de jouer ? demanda-t-elle avec une mine boudeuse, secouant son balai magique.
-Jamais ! répliqua Keima avec force. Les jeux sont ma source de vie ! Mon sang ! Mon âme !
Il brandit fièrement sa console devant la démone.
-Tu vois, Elsy ? Je viens de capturer ma deux millième héroïne ! J'ai bien cru que je n'allais jamais y arriver avec tous ces paramètres de trop, soupira-t-il avec une larme à l’œil.
-Mais nii-sama ! Il y a une âme en fuite à capturer !
Les âmes en fuite... Depuis qu'Elsy avait débarqué, son temps de jeu avait dû laisser place à cette chasse d'un genre bien particulier : capturer des âmes de démons. De vrais démons tout ce qu'il y a de plus vil et vicieux. Ces âmes se logeaient dans les failles du cœur des filles, où elles pourraient se réincarner dans leur enfant. Et pour les en déloger, il fallait combler cette faille dans le cœur, ce qui obligeait Keima à les séduire, ce qui était loin de l'enchanter, même s'il s'y était un peu habitué depuis.
-Combien de fois devrais-je te le répéter, Elsy ? Ma conquête a déjà commencé ! Je n'ai qu'à attendre sagement qu'elle m'imagine comme étant son preux chevalier, et le tour et joué !
-Mais euh...
-Il n'y a pas de mais ! Dois-je te rappeler qui fait tout le boulot ici ?
-Mais je n'aime pas quand tu ne fais rien à part jouer...
Keima poussa un profond soupir.
-C'est pour cela que tes paramètres ont été bâclés... Combien d'âmes en fuite ais-je fait sortir depuis que j'ai ce foutu collier autour du cou !?!
Comme pour ponctuer sa phrase, il porta une main au cercle de métal violet qui était accroché autour de son cou. Ce collier, qui était identique à celui d'Elsy, témoignait de leur lien dans cette affaire. Si Keima refusait de capturer les âmes en fuite, ce collier trancherait sa tête et celle de sa partenaire.
-Tr... trente-huit ? répondit timidement la démone.
-Exactement ! Et ce score est le meilleur qui soit ! Pourquoi ? Parce que je suis Dieu ! Alors...
-A... alors ?
-Laisse-moi jouer tranquille, termina-t-il en remettant son masque digital devant ses yeux.
-Ah ! Mais ! Kami nii-sama !
Mais il n'y avait rien à faire : la démone avait beau s'égosiller, le garçon ne l'écoutait plus, concentré sur son jeu.
C'est alors qu'une adolescente entra dans la boutique, et alors qu'Elsy allait l'installer à une table, la broche en forme de crâne dans ses cheveux se mit à clignoter en faisant un bruit étrange.
Ce bruit alerta Keima, qui retira son masque pour examiner l'adolescente : lorsque la broche réagissait ainsi, c'est qu'il y avait une âme en fuite à proximité.
La fille arborait un visage en proie au désespoir. Elle avait de longs cheveux noirs, des yeux gris très cernés, comme si elle n'avait pas fermé l’œil depuis des jours. Sa veste marron semblait avoir besoin d'un bon lavage, mais l'adolescente ne s'en souciait pas le moins du monde.
Alors qu'Elsy lui apportait un café, elle sortit de sa veste des feuilles et un stylo.
-Un écrivain, hein ? marmonna Keima pour lui-même.
-Kami nii-sama ! lança la démone, affolée.
-Je sais.
-Mais comment vas-tu faire ? Tu as déjà une cible !
-Cette cible là a une route rapide et ne nécessitant que peu de rencontres : ce n'est pas un problème.
-Mais enfin, deux en même temps !
-Et alors ? Dois-je te rappeler que j'ai dû travailler sur six filles en même temps lors de la recherche des Déesses ?
-Oui... Désolée...
Enfin calmée, Elsy se retourna pour observer la jeune fille.
-Elle a l'air très déprimée.
-Quoi de plus normal ? C'est un écrivain.
-Je ne vois pas le rapport...
Keima eut un sourire alors qu'il rehaussait les lunettes sur son nez.
-Laisse-moi t'apprendre quelque chose de bon :
« L'âme d'un écrivain est son inspiration. »
-Son... âme ? demanda Elsy en penchant se tête sur le côté.
-Tout à fait ! Lorsqu'un écrivain perd son inspiration, il ressent comme un vide ! Et pour combler ce vide, il suffit que je devienne sa source d'inspiration ! Rien de plus simple ! C'est là que se cache l'âme en fuite.
-Mais pourquoi tous les écrivains n'ont-ils pas d'âme en fuite, alors ?
-Elle doit avoir un délai urgent à respecter ou bien un objectif précis et difficile, dit-il sur un haussement d'épaules, comme si cela était évident.
-Et... Qu'est-ce que tu vas faire, nii-sama ?
Keima redressa ses lunettes et regarda la démone bien dans les yeux.
-Pour le moment, je vais devoir te laisser faire...
-M... moi !?!
-J'ai une tâche à te confier. Tu n'as pas le droit à l'échec !
-Oui ! Tout ce que tu voudras, Kami nii-sama !
-Tu vas aller changer son café dès que sa tasse sera vide. Lorsque tu le feras, tu jetteras un coup d'oeil sur ses notes et tu retiendras un maximum de mots.
-Oui ! Et... pourquoi ?
-Suivant la nature du roman qu'il écrit, un écrivain n'a pas du tout le même comportement, ni les même sources d'inspiration. La première rencontre sera cruciale, et je ne peux le faire si je n'ai pas plus d'informations.
-Je ferais de mon mieux ! déclara Elsy avec enthousiasme.
Alors qu'elle partait derrière le bar en jetant de fréquents coups d'oeil vers l'adolescente, Keima replongea dans ses jeux. Mais son esprit était déjà en train d'étudier toutes les possibilités pour capturer la jeune fille. Contrairement à d'habitude, il n'avait pas demandé à Elsy de lui donner l'état civil de l'écrivain : il apprendrait son nom quand le moment sera venu, et cela lui aurait demandé d'attendre une prochaine rencontre, ce qui n'était pas envisageable.
Après une vingtaine de minutes, l'adolescente demanda un autre café que la démone s'empressa de lui apporter. Comme de bien entendu, cette fille des Enfers peu dégourdie ne se montra pas discrète le moins du monde. Heureusement que la cible était trop absorbée dans ses notes pour y faire attention.
Elsy s'approcha ensuite de Keima d'un petit pas bondissant.
-Alors ? demanda-t-il.
-J'ai retenu les mots « monde », « magie », ainsi que...
-C'est bon. J'en sais suffisamment.
Il se leva, un air sérieux affiché.
-Je vais débuter ma capture !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuragi Keima
Nouveau membre
avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 01/08/2013

MessageSujet: Re: Katsuragi Keima : Histoire   Dim 11 Aoû - 14:32

Chapitre 2




Inspirant un grand coup, Keima Katsuragi s'imprégna de son futur rôle : celui qu'il allait jouer pour conquérir cette fille. Il passa derrière le bar dans l'arrière boutique et se changea dans la tenue qu'il ne mettait presque jamais : une tenue de serveur. Cette tenue lui allait particulièrement bien, peut-être même un peu trop, d'ailleurs, car Elsy ne parvenait pas à détacher son regard de cette personne qui alors dégageait une aura si différente de d'habitude. D'un regard, il demanda à Elsy si tout était prêt, et la démone s'empressa de hocher la tête, encore un peu rosissante.
Keima s'approcha donc d'un pas déterminé vers la table de la jeune fille, un plateau muni d'une tasse pleine de café brûlant. Lorsqu'il arriva au niveau de la table, il se permit un coup d'oeil aux notes de la fille. Celle-ci étant toujours autant accaparée par ses pensées, le garçon put prendre son temps. Sur les pages éparpillées, il y avait beaucoup de feuilles roulées en boule, signe infaillible que l'inspiration lui manquait. Sa main tenant un stylo était appuyée sur la pile de feuilles devant elle, mais la pointe du stylo ne bougeait pas le moins du monde. Quelques dizaines de centimètres plus loin, une petite pile d'environ quatre feuilles était soigneusement mise en évidence. Sur le sommet de cette pile, on pouvait lire ceci :
« Les Tourments de la Haine
Mifuyu Akio »

Le titre ainsi que le nom de plume de la jeune fille. Décidant qu'il en savait assez, Keima passa à l'action : il trébucha sur une latte du parquet dans un grand geste théâtral. Dans sa chute parfaitement simulée, il renversa son plateau et le café encore bouillant... sur les notes de l'écrivaine. Cette dernière hurla dans un mélange de surprise, de panique et de terreur. Dans sa précipitation, elle entra en contact avec le café encore bouillant et cria, cette fois de douleur. Dans ce même mouvement, elle aspergea Keima, qui alors commençait à se relever, d'une quantité non négligeable de café.
-Ah... Je vous prie de bien vouloir m'excuser, mademoiselle, engagea Keima en se relevant complètement et en sortant une serviette humide de sa manche. Une maladresse de ma part... Vous n'avez rien ? demanda-t-il en s'emparant de sa main qui venait à l'instant d'être brûlée sur le côté.
La jeune fille, encore sous le choc des différentes émotions qui venaient de s'enchaîner dans sa tête, ne su pas immédiatement comment réagir. Elle laissa tout d'abord Keima appliquer la serviette humide sur la brûlure tout en l'observant de la tête au pieds. Elle songea alors à se mettre en colère, mais un détail perturbant attira son attention : le garçon ne possédait pas la moindre tâche sur son uniforme, alors qu'elle aurait juré l'en avoir aspergé.
-Et vous, vous n'êtes pas brûlé ? demanda-t-elle en retour.
Keima sourit intérieurement à cette question. En effet, avant qu'il ne parte se changer, le garçon avait demandé à Elsy de l'enchanter à l'aide de son voile afin qu'il ne risque aucune brûlure ou tâche, compte tenu de ce qu'il comptait accomplir.
-Ne vous en faites pas pour moi, je vous prie... Mais je suis vraiment navré pour votre travail...
Ce dernier mot ramena l'écrivaine à la dure réalité des choses : le peu qu'elle avait écrit jusqu'ici avait été ruiné par le café... Ou plutôt, non, par ce garçon.
-Vous n'auriez pas pu faire plus attention !?! s'exclama-t-elle. Mon dur labeur... parti...
-Heureusement qu'il n'y avait pas énormément de choses, glissa finement Keima.
La jeune fille ouvrit la bouche, outrée. Ce garçon avait ruiné son travail et osait en plus le commenter ? Cependant, il n'avait pas non plus tort... Mais ce n'était pas une raison !
-Encore une fois, je suis désolé, s'excusa Keima en s'inclinant. Puis-je en ce cas me permettre de vous offrir le café ?
-Je n'ai plus envie de café maintenant, grommela-t-elle, frustrée d'avoir laissé passer sa chance de se mettre en colère pour de bon.
-Dans ce cas, je me sens obligé de vous offrir la consommation dans notre café lors de votre prochaine visite, mademoiselle... ?
-Fuyumi Aiko, répondit immédiatement la jeune fille.
Encore une fois, le garçon sourit intérieurement. Fuyumi Aiko. Dans le mélange de ses émotions, elle avait donné son vrai nom, et non pas son nom d'écrivain : Mifuyu Akio. De toute évidence, cette adolescente n'appartenait au monde de l'écriture que depuis peu, et donc n'avait pas encore revêtu son nom de plume comme étant le sien propre.
-Je vous prie encore une fois de m'excuser, mademoiselle Fuyumi...
-Juste Fuyumi, ça ira, coupa-t-elle, visiblement mal à l'aise.
-Mais... n'êtes-vous pas en train d'écrire un livre ? Je me dois de m'adresser à vous comme il se doit. Et puis, vous êtes une cliente en plus de cela...
-Juste Fuyumi, ça ira, répéta-t-elle avec beaucoup plus d'insistance.
-En ce cas, Fuyumi, je tâcherais de réparer mon erreur lors de votre prochaine visite, dit Keima en s'inclinant de nouveau.
La jeune fille poussa un soupir avant de ranger ses affaires, certaines de ses feuilles vierges ayant été épargnées par la catastrophe. Puis elle se dirigea vers la sortie, Keima sur la devançant pour lui ouvrir la porte d'entrée. En passant devant lui, Fuyumi l'observa de nouveau d'un regard curieux.
-Vous n'êtes vraiment pas brûlé, monsieur... Katsuragi Keima ? demanda-t-elle de nouveau en lisant le badge sur la poitrine du garçon.
-Keima suffira. Et ne vous inquiétez pas pour moi, tout va bien.
-Hmm...
Et elle tourna les talons.
-Revenez quand vous voulez, nous vous garderons une place au calme !

-Kami nii-sama ! s'écria Elsy lorsque Keima referma la porte, quelques secondes après que Fuyumi Aiko soit partie. Pourquoi as-tu renversé le café sur son travail ? Comment vas-tu pouvoir la conquérir de cette manière ? Comment vas-tu pouvoir l'aider ?
-Je trouve que cela s'est remarquablement bien déroulé pour une première rencontre, dit-il avec assurance. Vu comme c'est parti, je peux même espérer en avoir fini d'ici la fin de la semaine !
-Heeeeeeiiiin ? Mais... mais... Tu as détruit son travail !
-Vu le peu qu'elle avait fait, elle peut tout aussi bien recommencer depuis le début. Non, elle doit recommencer depuis le début.
-Comment cela ?
-Si elle est en panne d'inspiration, c'est parce que son histoire ne la conduit nulle part. En d'autres mots, son histoire n'est pas bonne.
-Pas bonne ?
-Laisse-moi t'apprendre quelque chose de bon...
« Une histoire bien formée avancera d'elle-même vers sa fin. »
Elsy, comme à son habitude, pencha la tête sur le côté en signe d'incompréhension la plus totale.
Keima soupira et expliqua le fond de sa pensée.
-Lorsqu'une histoire est bien débutée, bien ficelée, les personnages imaginés bougeront d'eux-mêmes dans l'esprit de leur auteur. Mets-toi bien ça dans le crâne, Elsy : l'auteur ne fait que créer les personnages, leur apparence, leur caractère, et leurs attributs. Mais les personnages, une fois créés, vivent d'eux-mêmes leur propre existence.
Ayant visiblement abandonné quant à la compréhension de ce que disait Keima, Elsy aborda un autre sujet.
-Mais elle te déteste maintenant !
-Après toutes ces conquêtes, tu n'as toujours pas compris ? La haine peut se transformer en amour à tout moment. C'est le nombre de rencontres et de points qui a son importance. Avec ce qu'il s'est passé, j'ai accumulé suffisamment de points pour passer directement à la prochaine étape.
-Ah... ah bon ? Et... et pourquoi m'avoir fait enchanter tes vêtements ?
-Pour développer sa curiosité.
-Comment cela ?
-Le plus gros défaut d'un écrivain est généralement sa curiosité. Plus un écrivain en sait, plus il a d'expérience, et plus son histoire sera riche. En éveillant la curiosité chez un écrivain, on s'apporte immédiatement toute l'attention voulue. Fuyumi est persuadée de m'avoir éclaboussée avec le café, mais ayant vu que je n'avais rien, cela a éveillé sa curiosité. D'autant plus qu'il s'agit d'une chose anormale. Et que les choses anormales sont la priorité absolue des écrivains de fantastique.
-Ah ?
-Actuellement, son esprit est partagé entre la colère d'avoir détruit son travail, et la curiosité que j'ai suscitée en elle. Rien que ces deux points sont suffisants pour qu'elle s'intéresse à moi. Il suffira juste d'attiser sa curiosité à l'aide d'autres rencontres.
-Tu penses vraiment qu'elle reviendra ?
-C'est certain. Après tout, nous lui offrons de quoi boire et une place au calme. Que demander de plus ? D'autant plus que sa curiosité envers moi va forcément l'attirer.
-Dans ce cas, tu pourrais déjà terminer la conquête ?
-Non. Je manque encore d'informations pour transformer sa colère et sa curiosité en amour. Je ne sais pas dans quel but précis elle écrit, pourquoi ce genre, et ni pour quand elle doit terminer son récit.
-Oh, fit Elsy avec une pointe de déception dans sa voix.
-Mais tout cela, je le saurais dès la prochaine rencontre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Katsuragi Keima : Histoire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Katsuragi Keima : Histoire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Scarlet Dawn :: RP/RPG :: RP :: Histoire-
Sauter vers: